• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Culture

    Du divertissement à la culture

    Nelson Thall, Daniel Cérézuelle
    Non seulement le séminaire que nous résumons ici a conservé toute sa pertinence après une décennie, mais encore la conclusion qui s'en dégage, retrouver la culture par delà le divertissement, correspond à une nécessité encore plus manifeste aujourd'hui. Il s'agit d'un enjeu majeur pour la francophonie. Pour Senghor en effet, comme pour l'actuel président de l'Organisation mondiale de la francophonie, M. Diouf, «la culture n'est pas une marchandise ou un divertissement, elle est «l'ensemble des valeurs de création d'une civilisation.»
    Ce séminaire portant sur les aspects culturels des inforoutes avait été organisé par L'Agora, dans le cadre d'une recherche sur les Inforoutes et l'avenir du Québec.
    Notre but dans ce séminaire était de traiter de manière originale de la question cruciale de l'identité culturelle des peuples dans le nouveau contexte mondial créé par l'hégémonie américaine dans le domaine des NTIC. Jacques Ellul (décédé depuis) est en Europe l'un des penseurs qui ont le mieux étudié les questions de ce genre. Il a notamment réfléchi sur les rapports entre la technique et la propagande. En Amérique, la plus grande autorité en est cette matière est sans conteste Marshall McLuhan.

    Nelson Thall est l'héritier intellectuel de M. McLuhan. En plus d'être responsable des archives McLuhan, il est directeur scientifique du MARSHALL MCLUHAN CENTER FOR MEDIA SCIENCES. En France, Daniel Cérézuelle est à Jacques Ellul ce que Nelson Thall est à McLuhan. Nous avons eu l'idée de réunir ces deux chercheurs et de demander à monsieur Florian Sauvageau de l'Université Laval, de se joindre à eux avec mission de situer les défis actuels du Québec et du Canada dans une perspective historique.

    La conclusion qui se dégage le plus nettement de la comparaison de ces trois points de vue porte sur une question encore plus fondamentale peut-être que celle de l'identité culturelle, celle du diverstissement.

    «Actuellement, écrit Nelson Thall, nous passons rapidement d'une ère où les affaires sont au centre de la culture à une ère où c'est la culture qui est au centre des affaires. Entre ces deux pôles se trouvent les industries énormes et ambiguës du divertissement. Au fur et à mesure que les nouveaux médias dévoilent leurs pouvoirs, les industries du divertissement englobent de plus en plus l'ancienne culture des affaires. Ainsi, l'industrie télévisuelle est une partie indissociable de l'industrie publicitaire, puisqu'elle lui procure la trame dramatique de consommation pour laquelle les publicités ne font que fournir les nouvelles. Entre-temps, les jeunes sont soumis à un conditionnement total par projection subliminale d'une façon tout à fait indépendante de ce qu'ils obtiennent à l'école ou à l'université. Ce conditionnement extrêmement élargi et confus issu des nouveaux médias est encore plus efficace, puisque nous l'étiquetons à l'ancienne comme étant un divertissement.»

    Nelson Thall donne un sens très large à l'expression nouveaux médias. La télévision est rangée dans cette catégorie au même titre que les ordinateurs. La fusion des deux techniques est d'ailleurs en train de se faire. Les techniques informatiques de communication ont contribué de façon déterminante à la croissance des industries du divertissement.

    «Ces industries, précise Nelson Thall, englobent de plus en plus l'ancienne culture des affaires.» Cela est vrai au point que l'un des cauchemars des chefs d'entreprise en ce moment est la perte de productivité causée par les jeux vidéos auxquels les employés travaillant sur ordinateur peuvent consacrer jusqu'à 40% de leur temps.

    Et dans le cas des jeux vidéos le conditionnement par projection subliminale est encore plus manifeste et plus puissant que dans le cas de la télévision. Un spécialiste de ces jeux, programmeur de son métier, nous a appris que certains logiciels permettent d'analyser la sueur au bout des doigts des joueurs qui s'adonnent à leur divertissement sur des machines équipées d'un écran tactile. La sueur permettrait de déterminer s'il est opportun de faire monter encore la tension dans le joueur ou s'il convient de le récompenser en lui faisant gagner quelques sous, le but de l'opération étant évidemment de trouver le meilleur moyen d'inciter le joueur à introduire une autre pièce de monnaie dans la machine.

    Il y a ainsi une différence notoire entre le diversement dont parle Pascal et ce que nous appelons avec raison l'industrie du divertissement. Pascal nous dit que l'homme est par nature un être qui est incapable de supporter le sentiment du vide. «Rien n'est si insupportable à l'homme que d'être dans un plein repos, sans passions, sans affaire, sans divertissement, sans application. Il sent alors son néant, son abandon, son insuffisance, sa dépendance, son impuissance, son vide.»

