• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Compagnonnage

    Les Enfants du Père Soubise

    Agricol Perdiguier
    Enfants du père Soubise
    CHARPENTIERS
    La Société des charpentiers, Compagnons passants ou Bondrilles ou Drilles, se disant aussi Dévorants, renferme deux classes, les Compagnons et les Renards (sorte d'Aspirants). Les Compagnons portent de très grandes cannes et des rubans fleuris et variés en couleurs; il les attachent autour de leurs chapeaux et les font descendre par-devant l'épaule. Dans leurs rapports avec leurs Renards, ils sont peu commodes; on a vu des Compagnons se nommer le Fléau des Renards, d'autres la Terreur des Renards, etc. Le Compagnon est un maître, le Renard est un serviteur. Le Compagnon peut lui dire: — Cire-moi mes bottes, brosse-moi mon habit, verse du vin dans mon verre, etc. Le Renard obéit, et le Compagnon se réjouit d'avoir fait aller le Renard. En province, un Renard travaille rarement dans les villes; on le chasse, comme on dit dans les broussailles. Dans Paris, on le rend moins farouche, et il travaille dans les mêmes chantiers que les Compagnons.

    Celui qui dans un chantier conduit les travaux est nommé Gâcheur, et touche sans doute une journée plus élevée que les autres travailleurs. Excepté lui, tous les autres charpentiers, qu'ils soient bons ou mauvais ouvriers, reçoivent la même paie. Ils disent qu'un ouvrier très bouché peut avoir un appétit très ouvert, et qu'il faut qu'il vive et fasse vivre sa famille. Des gens concluront de cette égalité de paie qu'il vaut autant, dans cet état, être mauvais que bon ouvrier; mais qu'ils réfléchissent que l'ouvrier le moins habile fait les travaux les plus grossiers et les plus rudes, et qu'il est, quand l'ouvrage baisse, le premier renvoyé du chantier; ils conviendront alors qu'il y a toujours un désavantage à être mauvais ouvrier.

    Les Compagnons Drilles hurlent dans leurs cérémonies et reconnaissances; ils topent sur les routes; ils se battent souvent, soit contre les boulangers, soit contre les cordonniers et autres corps d'états. Ils se soutiennent très bien et savent maintenir les prix de leurs journées.

    Je ferai remarquer que dans ce corps d'état l'apprenti est appelé Lapin, l'aspirant Renard, le Compagnon Chien, et le maître Singe. Voici comment on explique ces qualifications. Le Lapin est le plus faible et le moins intelligent. Le Renard, plus grand et plus fort, fait courir le Lapin et le fait aller où il veut. Le Chien prime à son tour sur le Renard, et lui donne de rudes chasses. Le Singe, le plus fin, le plus adroit de tous, prime sur le Chien, sur le Renard et sur le Lapin, dispose de tous à son gré, et les exploite à son profit. Les charpentiers sont loin de se fâcher, quand on rit de ces nombreuses métamorphoses.


    Adjonction aux Enfants du père Soubise
    COUVREURS ET PLÂTRIERS
    Les charpentiers ont reçu les Couvreurs et les Plâtriers; ils diffèrent peu les uns des autres dans leurs arrangements. Chez les couvreurs, le non Compagnon est appelé Aspirant, et chez les plâtriers Bouquin.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Agricol Perdiguier
    Mots-clés
    Compagnonnage, confrérie, compagnons et renards
    Documents associés
    Agricol Perdiguier
    Agricol Perdiguier
    Compagnonnage, division à l'intérieur des Compagnons du Devoir, schisme et création de la Société de l'Union des indépendants (1823)
    Agricol Perdiguier
    Agricol Perdiguier
    Compagnonnage, chants de solidarité des confréries
    Agricol Perdiguier
    Travail, corporation, artisan, métier, chef-d'oeuvre, profession,
    Francis Cardolle
    Métier, ouvrier, travail manuel, artisan
    Agricol Perdiguier

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.