Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Agriculture de conservation

Définition de la FAO:
«L'agriculture de conservation" paraît presque trop belle pour être vraie. Au lieu de brûler les résidus de récolte ou d'enfouir la biomasse dans le sol, vous les laissez sur place en guise de couverture du sol. Au début de la campagne agricole suivante, il ne sera pas nécessaire de labourer les champs - à la place, vous utiliserez une machine spéciale pour enterrer les semences directement dans le sol. Outre qu'elle réduit la minéralisation, l'érosion et la perte d'eau, la couverture du sol empêche la germination des adventices, protège les microorganismes du sol et favorise la production de matières organiques. Résultat: moins de temps et moins de travail à consacrer à la préparation du sol, réduction de la consommation d'énergie et de la pollution atmosphérique, diminution des besoins en intrants chimiques, et hausse des rendements et des revenus agricoles.

Bien entendu, cela n'est pas si simple. L'agriculture de conservation exige une planification rigoureuse de la rotation des cultures, de nouvelles stratégies de lutte contre les mauvaises herbes et les ravageurs, ainsi que tout le savoir-faire que requiert une "agriculture de précision". Pourtant l'agriculture de conservation (ou AC) est aujourd'hui adoptée par un nombre croissant d'agriculteurs de par le monde- des tropiques humides pratiquement jusqu'au Cercle polaire arctique. De récentes études ont estimé que l'AC était pratiquée sur environ 58 millions d'hectares de terres agricoles, principalement en Amérique du Nord et du Sud, mais aussi en Afrique australe et en Asie du Sud. »

Articles