    Pascal ajoute qu'ayant ainsi horreur du vide, l'homme se porte avec empressement vers tout ce qui l'en détourne. «De là vient que le jeu et la conversation des femmes, la guerre, les grands emplois sont si recherchés. Pascal ne dit toutefois nullement part que l'homme est conditionné dès son enfance par et pour les industries du divertissement. Et le divertissement dont il parle, la chasse par exemple, est par rapport à nos jeux vidéos un divertissement noble.

    «Ce lièvre ne nous garantirait pas de la vue de la mort et des misères, mais la chasse - qui nous en détourne - nous en garantit.»

    La spécificité de notre industrie du divertissement, qui est aussi son efficacité, tient au fait qu'elle renforce par un conditionnement subliminal un besoin déjà irrésistible à l'état naturel. Dès l'âge de deux ans, et si possible plus tôt, on calme l'enfant en le mettant devant sa gardienne électronique: le téléviseur. Ainsi conditionné en bas âge on peut-être assuré qu'il deviendra un adepte servile des jeux vidéos dès qu'il aura des sous à dépenser à cette fin.

    Le caractère aliénant de cette pratique, poursuit Nelson Thall, nous échappe parce que nous lui donnons le sens ancien et tout compte fait innocent du mot. Nous n'avons donc pas vraiment compris le grand mot de McLuhan, si souvent cité: le médium est le message. Tous les parents, tous les éducateurs, tous les leaders politiques du monde devraient méditer cette réflexion de Nelson Thall:

    «Si nous avions la moindre stratégie en vue de préserver nos valeurs, nous procéderions sans tarder à la reformulation du divertissement en culture, le retirant ainsi de la région de projection subliminale qui lui confère un pouvoir de persuasion omnipotent et sans discernement.»

    Il n'y a aucune différence de résultat entre notre industrie du divertissement et les programmes asiatiques et soviétiques de lavage de cerveau. Notre dégoût est canalisé de façon irrationnelle vers l'intention délibérée de remodeler la conscience, puisque nous avons passé des siècles à concevoir des manières plus complexes et plus subtiles d'arriver aux mêmes fins.»

    Faire passer le divertissement de l'orbite des affaires et des techniques de conditionnement, à celle de la culture, d'une culture d'êtres libres. Telle est l'invitation que nous lance Nelson Thall. Tel devrait être à notre avis le premier objectif de nos politiques éducatives et culturelles. Pour être capable d'un tel choix, nous devrions cesser d'utiliser des concepts archaïques pour penser la société actuelle.

    «Dans son ouvrage intitulé New Lives for Old, Margaret Mead documente la révolution, de l'âge de pierre à l'âge supersonique qui s'est produite en l'espace de dix ans dans les Îles de l'Armirauté. Sa thèse est que cette révolution a été plus douce et moins corrosive en ce qui concerne le moral que si elle avait eu lieu par étapes. Nous expérimentons tous l'aliénation que vivent nos enfants, qui ont du mal à passer de nos traditions à celles de l'ère de la "réalité virtuelle". Nous continuons pourtant d'adopter le mode subliminal d'appréhension. Nous persistons à utiliser des concepts archaïques quand il s'agit de traiter et d'observer nos problèmes les plus urgents.»

    La propagande sociologique

    Il y a une ressemblance étroite entre le divertissement décrit par Nelson Thall et ce que Daniel Cérézuelle, commentant Jacques Ellul, appelle la propagande sociologique. On entend généralement par propagande une entreprise dont le but est d'orienter l'opinion publique dans une direction donnée correspondant aux visées du pouvoir politique.

    C'est là ce que Jacques Ellul appelle la propagande idéologique, qu'il distingue de la propagande sociologique. On pourrait dire de cette dernière qu'elle est à la propagande idéologique ce que le divertissement industriel est au divertissement pascalien.

    La propagande sociologique substitue des comportements stéréotypés à l'expérience directe, concrète, disqualifiant ainsi cette dernière comme moyen d'accès à la vérité. L'enfant qui part seul à la pêche dans le ruisseau voisin vit une expérience personnelle authentique qui le rapproche de la vérité sur lui-même et sur le monde. Plus cet enfant est indépendant par rapport à la propagande sociologique, moins il est important pour lui de posséder l'équipement dernier cri pour pratiquer son sport préféré. Il apprend ainsi à distinguer l'essentiel de l'accessoire dans son rapport avec le monde. Son identité se renforce. Il se prouve à lui-même qu'il a assez de "quant à soi" pour ne pas avoir besoin de se conformer au modèle officiel de comportement pour pratiquer son sport.

