Déconstructivisme

En cours d'élaboration




*******




Mouvement de pensée philosophique, fortement influencé par la linguistique. Jacques Derrida en est le plus célèbre penseur.

En architecture, le déconstructivisme est analysé pour la première fois en 1988 par Marc Wigley à l'occasion d'une exposition au MOMA. Sous ce nom, il rassemble les oeuvres de Frank Gehry, Daniel Libeskind, Rem Koolhaas, Peter Eisenman, Zaha Hadid, Bernard Tschumi et du collectif Coop Himmelblau.

«La déconstruction est un "texte suspendu". Elle ne cherche pas les fondations des parties visibles de l'édifice. Elle s'attaque aux causes qui mènent de l'origine à la fin de façon linéaire, et ceci car elle considère que les deux cohabitent en permanence. Son travail consiste en une lecture de la fin vers l'origine et vice-versa. Ce mouvement de va et vient de la lecture devient une philosophie à l'œuvre, un travail d'écriture qui poursuit la lecture.

La déconstruction est une critique non pas négative mais productive. "La déconstruction est inventive ou elle n'est pas (…) sa démarche engage une affirmation." Elle veut inventer l'impossible. »

PIERRE GRENIER, Pourquoi déconstruire l'architecture?

Essentiel

«La déconstruction fait apparaître les contradictions inhérentes à la logique de tout discours sur laquelle les écrivain fondent la cohérence (le maître-mot ou logos) de leur oeuvres.»
Dictionnaire International des Termes Littéraires

«Écrire un poème après Auschwitz est barbare. [...] L’art a toujours été et demeure une force de protestation de l’humain contre la pression des institutions qui représentent la domination autoritaire… La sphère esthétique est aussi nécessairement politique.»
THEODOR ADORNO, Minima Moralia

Essentiel

«La déconstruction fait apparaître les contradictions inhérentes à la logique de tout discours sur laquelle les écrivain fondent la cohérence (le maître-mot ou logos) de leur oeuvres.»
Dictionnaire International des Termes Littéraires

«Écrire un poème après Auschwitz est barbare. [...] L’art a toujours été et demeure une force de protestation de l’humain contre la pression des institutions qui représentent la domination autoritaire… La sphère esthétique est aussi nécessairement politique.»
THEODOR ADORNO, Minima Moralia

Articles


Dossiers connexes




Articles récents