• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Homoparentalité

    Enjeux

    À propos de la loi québécoise instituant l’union civile et établissant de nouvelles règles de filiation (2002)
    «En légitimant l'établissement d'un lien de filiation entre un enfant et deux parents de même sexe, le législateur a déconstruit en l'espace de quelques semaines — la commission parlementaire constituée d'intervenants triés sur le volet n'ayant siégé que huit semaines — les fondements d'une institution millénaire. Trois ans après l'entrée en vigueur de la réforme, une interrogation fondamentale subsiste toujours. La reconstruction de la filiation en marge de la réalité biologique peut-elle se justifier à la lumière de l'intérêt de l'enfant, le seul bénéficiaire avoué de toute cette réforme? La très grande majorité des études scientifiques démontrent que l'enfant évoluant auprès de figures parentales homosexuelles aimantes se développe adéquatement. Le bien-être d'un enfant ne semble donc pas dépendre de l'orientation sexuelle des personnes qui le prennent en charge, mais de l'amour et des soins qu'il reçoit d'elles. En conséquence, l'intérêt de l'enfant commandait l'aménagement d'un cadre juridique consacrant l'imputabilité des personnes qui le prennent en charge ou qui agissent à son égard à titre de parents, peu importe leur orientation sexuelle.

    Cependant, plusieurs mécanismes juridiques reconnaissant à deux hommes ou deux femmes des responsabilités de nature parentale à l'égard d'un enfant auraient pu être envisagés sans pour autant en faire ses pères et ses mères au terme de son acte de naissance. Le législateur aurait pu, par exemple, autoriser le parent de l'enfant à consentir, devant notaire ou autrement, au partage de l'autorité parentale en faveur de son nouveau conjoint. Subsidiairement, il aurait pu organiser l'attribution judiciaire d'une parentalité psychologique pleine et entière en faveur du conjoint qui, au quotidien et de façon constante, remplit un rôle parental auprès de l'enfant de son conjoint. L'introduction de ces mesures aurait permis d'encadrer la réalité de l'enfant pris en charge par des conjoints de même sexe, qu'il ait été conçu dans le cadre d'une relation hétérosexuelle de l'un ou l'autre des conjoints, ou qu'il soit lié à l'un ou l'autre par suite d'un jugement d'adoption ou d'une procréation assistée. Le conjoint homosexuel se serait ainsi vu reconnaître un rôle formel et aurait incidemment exercé la gamme des droits assortis au statut parental sans pour autant que la filiation n'en soit modifiée. L'intervention du législateur aurait alors porté sur la parentalité et non sur la filiation, deux concepts distincts, mais malencontreusement confondus par la commission parlementaire. La filiation comporte plusieurs dimensions qui vont bien au-delà du droit: elle inscrit l'enfant sur l'axe généalogique, contribue à la constitution de son identité psychologique et sociale, alors que la parentalité ne fait que conférer l'exercice des droits et devoirs originellement attribués aux pères et mères, mais néanmoins susceptibles de délégation, de substitution ou de déchéance.

    Le législateur a instrumentalisé la filiation comme le font bien souvent les juristes. Il n'a vu dans la filiation qu'un concept juridique porteur d'autorité parentale, négligeant les dimensions psychologiques, sociales ou anthropologiques qui se rattachent à ce concept. Au-delà des polémiques d'ordre juridique, historique, social, moral, théologique ou anthropologique que soulève la filiation homo parentale, l'importance des enjeux en cause aurait justifié l'instauration de mécanismes législatifs portant sur la parentalité, du moins dans un premier temps. En joignant le rang des États qui ont agi de façon précipitée, le Québec a fait de l'enfant un objet d'expérimentation. Un constat troublant, mais le fait qu'on n'ait pu débattre de cette question plus longuement avant la promulgation de la nouvelle loi l'est encore davantage.»

