Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Givre

Le givre est la rosée des matins froids. Au lieu de former des gouttes d'eau au sol, les gouttelettes constituant l'humidité de l'air forment de fins cristaux de glace, au sol, sur les branches d'arbre, les plantes mortes... Ces cristaux sont blancs comme poudre de neige et non comme glace transparente, ce qui les distingue du verglas. Ils ressemblent parfois à une dentelle blanche et sont souvent d'une beauté saisissante sous la lumière du soleil. Le phénomène se produit lorsque la température descend sous 0° C et que l'air ambiant est chargé de vapeur d'eau, souvent en surfusion, cet état instable ou l'eau demeure à l'état liquide sous le point de congélation.

Définition du Dictionnaire de l'agronome (1764)
«Est une espece de gelée blanche, ou de gelée condensée qui s'attache aux herbes, aux plantes: on l'apperçoit sur la surface de la terre, les toîts des maisons, & ailleurs. Le Givre qui paroît sur les plantes doit son origine à la sueur qui transpire de leurs parties organiques pendant la nuit: celui qu'on voit sur la surface de la terre, est le résultat des vapeurs, qui s'étant élevées de son sein, sont ensuite surprises par le froid lorsqu'elles viennent à descendre de l'air.»

Contrairement à la pluie, la neige, la grêle ou même le verglas, le givre n'est pas une précipitation. Il ne tombe pas du ciel, comme le font les météores mais il est plutôt une vapeur se dégageant de la terre aussi bien que de tous les corps vivants ou inanimés, lorsque le froid de l'air ambiant cristallise cette vapeur à leur surface extérieure. On parle d'une sueur de la terre, des arbres et des matériaux dont la température interne est supérieure au point de congélation atteint par l'air atmosphérique qui les enveloppe. Exceptionnellement, on peut parler d'un givre apparaissant à la surface intérieure des fenêtres, causé par la cristallisation de l'humidité dans l'habitat par le froid qui traverse le verre, cristallisation produisant le «jardin de givre» sur la vitre du poète Nelligan.

Essentiel

«Dans les arbres blancs de givre
Entends-tu le vent souffler?
Vois-tu le ciel se voiler?
Tout a donc cessé de vivre?»
Texte de Geoges Clerc d'après Heinrich Heine.

«Ma vitre, ce matin, est tout en feuilles blanches,
En fleurs de givre, en fruits de frimas fins, en branches
D'argent, sur qui des frissons blancs se sont glacés.»
Albert Lozeau, Effets de neige et de givre, in L'Âme solitaire, Beauchemin, 1907.

«Ma vitre est un jardin de givre.»
Émile Nelligan, Soir d'hiver.
***
Un conseil de jardinier: À l'automne, au lieu de manicurer votre jardin, laissez en place les fleurs passées et les feuillages flétris, de manière à jouir ensuite de la beauté des ciselures et autres effets du givre.

Articles


Dossiers connexes