• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Terrorisme

    Quelques grands groupes terroristes

    Département d'État, États-Unis
    Source: Revues électroniques de l'Agence d'information des États-Unis, «La lutte contre le terrorisme», vol. 2, no 1, février 1997. Renseignements sur treize grands groupes terroristes tirés d'un rapport du département d'État intitulé Caractéristiques du terrorisme mondial - 1995, publié en avril 1996, qui décrit une quarantaine d'organisations terroristes
    ORGANISATION ABOU NIDAL
    Alias Conseil révolutionnaire « Fatah », Conseil révolutionnaire arabe, Brigades révolutionnaires arabes, Septembre noir, et Organisation révolutionnaire des musulmans socialistes.

    Description
    Organisation terroriste internationale dirigée par Sabri al-Banna. S'est séparée de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) en 1974. Composée de divers comités politiques, militaires et financiers.

    Activités
    Responsable d'attentats terroristes ayant causé quelque neuf cents victimes (morts et blessés) dans une vingtaine de pays. Ses cibles sont les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, Israël, les Palestiniens modérés, l'OLP et divers pays arabes. Parmi les principaux attentats, on peut citer ceux perpétrés contre les aéroports de Rome et de Vienne en décembre 1985, celui en septembre 1986 contre la synagogue Neve Shalom à Istanbul, le détournement du vol 73 de la Pan Am à Karachi en septembre 1986, et l'attaque, en Grèce, contre le bateau d'excursion « City of Poros », en juillet 1988. Le groupe est soupçonné d'avoir assassiné Abou Iyad, numéro deux de l'OLP, et Abou Hul, responsable de la sécurité de l'OLP, en janvier 1991 à Tunis. Il a assassiné un diplomate jordanien au Liban en janvier 1994 et il a également été impliqué dans l'assassinat du représentant de l'OLP dans ce pays. On n'a enregistré aucune attaque contre des cibles occidentales depuis la fin des années 80.

    Effectifs
    Plusieurs centaines de miliciens au Liban, et une structure de soutien à l'étranger.

    Implantation et théâtre d'opérations
    À son quartier général en Libye et une présence au Liban dans l'Al Biqa' (vallée de la Bekaa) ainsi que dans plusieurs camps de réfugiés palestiniens des zones côtières du Liban. Est également présente au Soudan. À montré qu'elle était capable d'exercer ses activités dans de vastes régions, dont le Proche-Orient, l'Asie et l'Europe.

    Aide extérieure
    À reçu un appui considérable (refuge, entraînement, aide logistique, et aide financière) de l'Irak et de la Syrie (jusqu'en 1987) ; continue à recevoir l'aide (et un soutien important pour certaines opérations) de la Libye.

    EUZKADI TA AZKATASUNA (ETA) : Pays basque et liberté

    Description
    Fondé en 1959 dans le but de créer une patrie indépendante dans le pays basque espagnol. Tendance marxiste.

    Activités
    Assassinats et attentats à la bombe contre les membres du gouvernement espagnol, notamment les forces de sécurité. À la suite d'opérations françaises contre le groupe, l'ETA a aussi pris comme cible des intérêts français. Finance ses activités par des enlèvements, des vols et des extorsions. En 1995, les autorités espagnoles et françaises ont déjoué un complot visant à assassiner le roi Juan Carlos à Majorque.

    Effectifs
    Inconnus ; pourrait avoir des centaines d'adhérents et de nombreux sympathisants.

    Implantation et théâtre d'opérations
    Opère avant tout dans les régions autonomes basques du nord de l'Espagne et du sud-ouest de la France, mais a également commis des attentats contre les intérêts espagnols et français dans d'autres localités.

    Aide extérieure
    L'entraînement a été fait, à diverses reprises, en Libye, au Liban et au Nicaragua. Semble aussi avoir des liens avec l'Armée républicaine irlandaise provisoire (PIRA).

