• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Astrologie

    Définition

    Art divinatoire, cherchant à déterminer l'influence des astres sur le cours des événements terrestres et à en tirer des prédictions d'avenir.



    *******

    Une illusion nécessaire à l'inquiète curiosité de l'être humain (Laplace)
    «[Chez les peuples égyptiens et chaldéens], l'astronomie ne fut cultivée que dans les temples, par des prêtres qui firent servir leurs connoissances, à consolider l'empire de la superstition dont ils étoient les ministres. Ils les cachèrent soigneusement sous des emblêmes qui présentoient à la crédule ignorance, des héros et des dieux dont les actions n'étaient qu'une allégorie des phénomènes célestes, et des opérations de la nature ; allégorie que le pouvoir de l'imitation, l'un des principaux ressorts du monde moral, a perpétuée jusqu'à nous, dans les institutions religieuses. Profitant pour mieux asservir les peuples, du desir si naturel de pénétrer dans l'avenir, ils créèrent l'astrologie. L'homme porté par les illusions des sens, à se regarder comme le centre de l'univers, se persuada facilement, que les astres influent sur sa destinée, et qu'il est possible de la prévoir, par l'observation de leurs aspects au moment de sa naissance. Cette erreur chère à son amour-propre, et nécessaire à son inquiète curiosité, paroît être aussi ancienne que l'astronomie...»

    M. DE LAPLACE, Exposition du système du monde, 1796



    *******

    Prophétiser par la science de l'astronomie
    «Tout est prédit par un souffle divin et grâce à l'esprit angélique inspiré à l'homme qui prophétise, lui rendant des augures consacrés par l'onction qui l'illuminent, lui enlevant toute fantaisie par diverses apparitions nocturnes, autant que par une certitude diurne, il prophétise par la science de l'astronomie, avec l'aide de la très sainte prédiction future, en ne considérant que son courage dans la liberté.»
    NOSTRADAMUS, cité par Jean-Paul Citron, Le signal astrologique


    *******


    Aristote et l'astrologie
    «On a coutume de tenir l'exposition de la théologie d'Aristote à part de sa doctrine des sphères et des âmes astrales, qui ont des vies divines, qui sont des dieux. Ce sont pourtant là des sujets étroitement liés chez lui par l'astrologie, science qu'il appelle «la plus propre et la plus intime philosophie des sciences mathématiques; car elle fait la théorie de l'être à la fois sensible et éternel, tandis que les autres de ces études ne s'occupent point des êtres mais seulement de la géométrie ou des nombres». En écartant cette doctrine on ne saurait se faire une idée complète et juste de l'état réel d'esprit religieux et de croyance de cet ancien. C'est avec intention que nous venons de traduire par astrologie, non par astronomie, car s'il n'est pas question d'horoscopes, il s'agit au moins des astres comme dieux, sujet étranger à l'astronomie. Voici donc comment Aristote concevait le système du monde divin. Les planètes participent à différents mouvements relatifs, puisque, en outre de la révolution générale apparente du ciel, elles éprouvent à nos yeux plusieurs déplacements qui ne peuvent s'expliquer que par d'autres révolutions (qu'on supposait toujours circulaires, uniformes et concentriques) et par plus d'une pour chacune d'elles. Aristote s'en remettait, sauf amendement, aux observateurs de son temps pour décider du nombre des sphères nécessaires pour rendre compte de cette manière de tous les phénomènes. Ce nombre des sphères emboîtées pouvait alors aller jusqu'à cinquante-six. Quelques-unes n'étaient introduites qu'afin d'annuler, par des mouvements exactement contraires, des mouvements de sphères supérieures qui ne devaient pas se faire sentir dans le déplacement des planètes portées si des sphères inférieures. Malgré ce qu'a de visiblement fictif un tel arrangement, Aristote voulait qu'il y eût dans le ciel autant d'êtres ou d'essences, principes immobiles et sensibles, qu'il y a de ces sphères mouvantes dont les mouvements composent les mouvements des astres; car à, chaque révolution particulière, et non pas seulement à chaque planète, il faisait correspondre un moteur, lui-même immobile et éternel, sans étendue, le tout, d'ailleurs, ne laissant pas de dépendre du premier moteur, afin que le ciel fait un. La philosophie confirmait ainsi, selon lui, la tradition de la divinité du monde et des corps célestes.
    Une tradition venue de l'antiquité la plus reculée et transmise à la postérité sous le voile de la fable nous apprend que les astres sont des dieux et que la divinité embrasse toute la nature ; tout le reste n'est qu'un récit fabuleux imaginé pour persuader le vulgaire et pour servir les lois et les intérêts communs. Ainsi on donne aux dieux la forme humaine, on les représente sous la figure de certains animaux ; et mille inventions du même genre qui se rattachent à ces fables. Si l'on sépare du récit le principe lui-même, et qu'on ne considère que cette idée, que toutes les essences premières sont des dieux, alors on verra que c'est là une tradition vraiment, divine. Une explication qui n'est pas sans vraisemblance, c'est que les arts divers et la philosophie furent découverts plusieurs fois et plusieurs fois perdus, comme cela est très possible, et que ces croyances sont pour ainsi dire des débris de la sagesse antique, conservés jusqu'à notre temps. Telles sont les réserves sous lesquelles nous acceptons les opinions de nos pères et la tradition des premiers âges.»
    CHARLES RENOUVIER, Philosophie analytique de l'histoire: les idées, les religions, les systèmes, t. I, Paris, éd. Leroux, 1896-1897

    Enjeux

    Dans La force de Conviction, Jean-Claude Guillebaud résume ainsi son analyse de l'importance croissante des astrologues et des voyants dans la vie des Français: «Belle revanche statistique et financière de la superstition!»

