Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Grammaire

« La grammaire est l'art de lever les difficultés d'une langue; mais il ne faut pas que le levier soit plus lourd que le fardeau. »

RIVAROL, Discours sur l'universalité de la langue française.


*******


« Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser. »

CONDILLAC, Cours d'étude pour l'instruction du prince de Parme.


*******


« La grammaire qui sait régenter jusqu'aux rois. »

MOLIÈRE, Les Femmes savantes, II, 6, Philaminte.


*******


« La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes. »

MONTAIGNE, Essais, II, 12.


* * *


La grammaire est l'une des trois sciences du langage traditionnellement regoupées sous l'appellation de Trivium, avec la logique et la rhétorique.


*******


En résumé: L'objectif de la grammaire est de normaliser l'emploi de la langue naturelle.

Essentiel

« Ne dédaignez pas les grammairiens. Ce sont des ouvriers utiles. Ils réparent et raccommodent la langue, incessamment ravagée et effondrée par ces lourdes charrettes de prose et d'éloquence que les journaux, la presse, le barreau et la tribune, les tribunaux et les chambres font partir chaque matin pour les quatre coins de la France, et, il faut le dire aussi, ébranlée quelquefois, mais d'une autre manière, par le passage royal des grands écrivains. Ils pavent la grande route des idées. »

VICTOR HUGO, « Le style » (notes et fragments). Publié sous le titre « Opinions littéraires », dans la Revue de Paris, année 28, tome 6, 1er novembre 1921, p. 7.


*******


« La détérioration d'une langue est plus rapide, et la civilisation qu'elle porte plus fragile, lorsqu'on oublie le pédantisme grammatical.
Les civilisations sont des périodes de grammaire normative. »

NICOLÁS GÓMEZ DÁVILA, Le réactionnaire authentique, Monaco, Éd. du Rocher, 2005, p. 58.


* * *


On peut distinguer la grammaire scolaire de la grammaire philosophique. C'est la première qui est la cause des errements de la métaphysique, selon les philosophes analytiques: pour eux, la métaphysique serait la philosophie faite sur les ailes du langage plutôt que ce qu'elle prétend être, la connaissance des essences ou de la réalité en soi. Tout autres sont les prétentions de la grammaire philosophique, qui voudrait fixer la signification des mots en s'appuyant non seulement sur la linguistique mais également sur la logique profonde, qui fait intervenir des aspects ethnologiques. Ainsi, la grammaire serait universelle, bien que des langues différentes soient pourvues de grammaires différentes, dans la mesure où elle demeure la même pour un mot comme « comprendre » et tous ses équivalents dans les autres langues.

Articles


Dossiers connexes