    HAMAS
    (Harakat Al Moukawama Al Islamiya : Mouvement de la résistance islamique)

    Description
    Le HAMAS a été créé à la fin de 1987 comme scion de la branche palestinienne des Frères musulmans. Divers éléments du HAMAS ont utilisé des moyens politiques et violents, dont le terrorisme, pour essayer d'atteindre leur objectif, remplacer Israël par un État islamique palestinien. Le HAMAS a une structure très lâche, certains éléments œuvrant ouvertement dans les mosquées et les organismes de services sociaux pour recruter de nouveaux membres, mobiliser des fonds, organiser des activités et distribuer des tracts de propagande. Ses éléments militants, opérant clandestinement, ont prôné et utilisé la violence pour atteindre leurs fins. Ses forces se concentrent dans la bande de Gaza et en Cisjordanie. Le mouvement participe aussi à des actions politiques pacifiques, notamment en présentant des candidats aux élections de la Chambre de commerce de Cisjordanie.

    Activités
    Les éléments activistes du HAMAS, notamment les Forces Izz el-Din al-Qassam, ont commis de nombreuses attaques visant des cibles civiles et militaires israéliennes, des collaborateurs palestiniens, et des rivaux du groupe Fatah.

    Effectifs
    Nombre d'adhérents inconnu ; des dizaines de milliers de sympathisants et de supporters.

    Implantation et théâtre d'opérations
    Surtout les territoires occupés, Israël et la Jordanie.

    Aide extérieure
    Reçoit des fonds des expatriés palestiniens, de l'Iran et de bailleurs de fonds privés d'Arabie saoudite et d'autres États arabes modérés. Mène des actions de propagande et de mobilisation de fonds en Europe occidentale et en Amérique du Nord.

    HEZBOLLAH (Parti de Dieu)
    Alias Djihad islamique (guerre sainte islamique), Organisation de justice révolutionnaire, Organisation des opprimés de la terre, et Djihad islamique pour la libération de la Palestine.

    Description
    Groupe shiite radical constitué au Liban ; voué à la création d'une République islamique de type iranien au Liban et à l'élimination de toutes les influences non islamiques de la région. Profondément anti-occidental et anti-israélien. Etroitement lié à l'Iran, qui l'a souvent dirigé, mais a peut-être lancé des opérations terroristes sans l'aval de Téhéran.

    Activités
    À lancé ou est soupçonné d'avoir lancé de nombreuses attaques terroristes contre les États-Unis, dont l'attaque suicide au camion piégé contre l'ambassade des États-Unis et la caserne des marines de Beyrouth en octobre 1983, et contre l'annexe de cette ambassade à Beyrouth en septembre 1984. Des éléments du groupe sont responsables de l'enlèvement et de la détention d'otages américains et occidentaux au Liban. Le groupe a aussi attaqué l'ambassade d'Israël en Argentine en 1992.

    Effectifs
    Plusieurs milliers de membres.

    Implantation et théâtre d'opérations
    Opère dans l'Al Biqa' (Vallée de la Bekaa), la banlieue sud de Beyrouth et le sud du Liban. À créé des cellules en Europe, en Afrique, en Amérique du Sud, en Amérique du Nord et ailleurs.

    Aide extérieure
    Reçoit des fonds importants, un entraînement, des armes, des explosifs, et une aide politique, diplomatique et organisationnelle de l'Iran.

    PARTI DES TRAVAILLEURS DU KURDISTAN (PKK)

    Description
    Groupe révolutionnaire marxiste-léniniste de Kurdes turcs constitué en 1974. Ces dernières années, est passé du stade des actions révolutionnaire en milieu rural à celui des activités terroristes en milieu urbain. Tente de créer un état marxiste indépendant dans le sud-est de la Turquie à population en majorité kurde.

    Activités
    Ses principaux objectifs sont les forces gouvernementales et les civils turcs de l'est de la Turquie, mais le groupe devient de plus en plus actif contre les cibles turques en Europe de l'Ouest. À lancé des attaques contre des missions diplomatiques et des entreprises commerciales turques dans des douzaines de villes d'Europe de l'Ouest en 1993 et au printemps 1995. Pour essayer de nuire à l'industrie touristique turque, le PKK a exécuté des attentats à la bombe contre des sites et des hôtels touristiques et enlevé des touristes étrangers.

