Le mal est parfois favorable à la vertu

Friedrich Nietzsche

Aphorisme tiré de l'ouvrage Le gai savoir. Évoque le caractère essentiel de la négativité pour assurer toute croissance féconde.

« Examinez la vie des hommes et des peuples les meilleurs et les plus féconds, et voyez si un arbre qui doit croître vers le haut peut être dispensé des intempéries, des tempêtes; si la défaveur et l’obstacles extérieurs, si des haines, des jalousies, de l’obstination, de la méfiance, de la dureté, de la cupidité et de la violence de quelque sorte que ce soit, ne constituent pas les conditions les plus favorables sans lesquelles une grande croissance, même dans la vertu, est à peine concevable? Le poison dont meurt une nature plus faible est un fortifiant pour le fort – aussi n’a-t-il cure de le considérer comme poison ».

Autres articles associés à ce dossier

Le mal et la foi

Victor Hugo


À lire également du même auteur

La mort de Dieu
Passage fameux où le philosophe aborde la question de la mort de Dieu. Source: Le gai savoir. Cité




Nos suggestions