• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Mort

    Les fenêtres

    Stéphane Mallarmé
    Quoi de plus réel que ces symboles!
    Las du triste hôpital, et de l'encens fétide
    Qui monte en la blancheur banale des rideaux
    Vers le grand crucifix ennuyé du mur vide,
    Le moribond sournois y redresse un vieux dos,

    Se traîne et va, moins pour chauffer sa pourriture
    Que pour voir du soleil sur les pierres, coller
    Les poils blancs et les os de la maigre figure
    Aux fenêtres qu'un beau rayon clair veut hâler.

    Et la bouche, fiévreuse et d'azur bleu vorace,
    Telle, jeune, elle alla respirer son trésor,
    Une peau virginale et de jadis! encrasse
    D'un long baiser amer les tièdes carreaux d'or.

    Ivre, il vit, oubliant l'horreur des saintes huiles,
    Les tisanes, l'horloge et le lit infligé,
    La toux; et quand le soir saigne parmi les tuiles,
    Son oeil, à l'horizon de lumière gorgé,

    Voit des galères d'or, belles comme des cygnes,
    Sur un fleuve de pourpre et de parfums dormir
    En berçant l'éclair fauve et riche de leurs lignes
    Dans un grand nonchaloir chargé de souvenirs!

    Ainsi, pris du dégoût de l'homme à l'âme dure
    Vautré dans le bonheur, où ses seuls appétits
    Mangent, et qui s'entête à chercher cette ordure
    Pour l'offrir à la femme allaitant ses petits,

    Je fuis et je m'accroche à toutes les croisées
    D'ou l'on tourne l'épaule à la vie et, béni,
    Dans leur verre, lavé d'éternelles rosées,
    Que dore le matin chaste de l'Infini

    Je me mire et me vois ange! et je meurs, et j'aime
    -- Que la vitre soit l'art, soit la mysticité --
    À renaître, portant mon rêve en diadème,
    Au ciel antérieur où fleurit la Beauté!

    Mais hélas! Ici-bas est maître: sa hantise
    Vient m'écoeurer parfois jusqu'en cet abri sûr,
    Et le vomissement impur de la Bêtise
    Me force à me boucher le nez devant l'azur.

    Est-il moyen, ô Moi qui connais l'amertume,
    D'enfoncer le cristal par le monstre insulté
    Et de m'enfuir, avec mes deux ailes sans plume
    -- Au risque de tomber pendant l'éternité?
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Stéphane Mallarmé
    Mots-clés
    Mourir à l'hôpital, l'agonie
    Extrait
    Ivre, il vit, oubliant l'horreur des saintes huiles, Les tisanes, l'horloge et le lit infligé, La toux; et quand le soir saigne parmi les tuiles, Son oeil, à l'horizon de lumière gorgé, Voit des galères d'or, belles comme des cygnes, Sur un fleuve de pourpre et de parfums dormir En berçant l'éclair fauve et riche de leurs lignes Dans un grand nonchaloir chargé de souvenirs!
    Documents associés
    Paul Valéry
    mer, mort, immortalité, vie, poète, monotrope uniflore
    Anonyme
    Abandon, détachement, renoncement
    Victor Hugo
    Âme
    Jacques Dufresne
    Euthanasie
    Anonyme, ,
    Sagesse, spiritualité, âme
    Platon
    Renoncement, sérénité, spiritualité
    Victor Hugo
    Guerre, amour, mort, adolescence
    Catherine Pozzi
    amour, mort
    Jean-Sébastien Stehli
    Victor Hugo
    Enfance, innocence, destin, mystère

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.