• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Charles-Pierre Baudelaire

    «Les Fleurs du mal»: impressions

    Gustave Flaubert
    Mon cher ami,

    J’ai d’abord dévoré votre volume d’un bout à l’autre, comme une cuisinière fait d’un feuilleton, et maintenant, depuis huit jours, je le relis, vers à vers, mot à mot et, franchement, cela me plaît et m’enchante.

    Vous avez trouvé le moyen de rajeunir le romantisme. Vous ne ressemblez à personne (ce qui est la première de toutes les qualités).

    L’originalité du style découle de la conception. La phrase est toute bourrée par l’idée, à en craquer.

    J’aime votre âpreté, avec ses délicatesses de langage, qui la font valoir comme des damasquinures sur une lame fine.

    Voici les pièces qui m’ont le plus frappé : le sonnet XVIII : La Beauté; c’est pour moi une œuvre de la plus haute valeur – et puis les pièces suivantes : L’Idéal, La Géante (que je connaissais déjà), la pièce XXV : Avec ses vêtements ondoyants et nacrés. Une charogne, Le Chat (p. 79), Le Beau Navire, À une dame créole, Le Spleen (p. 140), qui m’a navré, tant c’est juste de couleur! Ah! vous comprenez l’embêtement de l’existence, vous! Vous pouvez vous vanter de cela, sans orgueil. Je m’arrête dans mon énumération, car j’aurais l’air de copier la table de votre volume. Il faut que je vous dise pourtant que je raffole de la pièce LXXV, Tristesses de la lune : … Qui d’une main distraite et légère caresse
    Avant de s’endormir, le contour de ses seins… et j’admire profondément le Voyage à Cythère, etc., etc.

    Quant aux critiques, je ne vous en fais aucune, parce que je ne suis pas sûr de les penser moi-même, dans un quart d’heure. J’ai, en un mot, peur de dire des inepties, dont j’aurais un remords immédiat. Quand je vous reverrai cet hiver, à Paris, je vous poserai seulement, sous forme dubitative et modeste, quelques questions.

    En résumé, ce qui me plaît avant tout dans votre livre, c’est que l’Art y prédomine. Et puis vous chantez la chair sans l’aimer, d’une façon triste et détachée qui m’est sympathique. Vous êtes résistant comme le marbre et pénétrant comme un brouillard d’Angleterre.

    Encore une fois, mille remerciements du cadeau; je vous serre la main très fort.

    À vous.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Gustave Flaubert
    Écrivain français.
    Documents associés
    Remy de Gourmont
    Jean Racine, songe, rêve, emprunt, plagiat
    Charles-Pierre Baudelaire
    Dieu, femme, amour, sexe, littérature, art, modernité, dandy, dégoût, Révolution française, travail, progrès
    André Gide
    Théophile Gautier, Victor Hugo, Parnasse
    Marcel Proust
    Baudelaire, Sainte-Beuve, poète, vers, forme, image, homme, génie, douleur, couleur, critique littéraire, écriture, mesquinerie
    Charles-Pierre Baudelaire
    Beauté, amour, femme, progrès, civilisation, décadence, travail, écriture, prière, existence, colère
    Charles-Pierre Baudelaire
    Musique, passion, gouffre, mer, brume, nuit, vaisseau, convulsions, désespoir, souffrance, calme, âme, angoisse
    Jules Barbey d'Aurevilly
    Dante Alighieri, modernité, désespoir, mal, trouble, dégoût
    Walter Benjamin
    ville, flâneur, foule, vie urbaine, Paris, rue, marchandise
    Charles-Pierre Baudelaire
    Musique, passion, gouffre, mer, brume, nuit, vaisseau, convulsions, désespoir, souffrance, calme, âme, angoisse
    Mme Aupick
    poésie française

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.