• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Gui

    Définition

    "Le gui est une plante étrange: ni arbre, ni arbuste. La plante n'a pas de racines et ne peut se développer qu'en parasitant une autre plante (dont il perce l'écorce): pommier, orme, tilleul, pin, peuplier et saule. Il échappe aux règles habituelles du monde végétal, ignore le cycle des saisons et possède son rythme propre."

    Monique D., "Le gui", Le brin d'herbe (publication de l'association Terre des plantes, 6 Allée Duquesne, 44000, Nantes, France)


    Voici ce qu'en dit un dictionnaire médical français du milieu du 19e siècle :

    "... c'est une plante parasite de la famille des caprifoliées, qui tire son nom de la viscosité du suc de ses fruits. Le mot usuel vient du gaulois gwid qui veut dire arbuste; cette plante était, comme on le sait, en grande vénération chez les Gaulois, et elle avait un caractère symbolique et sacré dans la religion druidique. Les prêtres cueillaient le gui une fois l'année dans une fête solennelle et c'était seulement vêtu de blanc et avec une serpette d'or que l'on pouvait accomplir la cérémonie. Le gui croît sur un grand nombre d'arbres et spécialement sur le pommier, le poirier, l'amandier, le hêtre, le noyer, le frêne, l'orme, le tilleul, etc.; mais ce qui est remarquable, c'est qu'on ne le trouve que rarement sur le chêne, ce qui peut paraître extraordinaire à cause de son nom. Cette rareté est peut-être cause que le gui de chêne était en si grande vénération, et que l'on attribuait sans doute à cette espèce une propriété extraordinaire et mystérieuse. Le gui est vivace et rangé parmi les sous-arbrisseaux; il a environ deux pieds de haut; il ne pousse généralement que sur les arbres déjà vieux ou malades; il insinue ses racines entre les fissures de l'écorce dont il tire les sucs; il pousse dans toutes les directions sans se redresser vers le ciel, comme le font presque toutes les plantes. Sa tige est rameuse et ligneuse; ses feuilles sont petites, presque ovales, épaisses et dures; ses fleurs sont petites, et verdâtres; les fruits sont des baies monospermes blanches, douceâtres, un peu plus grosses que les groseilles blanches et réunies par trois; elles mûrissent en automne et souvent en hiver malgré le froid le plus vif. On prépare avec l'écorce de cette plante une glu que l'on dit moins bonne que celle du houx; les fruits que l'on croit être propres à cette préparation ne contiennent pas, d'après les recherches de Macaires, cette substance, que Pline dit y exister abondamment."

    Le même auteur évoque l'usage qu'on en faisait en médecine :

    "En médecine, le gui est employé comme antispasmodique; il est nauséeux, un peu âcre; il est regardé comme très-actif et il peut déterminer des vomissements et des purgations. Comme antispasmodique, le gui a été employé pendant longtemps contre l'épilepsie; on lui croyait une vertu spéciale contre celle maladie; on le donnait, à la dose de six gros en décoction et en poudre à la dose de quarante-huit grains et même à deux et trois gros par jour; on a employé aussi cette plante dans un assez grand nombre de maladies, telles que la paralysie, l'hystérie, l'apoplexie, la goutte, la diarrhée; mais dans ces derniers temps, on en a fait usage avec beaucoup d'avantage contre la coqueluche, et M. le docteur Blache a publié des observations à ce sujet qui permettent de croire à son efficacité."

    Jean-Pierre Baude, article "Gui", dans Jean-Pierre Beaude (dir.), Dictionnaire de médecine usuelle. Tome I [A-H], Paris, Didier, 1849, p. 155



    Éternellement vert sur un arbre qui, l'hiver, semble mort, le gui était pour les Gaulois un symbole de l'immortalité.

    Voir photos de Charles Declerck

    Enjeux

    Le gui, cette plante toujours verte, d'où vient le mot guignolée (Au gui l'an neuf!) était pour les Gaulois une plante sacrée. On trouve cette plante parasite notamment sur le chêne, autre plante sacrée. Éternellement vert sur un arbre qui, l'hiver, semble mort, le gui était pour les Gaulois un symbole de l'immortalité.

    Le gui n'existe pas au Québec et l'arceuthobie, petite plante parasite sur les conifères, appelée Petit Gui, ne peut nous consoler de son absence. «L'une des plus infimes et des plus curieuses plantes phanérogames de notre flore, écrit Marie-Victorin, dans la Flore laurentienne. C'est notre seul Gui et notre seul représentant de la famille tropicale des Loranthacées.»
    *

    Steiner, qui avait remarqué que le gui se développe comme un cancer, décida de l'utiliser dans la lutte contre cette maladie:

    «L’idée d’utiliser le gui dans les cas de tumeurs est venue à Rudolf Steiner à partir des analogies entre cette plante et son mode très spécial de développement. Ainsi, le gui (comme le cancer) se nourrit de la vie (de l’arbre) et se développe et porte ses fruits sur un être qui meurt (comme l’arbre en hiver).» (L'impatient, Alternative Santé).

    Documentation

    Hégésippe Moreau, Le gui de chêne, première parution dans le Journal des demoiselles en janvier 1837 sous le titre Macaria ou Les Héraclides,
    texte établi d'après l'édition du
    Myosotis dans la Bibliothèque du bibliophile parue à Lyon en 1920 chez H. Lardanchet.

    Arène, Paul. "Le bon gui", dans Nouveaux contes de Noël, Paris, C. Marpon, E. Flammarion, 1890, p. 33-38

    Rudolf Steiner, Mistletoe and Cancer, 1922

    Gaidoz, Henri. La Religion gauloise et le gui de chêne, Paris, E. Leroux, 1880, 16 p.
    Paru sous le titre de "Bulletin critique de la mythologie gauloise", dans la Revue de l'histoire des religions, t. II

    Superstitions et coutumes en Haute-Bretagne (France)

    "Nom patois. - Superstitions et Coutumes

    Guen (Saint-Aubin-du-Cormier).

    Le gui qui croît sur les épines noires guérit ceux qui tombent d'un mal (les épileptiques).

    Le plus recherché est le gui de chêne. On dit qu'il se vend au poids de l'or (S.-C.). Il y en a qui viennent de bien loin pour en chercher (P.).

    Le gui mélangé à la nourriture des chèvres et des vaches leur fait donner du lait (E.). Cf. Pline, cité par Gaidoz, p. 8. Le gui d'épines blanches passe la fièvre (E.) ou la colique (P.). On le fait bouillir.

    En Haute-Bretagne, on met au-dessus de la porte des auberges une branche de gui de pommier; il est d'usage en plusieurs pays de la renouveler à chaque tonneau de cidre nouvellement mis en perce. Si le cidre est nouveau, on met une pomme au milieu du gui.

    Le gui cueilli sur les épines passe le (sic) jaunisse. On le met à sécher au-dessus de la crémaillère et, quand il est complètement sec, la maladie est passée (E.)."

    Paul Sébillot (1843-1918), Traditions et superstitions de la Haute-Bretagne. Tome II. Paris, Maisonneuve et Larose, 1882, p. 316-317
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Allemand
    Mistel
    Anglais
    mistletoe
    Espagnol
    muérdago
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.