Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Couture

    Documentation

    L'industrialisation des textiles, en uniformisant les vêtements grâce à la possibilité de les produire désormais à large échelle, a fait disparaître tous les petits métiers qui, pendant des siècles, étaient comme les vaisseaux sanguins d'un village ou d'une communauté. Les historiens se sont intéressés aux métiers proches du travail des champs et de l'alimentation, celui de forgeron, par exemple, ou de boulanger; moins à ceux de l'économie familiale. On trouve maintenant si naturel d'acheter ses vêtements qu'on perd de vue qu'au Canada français, il y a quelques décennies, un garçon à marier tenait compte, en choisissant sa fiancée, de ses talents de tisserande, de tricoteuse et de couturière. Une grand-mère exhibait dans les années soixante-dix les divers sous-vêtements tricotés à la main qu'avaient revêtus ses enfants et son mari. La culture du lin, l'élevage des moutons et, dans les pays chauds, du ver à soie étaient aussi essentiels à l'économie familiale rurale que le jardin potager ou le poulailler. Un trousseau de mariée se composait de draps de lin si inusables qu'on les retrouvait parmi les biens et meubles légués par testament.

    La France étant le pays où se décrète la mode depuis des siècles, voyons comment s'y est fait le passage du tissage domestique à l'industrie du textile. «C'est après la Révolution entre 1795 et 1850 que la petite industrie artisanale fait place à la véritable entreprise industrielle. Grâce à l'extension rapide de la mécanisation, des filatures et des entreprises de tissage se créent dans tout le pays, les tissus se vendent à des prix abordables, les vêtements se démocratisent. Si Vaucanson avait, en 1475, inventé un procédé pour tisser les étoffes, ce n'est que 50 ans plus tard qu'il fut utilisé, repris en cela par Jacquard qui inventa le métier à tisser bien connu. Ainsi, la mécanisation du tissage des étoffes entraîna-t -elle celle du vêtement.

    Pour ce secteur, le processus se fera lentement. Si, sous le règne de Louis-Philippe, l'industrie remplace presque partout l'artisanat, la mécanisation à du mal à envahir les entreprises, ceci en raison uniquement de problèmes économiques: les nouveaux matériels sont chers et les industriels hésitent à investir. Malgré tout, l'industrie de la confection prend son essor. Les tailleurs voient leur nombre augmenter. 1830: avènement des professeurs de coupe célèbres et des tailleurs de renom. Cette époque marque le départ de la réputation des grands tailleurs parisiens.

    Mais la couture, prise au sens de piquage, reste sinon dans le domaine familial, du moins au stade artisanal jusqu'au milieu du XIXe siècle. L'industrie du vêtement confectionné avait encore un caractère local et ignorait tout des procédés de grande fabrication. Elle débutera à Paris en 1830. À partir de ce moment-là, tout ira très vite. Dix ans plus tard, quelques industriels décident de vendre des vêtements «tout faits». C'est un succès. Aidée par l'invention de la machine à coudre par Thimonier, cette industrie deviendra, à partir de 1859, une branche très importante dans l'habillement.

    1880: apparaît la confection pour enfants. C'est aussi la date d'origine de la confection féminine.

    L'industrie de la confection française sera, à partir de 1895, concurrencée par Berlin et Vienne qui introduiront notamment le costume tailleur. Les confectionneurs français font alors appel à une main d'œuvre masculine étrangère, israélite dans sa grande majorité, et qui se contentait de salaires très bas. Cette main d'œuvre prit, petit à petit, la direction de ces entreprises ou en créa d'autres. À la fin du XIXe siècle, en France, l'industrie de la confection compte 30 000 ouvriers 4»...
    (H.L. tiré d'un article de L'Agora: Vêtement: traduction ou trahison de soi
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C