• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Pozzi Catherine

    Poétesse française du début du siècle. Son enfance et sa jeunesse la destinaient à un destin brillant, éclairé par le grand monde et l'intelligence. Elle obtint ce destin, approfondissant un multitude de domaines artistiques et scientifiques, reçue -bien que peu célébrée- dans la société intellectuelle de Paris, et liée à de grandes personnalités comme Valéry et Rilke. De surcroît, le supplice de la tuberculose, la solitude et sans doute un penchant mystique attaché à son caractère lui donneront une profondeur et une exigeance rares dans le monde qu'elle fréquentait.

    Biographie

    Son père, Samuel Pozzi (1856-1918), était un médecin gynécologue de grande réputation, membre de l'Académie de médecine. Homme léger et mondain d'après les descriptions qui nous restent, il fréquentait la haute société que décrit Proust: Mme Strauss, Madeleine Lemaire, la princesse Mathilde, Montesquiou, Madame Aubernon, José Maria de Heredia. Ajoutons les Rotschild, Anatole France et Sarah Bernard qui lui faisaient l'honneur de leur clientèle.

    Avec sa femme Thérèse Loth-Cazalis, il aura deux fils, Jacques et Jean, et une fille, Catherine. L'enfant est confiée à une gouvernante anglaise et une bonne allemande. Ces deux langues côtoieront toujours le français dans l'esprit de Catherine, colorant sa pensée de références à l'une et l'autre. Du reste, son éducation est plutôt négligée par la famille et elle exerce son intelligence au gré de sa curiosité. Les poètes du XVIe siècle, Cavalcanti, Dante and Petrarch, attirent particulièrement son attention.

    Elle devient une jeune femme méditative, plutôt solitaire. Avec des amies, elle joue au tennis et monte à cheval. Elle voyage aussi, à travers l'Italie et jusqu'à Oxford en Angleterre où elle étudie un an. Peu attirée par la vie de couple, Catherine se marie pourtant à l'âge de 25 ans avec Édouard Bourdet, futur auteur célèbre de pièces de boulevard. Claude Bourdet, futur journaliste, nait en 1909 de cette union.

    L'année suivante, Catherine apprend sa condamnation par la tuberculose. La maladie l'amène vers des sanatoriums d'Allemagne et de Suisse, tandis qu'Edouard Bourdet vit d'autres passions. L'époque qui va suivre est absorbée par l'étude de la philosophie, de la religion, des mathématiques et des sciences naturelles. Elle obtient un baccalauréat en 1918, à 37 ans. Le couple Bourdet-Pozzi divorce en 1920.

    La même année, Catherine rencontre Paul Valéry, grand amour de sa vie. C'est l'époque où celui-ci travaille à la «Méthode de Léonard de Vinci». Tous deux sont éblouis par leurs affinités intellectuelles, pensant et ressentant en communion.

    On a dit que le poème "Les pas" (Charmes), avait été inspiré par Catherine.
    «Car j'ai vécu de vous attendre
    Et mon coeur n'était que vos pas.»

    Leur liaison exigeante et douloureuse durera 8 ans dans un secret relatif. C'est près de Valéry que Catherine Pozzi noue des liens amicaux avec Rainer Maria Rilke, Colette, Henri de Régnier, et la famille d'Anna de Noailles.

    La rupture sera le grand drame des dernières années de Catherine, déjà horriblement rongée par la tuberculose. La douleur physique la pousse au bout de ses ressources. «Vers la fin de sa vie, écrit Lawrence Joseph, Catherine Pozzi en vient à considérer sa douleur comme une vocation». «Je suis un des points singuliers par où la souffrance de la planète rayonne.»

    Durant ces années, poussée par son ami Jean Paulhan, rédacteur en chef de la Nouvelle Revue Française, elle écrit et retravaille les six poèmes qu'elle jugera dignes de demeurer: Vale, Ave, Scopolamine, Nova, Maya et Nyx. Ceux-ci seront publiés l'année suivant sa mort qui se produit en juillet 1934. Aurait-elle aimé vivre pour cette publication? Elle avait hésité durant plusieurs années, déchirée entre un profond besoin de reconnaissance et un mépris souverain pour le rôle de célébrité littéraire.

