• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Alcibiade

    Général et homme politique athénien, pupille de Périclès et élève de Socrate. Le «beau fossoyeur» d'Athènes dira de lui Jacqueline de Romilly. Beau, il a séduit les Athéniens, à commencer par les plus illustres d'entre eux: Périclès qui fut son tuteur, Socrate qui combattit près de lui et Platon qui en fit le principal interlocuteur de Socrate dans l'un de ses dialogues. Si enclins qu'ils aient été, comme tous les Grecs de leur temps, à lire la beauté de l'âme dans celle du corps, aucun des illustres amis d'Alcibiade ne fut dupe de la légèreté et de la démesure qui le poussèrent à entraîner les Athéniens dans une campagne désastreuse contre la Sicile en 415.
    (J. D.)

    Biographie

    Alcibiade fit ses premières armes à la bataille de Potidée (432) où il fut sauvé par Socrate. Quelques années plus tard, à la bataille de Delium, c'est lui qui sauvera Socrate.

    «Il était, raconte Plutarque, dans sa première jeunesse lorsqu'il alla à l'expédition de Potidée. Tant qu'elle dura, il logea dans la tente de Socrate, et ne le quitta jamais dans les combats. À une grande bataille qui se donna, ils se conduisirent tous deux très vaillamment; et Alcibiade ayant été renversé d'une blessure qu'il avait reçue, Socrate se mit devant lui, et le défendit avec tant de courage à la vue de toute l'armée, qu'il empêcha les ennemis de se rendre maîtres de sa personne et de ses armes. Le prix de la valeur était incontestablement dû à Socrate; mais les généraux ayant témoigné le désir d'en déférer l'honneur à Alcibiade, à cause de sa haute naissance, Socrate, qui voulait augmenter en lui son émulation pour la véritable gloire, fut le premier qui rendit témoignage à sa bravoure, qui demanda qu'on lui adjugeât la couronne et l'armure complète. À la bataille de Délium, qui se donna longtemps après, en 424, les Athéniens ayant été mis en fuite, Socrate se retirait à pied avec quelques autres soldats: Alcibiade était à cheval; et le voyant dans cet état, il ne voulut pas s'éloigner de lui; mais se tenant toujours à ses côtés, il le défendit courageusement contre les ennemis, qui poursuivaient les fuyards et en tuaient un grand nombre.»1 (Suite)

    Pendant ce temps, Alcibiade s'efforçait de miner la paix entre Athènes et Sparte, conclue par Nicias, son grand ennemi. Cette politique eut pour conséquence la défaite de Mantinée en 418.

    En 417, Alcibiade est élu stratège. En 415, la campagne contre la Sicile, dont il fut le principal instigateur, est déclenchée. Au moment précis où la flotte athénienne quittait le Pirée, on apprend que les Hermès, statues que l'on trouvait devant les temples et certaines maisons privées, avaient été décapitées et mutilées. Un groupe de jeunes en état d'ivresse aurait été à l'origine de cette profanation, à laquelle on associa le nom d'Alcibiade. Alors qu'il était encore en campagne contre la Sicile, Alcibiade fut rappelé à Athènes pour y être jugé. Se sachant déjà condamné, il se réfugia à Sparte où il complota contre les siens. Ayant indisposé les chefs spartiates par l'éclat des services qu'il rendit à leur cité, il se réfugia ensuite auprès de Tisapherne, satrape du roi de Perse. Alcibiade rentre triomphalement à Athènes en 408. Il est élu stratège. Il rend de grands services à sa patrie puis retourne en Perse où il est assassiné, sur les ordres des Spartiates.

    Voici le jugement du Thucydide sur la responsabilité d'Alcibiade dans la guerre contre la Sicile, puis un passage de l'Alcibiade de Platon qui aide à comprendre la nature de l'attachement de Socrate pour le «beau fossoyeur» d'Athènes:

    «XV. Tel fut le discours de Nicias. Les orateurs qui lui succédérent à la tribune parlèrent pour la plupart dans le sens de la guerre et du maintien du vote précédent ; quelques-uns furent d'avís contraire. Mais le plus ardent promoteur de l’entreprise fut Alcibiade, fils de Clinias. Il y était porté par antagonisme contre Nicias, son adversaire politique, et aussi parce qu'il venait d'être désigné d'une manière offensante. D'ailleurs il ambitionnait un commandement qui devait amener la conquête de la Sicile et de Carthage, en lui procurant à lui-même des richesses et de la gloire. Jouissant de la considération publique, il portait ses vues fort au-dessus de sa condition , et dévorait son patrimoine en chevaux et en autres prodigalités. Cet homme fut un des principaux auteurs de la ruine d'Athènes. Bien des gens, alarmés du luxe effréné qu'il déployait dans sa manière de vivre , et de 1'audace qui perçait dans toutes ses conceptions , prirent de 1'ombrage contre lui , et le soupçonnèrent d'aspirer à la tyrannie. Aussi, quoiqu'il eut fait comme général les meilleures dispositions stratégiques, l’animosité qu'inspira sa conduite privée fut cause qu'on lui substitua d'autres chefs , qui ne tardèrent pas à mener la ville à sa perte. En cette occasion, il parut devant le peuple et parla en ces termes:»2 (Suite)

    Platon et Plutarque sont moins sévères que Thucydide pour Alcibiade, ils ont pour lui la même indulgence que le peuple athénien. Son ambition, sa démesure dans la vanité comme dans les plaisirs, loin de lui voiler la sagesse de Socrate, la lui faisait paraître plus belle et plus désirable. Son amitié pour Socrate rappelle ce que sera plus tard celle d'un sage, La Boétie, pour un autre sage, Montaigne. C'est dans le dialogue consacré cette amitié, L'Alcibiade, que Platon trouvera les accents les plus inspirés pour parler du thème le plus cher à Socrate, le connais-toi toi-même.
    (J.D.)

    1. PLUTARQUE, Les vies des hommes illustres, traduction de Ricard, Furne et Cie., Paris, 1840
    2. THUCYDIDE, Histoire de la guerre de Péloponèse, traduction de E.-A. Bétant, Paris, Librairie Hachette et Cie., 1878, p. 325

    Documentation

    Jacqueline de Romilly, Alcibiade ou le beau fossoyeur d'Athènes.

    Strindberg, August. "Alcibiades", in Historical Miniatures. Traduction anglaise de Claud Field (Project Gutenberg)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Données biographiques
    Nationalité
    Grèce
    Naissance
    450 av. J.-C., Athènes
    Déces
    404 av. J.-C.
    Documents Associés

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.