    «Rien qu’en France, on évalue à cinquante mille le nombre d’astrologues et de « voyants » qui vivent assez confortablement de leur talents supposés. Dans l’édition française, le secteur regroupant les ouvrages d’ésotérisme et d’occultisme réalise à lui seul plus de vingt millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. Ce chiffre progresserait d’environ dix pour cent par an. « Dans son ensemble, écrit l’auteur d’une enquête sur le sujet, le marché des "arts divinatoires", est estimé à 3,2 milliards d'euros ! Pour donner une idée, cette somme dépasse et de loin le chiffre d'affaires de toute l'édition » 1

    De façon plus concrète, on peut se référer aux résultats d’une enquête publiée dans les Cahiers de chirurgie à la fin des années 1980 et reprise par le magazine L’Expansion. Les auteurs de cette enquête évaluaient déjà à quelque trois milliards et demi d’euros (21,3 milliards de francs) le chiffre d’affaires des « voyants » français. Cette somme représentait, à l’époque, le triple des dépenses de consultation des médecins généralistes, et à peu près l’équivalent des crédits publics alloués, la même année, au ministère de la Recherche. Belle revanche statistique et financière de la superstition..

    On pourrait ajouter que le réflexe assez nouveau qui consiste à voir ou à chercher du sacré partout est la variante « douce » d’un même besoin de magie et de mystère. « Cette torsion des esprits, note une sociologue des religions, prend parfois l'allure d'une torsion du bâton dans l'autre sens. On ne voyait plus – sous la domination du paradigme de la perte religieuse des sociétés modernes – de la religion nulle part. On découvre désormais du "sacré" partout : des manifestations sportives aux concerts de rock, rien n'échappe à la problématique devenue envahissante du "retour du religieux" Religion et politique », . »

    1-Mohammed Aïssaoui, Le Figaro, 30 décembre 2004.
    2-Chiffres cités par Frédéric Méridien, Ma sorcière bien aimée : spirites et magiciens, Hermé, 1991.. .
    3-Danièle Hervieu-Léger, « La religion, mode de croire », op. cit., p. 149.

    Documentation

    Le pouvoir de l'astrologie: dossier du magazine L'Express. Voir: «Un langage qui nous parle de notre psyché». Entretien avec Edgar Morin.

    Christian Magnan, «Postures et impostures». Extrait du livre Et Newton croqua la pomme..., Paris, Éditions Belfond/Sciences, 1990. Point de vue d'un astrophysicien, professeur au Collège de France.

    Cinq réponses à un amateur d'astrologie, par Jean-Claude Pecker, astrophysicien, membre de l'Académie des Sciences (Sciences et pseudo-sciences, revue de l'Association française pour l'information scientifique).

    Jean Bricmont et Diane Johnstone, L'astrologie, la gauche et la science, Le Monde diplomatique, août 2001: «Mention "très honorable". Le titre de docteur en sociologie attribué récemment à Mme Elisabeth Teissier a suscité une certaine agitation médiatique, due surtout à la notoriété de la diplômée, astrologue de profession. On a parfois eu l'impression que la question était de savoir si l'astrologie était un sujet légitime pour une étude sociologique ou si la thèse était d'un niveau acceptable. Là n'est pas le fond du problème.»

    L'astrologie, une cafétéria libre-service?
    «Quand on pense que Jupiter désignerait tout à la fois la bourgeoisie, la chance, les propriétaires de chevaux de course, les cuisses, les prélats, la richesse et les crises de foie, on commence par s'étonner de n'y pas trouver de raton-laveur, puis on est pris d'un doute: l'astrologie n'est-elle pas l'art du bric-à-brac? Une sorte de cafétéria géante, où chacun, passant avec son plateau (en l'occurrence le thème astrologique qu'il étudie), choisirait au passage ce qui convient le mieux à sa stratégie interprétative du moment?»
    JEAN-PAUL CITRON, Le signal astrologique
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Antonymes
    science
    Allemand
    Astrologie
    Anglais
    astrology
    Espagnol
    astrología
    Documents Associés
    Alain
    Ernst Jünger
    Astrologue, astronomie, destin, temps
    Charles Renouvier
    Arts divinatoires, oracles, mages chaldéens, superstitions chinoises, Étrusques, Rome antique, Cicéron
    Jacob Burckhardt
    Christophe Paillard
    Liberté d'action, astromancie, influence des astres
    Raccourcis
    Astrologie: le pourquoi, le comment... et le peut-être, par Jacques Languirand («Par 4 chemins», Radio-Canada)
    Astrologie chrétienne
    Traité d'astrologie (L'art du livre arabe, exposition virtuelle de la Bibliothèque nationale de France)
    L'astrologie des plantes
    Yi King
    L'astrologie chinoise

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.