    ALAIN ROY, conférence "Les enjeux de la réforme du droit de la filiation", Colloque Regards sur la diversité des familles" organisé par le Conseil de la Famille, mai 2005


    ***
    ****



    Un mère et une père?
    «Le sexe ou le genre des parents, comme le disent les anglophones et les sociologues, est de plus en plus dissocié de leur rôle. Les rôles de père et de mère peuvent être assumés aujourd'hui aussi bien par un homme et une femme que par deux hommes ou par deux femmes. C'est ce que le féminisme nous a appris mais nous tardons, semble-t-il, à tirer les conclusions qui s'imposent. Une participante à cette table ronde a fait un magnifique lapsus en disant "une" père et "un" mère. Ne pourrait-on pas effectivement parler de mère au masculin et de père au féminin. C'est sans doute un virage que nous serons forcés de prendre parce qu'il y a de plus en plus de parents dont les véritables fonctions parentales sont détachées du genre qu'on attribue de façon traditionnelle, et j'ajouterai sexiste, aux rôles paternel et maternel. Ces parents ne se posent plus ce type de questions et font simplement ce que la vie leur demande de faire. C'est le cas également des parents esseulés qui doivent assumer simultanément les rôles de père et de mère ou de mère et de père. Il y a, sur ce plan, une réflexion que nous devrons mener à terme.»

    MICHEL DORAIS, intervention lors de la table ronde "Les mots qui manquent, les mots qui changent", Colloque Regards sur la diversité des familles" organisé par le Conseil de la Famille, mai 2005

    Documentation

    Aspects législatifs
    Loi instituant l’union civile et établissant de nouvelles règles de filiation (format PDF)

    «Aimes-tu mieux ta mère ou ta mère?». Interview avec Alain Roy par Mathieu-Robert Sauvé, iForum, magazine en ligne de l'UdeM)

    Alain ROY, «La filiation homoparentale : Esquisse d’une réforme précipitée», Revue Internationale Enfances, Familles, Générations (publiée par le Conseil de développement de la recherche sur la famille du Québec), no 1, 2004

    Marie-France BUREAU, «L’union civile et les nouvelles règles de filiation au Québec : contrepoint discordant ou éloge de la parenté désirée». Communication présentée lors du colloque sur l'union civile organisée par la Chaire du notariat de l'Université de Montréal (29 novembre 2002)

    Georges AUBÉ, «Une tentative d'adaptation du droit québécois de la famille à l'évolution des modèles conjugaux et parentaux», Journal Entracte, vol. 12, no 2, 15 février 2003 (format PDF)

    Sénat français, Étude de législation comparée n° 100, janvier 2002

    Filiation et procréation assistée
    Pascale SALVAGE et Laurent CIMAR, Principes généraux du droit de la filiation et leur application à l'assistance médicale à la procréation (Faculté de médecine de Grenoble)

    Homoparentalité et développement des enfants
    Danielle JULIEN (UQAM), Monique DUBÉ (UQAM) et Isabelle GAGNON (UQAM), «Le développement des enfants de parents homosexuels comparé à celui des enfants de parents hétérosexuels», Revue québécoise de psychologie, vol. 15, n°3, 1994 (sur le site Homoparentalite.free

    Adoption et lien d'attachement
    Johanne De Champlain, conférence "L'instauration du lien lors de l'adoption", Colloque "Regards sur la diversité des familles", organisé par le Conseil de la Famille et de l'Enfance, mai 2005
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Pierre-Jean Dessertine
    adolescence, déconstruction, eugénisme, fantasme, genre, GPA, homosexualité, homosexuel, hétérosexualité, marchandise, mariage, mariage gay, mariage homo, parentalité, passion, PMA
    Pierre-Jean Dessertine
    eugénisme, homoparentalité, mariage homosexuel, Pagnol., parrain, Transhumanisme, écologie, éducation.
    Raccourcis
    Loi instituant l’union civile et établissant de nouvelles règles de filiation (Québec), format PDF
    Proposition de loi relative au pacte de solidarité civile (France), site du Sénat français
    Le pacte de solidarité civile (ViePublique.fr - Documentation de la République française)
    Le principe de coparentalité (Homoparentalité au masculin)
    L'adoption et les familles homoparentales (QuebecAdoption.org)

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.