    Son journal, tenu régulièrement pendant les 21 dernières années de sa vie, est une oeuvre digne d'être publiée (elle le sera 30 ans plus tard, d'après la volonté testamentaire de Catherine). Y reprochera-t-on un certain ressentiment, allant jusqu'à la hargne dans le cas de femmes de son entourages? Ce serait se montrer bien sévère pour des pensées intimes adressées « à la sympathie... de qui ? De rien, de nul, je le sais bien : ce lecteur est moi, cette oreille est la mienne

    Oeuvres

    Agnès
    (Ed. La différence, 2002) (Présentation)

    Oeuvres poétiques
    Ed. La différence, 2002

    peau d'âme
    Coll. Philosophia perennis, Ed. La différence, 1990

    Catherine Pozzi – Rainer Maria Rilke, correspondance 1924-1925, Éd. La différence (1990)

    POÈMES [1959] , 48 pages, 140 x 190 mm. Collection Métamorphoses (No 55) (1960), Gallimard -poes. ISBN 2070252248.
    Le même ouvrage
    . Nouvelle édition en 1987, 48 pages, 140 x 205 mm. Collection blanche (1987), Gallimard -poes. ISBN 2070711633.

    Très haut amour. Poèmes et autres textes, coll. Poésie/Gallimard, 2002

    Journal 1913-1934, Édition Claire Paulhan
    Réédité en 2005 par les Édition La différence, colection Libretto avec une préface du biographe Lawrence Joseph

    Entendre Scopolamine sur le site Vive voix du Weaton College

    Documentation

    Traductions:
    Scopolamine et Nyx en anglais sur Poems and Poetry

    Biographies en ligne:
    1. Commentaire biographique de l'oeuvre de Pozzi sur espritsnomades.com (avec de nombreuses images)
    «Son écriture poétique est classique, non influencée par Paul Valéry. Valéry, "son plus bel échec, sa plus belle chance", ne connaît que la brûlure froide, il ne pouvait comprendre cette femme avec ses stigmates, ses brûlures, son absolu totalement absolu et se heurtant donc au monde réel. Son intransigeance de femme en feu, se retrouve dans ses vers qui cassent le cocon de l'écriture apprêtée de ce début de vingtième siècle. Ils parlent de l'impossibilité d'être dans l'absolu, et de l'impossiblité de ne pas y tendre tout entier.»
    2. Biographie et commentaire, Sensual Intellect, Rediscovering the poetry of Catherine Pozzi (angl.), France Magazine
    «Pozzi developed a sort of writerly over-scrupulousness—a paralyzing disdainful rigor perhaps mixed with a secret lack of self-confidence—that made her look aghast at the prospect of publishing.»
    2. Biographie complète (angl.) sur Oldpoetry.com
    3. Courte biographie avec images (espag.), El otro mensual
    4. Commentaire d'un poème tiré du journal de C.P.: Morale exigeante de Catherine Pozzi... mais surtout pour les autres., Raphaël Cohen (site personnel)
    5. Biographie et traductions anglaises commentées (angl.), Somes notes on Catherine Pozzi, Jack Foley, Alsop Review
    «Pozzi is surely a poet in whom rhyme and meter carry much of the “meaning.” To make no attempt at all to translate them is to fail the poet.»

    Critiques
    2. critique littéraire: Didier Garcia, Journal 1913-1934: Vingt et un ans de plaintes, de souffrances physiques et de désillusions amoureuses : un journal intime façon cahier de doléances., La matricule des anges: magazine indépendant de littérature
    «L'intérêt de ce Journal, c'est que Pozzi y réfléchit volontiers sur ce qu'il est, sur un genre qu'elle dit pratiquer " pour ne pas crever de certaines choses" .»

    3. Courte biographie sur le site mi-sérieux/mi-humoristique de l'Université de Napierville, lié à une biographie de Samuel Pozzi


    Publications:
    Lawrence Joseph, Catherine Pozzi : une robe couleur du temps, Éditions de la Différence, 1988.

    Baudouin, Daphni, «Le Journal de Catherine Pozzi (1913-1934) : lieu de jonction/disjonction entre discours diaristique et discours épistolaire»,

    Ressources:
    Il existe un Fond Catherine Pozzi regroupant des douments originaux à la Bibliothèque Nationale de France. «Les manuscrits forment un ensemble considérable et appellent un classement soigné. L’autre volet du Fonds consiste en une volumineuse correspondance, très brillante sur les plans littéraire et mondain. Elle offre un miroir fascinant du grand monde et de l’intelligentsia de l’entre-deux-guerres. Nombreux sont les ensembles qui méritent publication.» (2003)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01

    Référence


    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.