    Effectifs
    Environ dix à quinze mille guérilleros à plein temps, dont cinq ou six mille en Turquie ; de soixante à soixante-quinze mille guérilleros occasionnels et des centaines de milliers de sympathisants en Turquie et en Europe.

    Implantation et théâtre d'opérations
    Opère en Turquie et en Europe de l'Ouest.

    Aide extérieure
    La Syrie, l'Irak et l'Iran offrent l'asile et une aide modeste

    TIGRES LIBÉRATEURS DE L'EELAM TAMOUL (TLET)
    Autres organisations prête-nom connues : Association tamoule mondiale (WTA) ; Mouvement tamoul mondial (WTM) ; Fédération des Associations des Canadiens tamouls (FACT) ; Eelam Tamoul.

    Description
    Fondé en 1976, le TLET est le groupe tamoul le plus puissant de Sri Lanka et il utilise des moyens légaux et illégaux pour mobiliser des fonds, acheter des armes et faire connaître sa cause qui est de créer un État tamoul indépendant. Le TLET est entré en conflit armé avec le gouvernement sri-lankais en 1983 et il utilise une stratégie de guérilla, y compris des tactiques terroristes.

    Activités
    Les Tigres ont intégré la stratégie révolutionnaire du champ de bataille à un programme terroriste qui ne cible pas seulement les personnalités-clés dans les campagnes, mais aussi les dirigeants politiques et militaires sri-lankais. Les assassinats politiques et les attentats sont monnaie courante. Le TLET ne s'est pas attaqué aux touristes occidentaux de peur que les gouvernements étrangers ne s'en prennent aux expatriés tamouls qui collectent des fonds à l'étranger.

    Effectifs
    Environ dix mille combattants armés au Sri Lanka dont un cadre de trois à six mille combattants d'élite. Le TLET dispose aussi de structures d'appui importantes à l'étranger qui recueillent des fonds, achètent des armes et font de la propagande.

    Implantation et théâtre d'opérations
    Les Tigres contrôlent la plus grande partie des zones côtières du nord et de l'est de Sri Lanka, mais ils ont organisé des opérations dans toute l'île. Velupillai Prabhakaran, chef du TLET, a son quartier général dans la péninsule de Jaffna et il a mis en place un vaste réseau de points de contrôle et d'informateurs qui lui permet de se tenir au courant des mouvements des étrangers entrant dans sa zone de contrôle. Le TLET préfère attaquer les installations officielles vulnérables et se replier avant l'arrivée des renforts.

    Aide extérieure
    Les organisations légales du TLET appuient le séparatisme tamoul par l'intermédiaire de groupes de pression agissant auprès des gouvernements et de l'Organisation des Nations unies. Le TLET utilise aussi ses contacts internationaux pour se procurer des armes, des moyens de communication et du matériel de fabrication de bombes. Le TLET exploite l'importante collectivité tamoule résidant en Amérique du Nord, en Europe et en Asie pour obtenir des fonds et des fournitures pour ses combattants à Sri Lanka. Des renseignements obtenus depuis le milieu des années 80 indiquent que certaines collectivités tamoules d'Europe sont aussi impliquées dans la contrebande de stupéfiants. Les Tamouls sont souvent des passeurs qui apportent des stupéfiants en Europe.

    FRONT DE LIBÉRATION DE LA PALESTINE (FLP)

    Description
    Groupe terroriste ayant fait sécession du FPLP-CG (Front populaire de libération de la Palestine - Commandement général) au milieu des années 70. S'est ensuite scindé en diverses factions pro-OLP, pro-syrienne et pro-libyenne. La faction pro-OLP était dirigée par Mohammed Abbas (Aboul Abbas) qui est devenu membre du Comité exécutif de l'OLP en 1984, mais l'a quitté en 1991.

