CUI-CUI #9 : Gestionnaires de la pandémie et Fables de La Fontaine

Les courtisans chez Jean de La Fontaine – mort en 1695 - sont à tous les niveaux. Le Roi d’alors, le grand Louis XIV, c’est pour nous le chef du gouvernement.

Les courtisans chez Jean de La Fontaine – mort en 1695 - sont à tous les niveaux. Le Roi d’alors, le grand Louis XIV, c’est pour nous le chef du gouvernement. (Même si quand on y regarde de plus près, nos leaders se comportent trop souvent comme s’ils étaient des courtisans des PDG des firmes vaccinales, mais faut s’initier aux pratiques honteuses de ces commercants pour en connaître les détails).

Le communicateurs pandémiques sont des courtisans :

Professionnels qu’on voit à la télé, porte-paroles des ordres et syndicats professionnels, journalistes, communicateurs et lobbyistes de carrière, députés du parti au pouvoir, cadres et employés de la Santé publique, rédacteurs signataires ou anonymes de publications scientifiques, de quotidiens et d’hebdomadaires grand public, influenceurs dans les réseaux sociaux, tous se faisant véhicules des campagnes de peur et de vaccination à outrance, diffuseurs du discours dominant (j’évite le terme pensée dominante car ils ne pensent pas), etc.

Ils servent une ‘bonne cause’ à l’occasion, mais sont complices des atteintes à la science et aux libertés, deux dommages collatéraux qui s’ajoutent aux abaissements actuels et futurs de nos statuts socioéconomiques et de notre qualité de vie mentale et physique. Quant aux critiques (les non-courtisans), ils se font baillonner ou attaquer ou congédier.

Dans Le Loup et l’Agneau, le message est clair : ‘La raison du plus fort est toujours la meilleure’. Le pouvoir des autorités est trop puissant, souvent injuste, parfois cruel. Les courtisans sont décrits comme des parasites, des machinateurs d’imposture dans Le Berger et le Roi ou encore des flatteurs dans La Cour du Lion ainsi que dans Le Lion malade et le Renard.

Un autre message porte sur la mort. Dans Le Songe d’un habitant du Mogol il ressort que la sagesse c’est de ne pas s’inquiéter trop de sa mort et plutôt de mieux profiter de la vie. Ce qui rejoint notre motto inaugural : La Santé à tout prix a fait que l’Entreprise a pris notre argent et les Autorités nos libertés.




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