    Nelson Thall nous a invité à faire passer le divertissement dans l'orbite de la culture. Daniel Cérézuelle nous propose un défi semblable quand il nous invite à lutter contre les effets corrosifs de la propagande sociologique par un retour à l'expérience directe. Ajoutons que la propagande sociologique, comme le divertissement industriel, agit de façon subliminale et nous sommes aussi démunis devant le premier phénomène que devant le second, parce que nous ne sommes familiers ni avec les mots, ni avec les concepts qui nous permettraient de comprendre ce qui se passe. Dans le cas de la propagande comme dans celui du divertissement, nous ne nous faisons de souci que pour le contenu, le message, alors que le danger réside pour l'essentiel dans le médium.

    Au fur et à mesure qu'il est atteint par la propagande sociologique qui est avant tout l'oeuvre du médium, l'être humain se transforme lui-même en médium. Privée de toute intériorité, il relaie en l'amplifiant l'information émise et orchestrée par l'industrie du divertissement.

    Que se passe-t-il au même moment dans la sphère politique? Les États-Unis s'attaquent aux politiques culturelles de nombreux autres pays sous prétexte que ce qui est appelé culture dans ces pays relève en réalité du commerce. Par le biais d'une analyse de cette attitude américaine, Florian Sauvageau ajoute sa voix à celle de Nelson Thall et de Daniel Cérézuelle pour mettre en relief que le divertissement, l'entertainment est au coeur du problème culturel.

    On comprend que du point de vue américain, le divertissement puisse être considéré comme appartenant à la sphère du commerce plutôt qu'à celle de la culture. Il en va autrement du point de vue allemand, français ou italien: dans tous ces cas la défense de la langue du divertissement est indissociable de la défense de la culture nationale. Les politiques protectionnistes dans ces cas équivalent à un discours de ce genre adressé aux Américains: par vos divertissements industriels vous vous abrutissez dans votre propre langue, laissez-nous au moins le privilège d'en faire autant, dans la nôtre.

    L'extension de la sphère du commerce et du divertissement a pour effet, note ensuite Florian Sauvageau, d'intimider les leaders politiques qui voient encore la nécessité de politiques culturelles protectionnistes, mais se demandent si de telles politiques sont encore applicables dans le nouveau contexte. Opposant la vénérable notion de service public à celle de produit commercial, Florian Sauvageau soutient que le renoncement à des politiques culturelles nationales n'est pas justifié.

    Les trois conférenciers se rejoignent encore sur ce point. L'élargissement de la sphère de la culture au détriment de celle du divertissement (Nelson Thall), la revalorisation de l'expérience directe comme moyen de limiter les effets de la propagande sociologique (Cérézuelle) et le développement de services culturels publics (Sauvageau) sont une seule et même opération.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Nelson Thall, Daniel Cérézuelle
    Extrait
    RÉVISÉ Faire passer le divertissement de l'orbite des affaires et des techniques de conditionnement, à celle de la culture, d'une culture d'êtres libres. Telle est l'invitation que nous lance Nelson Thall. Tel devrait être à notre avis le premier objectif de nos politiques éducatives et culturelles. Pour être capable d'un tel choix, nous devrions cesser d'utiliser des concepts archaïques pour penser la société actuelle. Ajoutons que la propagande sociologique, comme le divertissement industriel, agit de façon subliminale et que nous sommes aussi démunis devant le premier phénomène que devant le second, parce que nous ne sommes familiers ni avec les mots, ni avec les concepts qui nous permettraient de comprendre ce qui se passe. Dans le cas de la propagande comme dans celui du divertissement, nous ne nous faisons de souci que pour le contenu, le message, alors que le danger réside pour l'essentiel dans le médium.
    Documents associés
    Jean Renaud
    Culture, savoir, ignorance
    Jacques Dufresne
    La qualité de la culture
    Thomas De Koninck
    Jean-Phulippe Warren
    Culture première, Culture seconde, Tonnies, Communauté, Société, Dumont (Fernand), Collège classique
    Union européenne
    pratiques culturelles, lecture, disque, musique, télévision, internet, industrie culturelle
    Paul-Émile Roy
    Culture, liberté, conscience, appropriation, homme, sens critique, autonomie, sens, profondeur, héritage, activité, pensée
    Jacques Dufresne
    Culture, barbarie, George Steiner, Marquis de Sade
    Jacques Dufresne
    Élite
    André Siegfried
    L'idéal de la culture
    Benoît Lemaire
    culture, manifeste, transcendance

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.