Invariant

Gustave Thibon

Sculpter l'âme par la pensée et la pensée par l'âme

«Deux invariants absolus. L'un pour la pensée : la notion de l'être et le principe de contradiction. L'autre pour l'âme : la soif de pureté, de perfection, de béatitude, de tous les attributs de cette entité suprême que nous appelons Dieu. Ces deux pôles de notre être ne peuvent jamais être réellement mis en question, car il faut s'appuyer sur eux pour les contester et pour les nier : c'est un fait d'expérience millénaire qu'on se sert de la logique pour démontrer l'absurdité de l'univers et de l'idée de perfection divine pour proclamer l'inexistence de Dieu. ‑ Tout ce que nous pouvons faire dans ce domaine ‑et ce pouvoir nous dicte le plus rigoureux des devoirs ‑ c'est un effort de purification intellectuelle et morale grâce auquel ces deux principes se taillent indéfiniment l'un par l'autre comme le diamant. Autrement dit, ils sont hors de question comme points de départ et comme buts, mais, en chemin, ils doivent sans cesse être remis en question.» (Gustave Thbon, Ignorance étoilée)

***

«Au‑delà des mythologies et des sciences, du merveilleux imaginaire et du réel mesurable, chercher les grands invariants qui peuvent unir, dans la même sagesse et la même foi (car, au centre de l'esprit, le Dieu des philosophes et le Dieu des croyants se rejoignent), les hommes de tous les temps et de tous les lieux. Le signe auquel on reconnaît ces invariants, c'est qu’il ne sont jamais vérifiables du dehors et toujours irréfutables au‑dedans. Autrement dit, toute formule de vie se révèle tôt ou tard caduque, qui s'appuie sur des constatations extérieures, soit dans le domaine du merveilleux (car le “ miracle ” d'hier peut devenir le fait scientifique de demain), soit dans celui de l'histoire (car l'interprétation des témoignages est terrain mouvant), soit même dans l’ordre de la science positive, dont les lois ne sont que des explications approximatives et provisoires du monde des apparences. Seul défie l'usure des siècles le dialogue intérieur entre l'homme et sa source. Le Tao, les grands textes de Platon Marc Aurèle, saint Jean de la Croix n'ont pas vieilli et ne vieilliront jamais. La Cité des âmes est invulnérable au temps.»(Gustave Thbon, Ignorance étoilée)

Articles





Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.