    Activités
    La faction dirigée par Aboul Abbas a commis des attaques contre Israël. Elle est aussi responsable de l'attaque, en 1985, contre le bateau de croisière « Achille Lauro » et du meurtre du touriste américain Leon Klinghoffer. L'Italie a lancé un mandat d'arrêt contre Aboul Abbas.

    Effectifs
    Au moins une cinquantaine de personnes.

    Implantation et théâtre d'opérations
    La faction pro-OLP était basée à Tunis jusqu'à l'attaque de l'Achille Lauro. Elle est maintenant en Irak.

    Aide extérieure
    Reçoit un soutien logistique et militaire de l'OLP, mais aussi de la Libye et de l'Irak.

    PARTI DU KAMPUCHÉA DÉMOCRATIQUE (Khmers rouges)

    Description
    Les Khmers rouges sont un groupe révolutionnaire communiste qui tente de déstabiliser le gouvernement cambodgien. Sous la direction de Pol Pot, ils ont mené une campagne de génocide qui a fait plus d'un million de morts pendant les quatre ans qu'ils étaient au pouvoir à la fin des années 70.

    Activités
    Les Khmers rouges continuent des actions révolutionnaires moins intenses contre le gouvernement cambodgien. Bien que ses victimes soient avant tout des villageois cambodgiens, ils ont quelquefois kidnappé et assassiné des étrangers se déplaçant dans des zones rurales isolées.

    Effectifs
    Environ huit mille guérilleros.

    Implantation et théâtre d'opérations
    Les Khmers rouges opèrent dans les provinces frontalières du Cambodge, notamment dans des poches le long de la frontière thaïlandaise.

    Aide extérieure
    À l'heure actuelle, les Khmers rouges ne reçoivent aucune aide extérieure.

    FRONT POPULAIRE DE LIBÉRATION DE LA PALESTINE (FPLP)

    Description
    Groupe marxiste-léniniste fondé en 1967 par Georges Habache dans le cadre de l'OLP. Préconise une révolution panarabe. Opposé à la Déclaration de principe signée en 1993, il a suspendu sa participation à l'OLP.

    Activités
    Responsable de nombreuses attaques terroristes pendant les années 70. Depuis la mort de son planificateur terroriste, Wadi Haddad, en 1978, le FPLP est responsable de nombreuses attaques contre Israël ou des cibles arabes modérées.

    Effectifs
    Huit cents membres.

    Implantation et théâtre d'opérations
    Syrie, Liban, Israël, territoires occupés.

    Aide extérieure
    Reçoit la plus grande partie de son aide financière et militaire de la Syrie et de la Libye.

    FRONT POPULAIRE DE LIBÉRATION DE LA PALESTINE - COMMANDEMENT GÉNÉRAL (FPLP-CG)

    Description
    S'est séparé de l'OLP en 1968, prétextant qu'il voulait se consacrer davantage à la lutte armée et moins à la politique. Violemment opposé à l'OLP d'Arafat. Dirigé par Ahmed Jibril, ex-capitaine de l'armée syrienne. Très proche de la Syrie qui lui fournit probablement aide et direction.

    Activités
    À exécuté de nombreuses attaques terroristes contre Israël utilisant des moyens inhabituels - dont des ballons dirigeables et des deltaplanes.

    Effectifs
    Plusieurs centaines de membres.

    Implantation et théâtre d'opérations
    Quartier général à Damas, bases au Liban et cellules en Europe.

    Aide extérieure
    Reçoit une aide logistique et militaire de la Syrie, son principal promoteur,et un soutien financier de la Libye. La Syrie offre le refuge. Reçoit également une aide de l'Iran.

    ARMÉE RÉPUBLICAINE IRLANDAISE PROVISOIRE (PIRA)
    Alias les Provos.

    Description
    Groupe terroriste radical fondé en 1969 comme bras armé clandestin du Sinn Fein, mouvement politique légal demandant le retrait des forces britanniques de l'Irlande du Nord et l'unification de l'Irlande. Orientation marxiste. Organisé en petites cellules très unifiées sous la direction du Conseil de l'armée.

