• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Citoyen

    Définition

    L'homme est, selon Aristote, un zoon politikon, c'est-à-dire, littéralement, un animal civique, un animal citoyen. L'adjectif politikon est dérivé du mot polis, qui signifie cité. En d'autres termes, il est, selon Aristote, dans la nature de l'homme de se comporter comme un citoyen, d'avoir pour sa cité un attachement tel qu'il exposera sa vie pour la défendre après avoir consacré une part importante de son temps à ses institutions. «Il a combattu à Marathon.» Telle est la seule inscription que l'on peut lire sur la tombe d'Eschyle, qui avait pourtant bien d'autres titres de gloire, dont celui de meilleur auteur dramatique de son époque. Rien n'illustre mieux la citoyenneté. Elle est une balance qui doit toujours pencher du côté des devoirs pour que soit assuré le respect des droits qui se trouvent sur l'autre plateau.

    Dans sa recherche de la justice, qui doit être son premier souci, le citoyen est soutenu et inspiré par la philia, mot qu'utilise Aristote pour désigner l'amitié qui fait les communautés.
    La philia, quel que soit l'équivalent français adopté, c'est la réserve de chaleur humaine, d'affectivité, d'élan et de générosité (au-delà de la froide impartialité et de la stricte justice ou de l'équité) qui nourrit et stimule le compagnonnage humain au sein de la Cité: et cela à travers les fêtes, les plaisirs et les jeux comme à travers les épreuves. La philia, c'est aussi le sentiment désintéressé qui rend possible de concilier, comme le veut Aristote, la propriété privée des biens et l'usage en commun de ses fruits. (Jean-Jacques Chevalier, Histoire de la pensée politique, tome 1, Payot, Paris 1979)
    On demanda un jour à Solon quelle était la ville la mieux policée: «C'est, répondit-il, celle où tous les citoyens sentent l'injure qui a été faite à l'un d'eux et en poursuivent la réparation aussi vivement que celui qui l'a reçue».

    Enjeux

    Même si grecs ont prouvé que le sentiment d'appartenance à une cité était non seulement compatible avec le sens de l'universel, mais qu'il en était même la condition, les cités, et avec elles l'idée de citoyenneté, sont tombées en discrédit au IVe siècle, ce qui laissa le champ libre à l'impérialisme d'Alexandre et à celui des Romains. Le civisme, l'attachement à la polis, fut alors remplacé par le cosmopolitisme, mot qui désigne un sentiment d'appartenance consistant à reporter sur le monde (et l'humanité) un attachement dont la cité est l'objet premier.
    Au cours des temps modernes, les nations se sont imposées comme premier lieu d'appartenance et comme cadres de la citoyenneté. Le discrédit dans lequel elles sont tombées au cours du XXe siècle semble s'accentuer au début du XXIe. D'où l'inquiétude que suscite cette nouvelle forme de cosmopolitisme appelée mondialisation.

    Essentiel

    Dans les pensées qui suivent, Simone Weil utilise le mot grec metaxu, signifiant pont, intermédiaire, pour désigner l'ensemble de ces biens relatifs qui sont nécessaires aux êtres humains. La cité est l'un de ces biens.

    «Qu'est-ce qu'il est sacrilège de détruire ? Non pas ce qui est bas, car cela n'a pas d'importance. Non pas ce qui est haut, car, le voudrait-on on ne peut pas y toucher. Les metaxu. Les metaxu sont la région du bien et du mal.

    Ne priver aucun être humain de ses metaxu, c'est-à-dire de ces biens relatifs et mélangés (foyer, patrie, traditions, culture, etc.) qui réchauffent et nourrissent l'âme et sans lesquels, en dehors de la sainteté, une vie humaine n'est pas possible.

    Les vrais biens terrestres sont des metaxu. On ne peut respecter ceux d'autrui que dans la mesure où l'on regarde ceux qu'on possède seulement comme des metaxu, ce qui implique qu'on est déjà en route vers le point où l'on ne peut s'en passer. Pour respecter par exemple les patries étrangères, il faut faire de sa propre patrie, non pas une idole, mais un échelon vers Dieu.»

    Documentation

    Un exposé sur la citoyenneté suisse

    Une étude comparée de la citoyenneté dans les unions de type fédéral, par Jacques Yvan Morin

    Exposé sur la citoyenneté en Israël

    La citoyenneté et la nationalité dans l'Union européenne, par David Ruzié

    Ensemble de textes et de documents (en espagnol) sur la citoyenneté portoricaine (un cas intéressant pour le Québec)

    Un ensemble de fiches du Parlement européen sur la citoyenneté européenne et les droits des citoyens de l'Union européenne

    Globalization and Citizenship. Report of the UNRISD International Conference, Genève, 9-11 décembre 1996

    La citoyenneté québécoise : les apories d’une conception pluraliste et nationaliste du vivre-ensemble, par Jacques Beauchemin, Département de sociologie, Université du Québec à Montréal; La citoyenneté, une notion un peu complexe, par Desmond Morton («Citoyenneté 2020 - S'engager pour notre avenir», Conférence de l'Institut d'études canadiennes de McGill, 20 et 21 octobre 2000, Montréal (Qc))

    Patrick Vermeren, Le citoyen comme personnage philosophique. Texte d'une communication (Nécessités économiques et libertés politiques à l'heure de la mondialisation, Chaire Unesco d'étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique, UQAM, hiver 1999)

    Documents sonores
    La citoyenneté vue par les philosophes. Pascal Brucker et Albert Jacquard donnent leur définition de la citoyenneté. Extrait de l'émission «Éloge de l'indignation», Radio-Canada, 7 juillet 1996, 3 min 10 (Real Audio)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Allemand
    Bürger
    Anglais
    Citizen
    Espagnol
    Ciudadano
    Documents Associés
    Michèle Drissen
    Responsabilité, mondialisation, développement durable, environnement , consommation , actualité.
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.