    Activités
    Attentats à la bombe, assassinats, kidnappings, extorsion, vols. Cible les hauts fonctionnaires du gouvernement britannique, les forces militaires et policières de l'Irlande du Nord et les groupes paramilitaires loyalistes de l'Irlande du Nord. Les opérations de la PIRA, sur le territoire britannique, comprennent des attentats à la bombe dans les trains, les stations de métro et les centres d'achat. Un cessez-le-feu a été observé en 1995.

    Effectifs
    Plusieurs centaines de membres et des milliers de sympathisants.

    Implantation et théâtre d'opérations
    Irlande du Nord, République irlandaise, Grande-Bretagne, Europe de l'Ouest.

    Aide extérieure
    À reçu une aide de divers groupes et pays ainsi qu'un entraînement important et des armes de la Libye et, pendant un temps, de l'OLP. Aurait aussi reçu des fonds et des armes de sympathisants américains. Des similarités opérationnelles font soupçonner des liens avec l'ETA.

    SENDERO LUMINOSO (SENTIER LUMINEUX)

    Description
    Le Sentier lumineux est le plus important des deux groupes révolutionnaires péruviens et une des plus impitoyables organisations de guérilleros au monde. Constitué à la fin des années 60 par le professeur Abimaël Guzman, avec pour objectif avoué la destruction des institutions péruviennes existantes et leur remplacement par un régime révolutionnaire paysan. Veut aussi débarrasser le Pérou des influences étrangères. La capture de Guzman en septembre 1992, l'arrestation d'autres chefs du Sentier lumineux en 1995 et le programme d'amnistie du président Fujimori en faveur des guérilleros repentis ont affaibli le mouvement.

    Activités
    Se livre à un terrorisme particulièrement brutal, y compris l'utilisation aveugle des attentats à la bombe. Pratiquement toutes les institutions péruviennes ont souffert des attaques du Sentier lumineux. Il a également lancé des attaques à la bombe contre les missions diplomatiques de plusieurs pays au Pérou et entrepris des campagnes ciblées d'attentats et d'assassinats. Impliqué dans le trafic de cocaïne.

    Effectifs
    De quinze cents à deux mille militants armés ; un grand nombre de sympathisants, surtout dans les zones rurales.

    Implantation et théâtre d'opérations
    D'origine rurale, concentre de plus en plus ses opérations sur la capitale.

    Aide extérieure
    Aucune.

    MOUVEMENT RÉVOLUTIONNAIRE TUPAC AMARU (MRTA)

    Description
    Mouvement révolutionnaire traditionnel marxiste-léniniste fondé en 1983. À souffert de défections, de luttes intestines, de la perte de l'appui de la gauche et de la réussite de la lutte anti-terroriste du gouvernement. Son objectif reste de libérer le Pérou de l'impérialisme et d'y installer un régime marxiste.

    Activités
    Attentats à la bombe, enlèvements, embuscades, assassinats. À été responsable d'un grand nombre d'attentats anti-américains.

    Effectifs
    Inconnus ; ont sensiblement baissé ces dernières années.

    Implantation et théâtre d'opérations
    Pérou ; a fourni une aide à l'ELN en Bolivie (Armée de libération de la Bolivie).

    Aide extérieure
    Aucune.

    Source

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Département d'État, États-Unis
    Documents associés
    Michael Margolian
    bioterrorisme, guerre
    Jacques Dufresne
    Jacques Dufresne
    Commission des Affaires étrangères, Sénat français
    Walter Laqueur
    Organisation des Nations Unies
    blanchiment d'argent
    activités économiques illicites
    criminalité transnationale
    Josette Lanteigne
    Jean Baudrillard, Umberto Eco, Pierre Foglia, Ben Laden
    Franck Michel
    Terrorisme, adaptation, droit au voyage
    Jacques Dufresne

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.