Les deux mardis 11 septembre, 1973, 2001

Jacques Dufresne

Résumé des articles d'Ariel Dorfman dans The Nation et  Noam Chomsky sur le site de Al Jazeera

Celui de Santiago au Chili en 1973, celui de New York en 2001. Deux observateurs, qui sont aussi deux penseurs, donnent leur opinion sur cette question : Ariel Dorfman dans The Nation, Noam Chomsky, sur le site Al Jazeera.

Ce sont sont là, écrit Dorfman, deux catastrophes aux tristes conséquences pour le monde et pour les États-Unis en particulier, lesquels furent l'agresseur dans le premier cas et la victime dans le second.

Dorfman (photo ci-contre) est bien placé pour en témoigner puisqu'il vivait à Santiago en 1973 et à New-York en 2001. Dans le cas du World Trade Center, une poignée de terroristes, dit-il, a réussi à mettre en panique le pays le plus puissant du monde, à un point tel qu'il s'est lancé aveuglément dans deux guerres ruineuses, celle de l'Afghanistan et celle de l'IRAQ. Ces guerres ont causé des centaines de milliers de morts, tant parmi les civils que parmi les militaires, servi de prétexte pour pratiquer la torture et bafouer les droits de l'homme, cependant que le pays manquait d'argent pour remplir ses obligations en matière d'éducation et succombait à l'obsession de la sécurité avec son climat de suspicion. Le Chili, ajoute Dorfman, a tiré un meilleur parti de son malheur : après vingt ans de dictature, il est revenu à la démocratie dans la non violence.

Chomsky soutient que les Américains se sont avilis en assassinant Ben Laden plutôt qu'en lui faisant l'honneur d'un procès conformément à la lettre et à l'esprit de leur propre consitution. Car, dit-il en substance, la preuve de sa responsabilité dans les événements de New-York n'a jamais été parfaitement établie. Toujours selon Chomsky, en portant la guerre en Afghanistan et en Iraq, les Américains sont tombés dans le piège que Ben Laden avait imaginé pour eux. Ce dernier en effet avait dit et redit que le meilleur moyen pour le monde islamique de se débarrasser des Américains était de les inciter à se précipiter dans une série de guerres, petites, mais coûteuses, qui finiraient par les ruiner.

Au lendemain du coup d'état au Chili, Henry Kissinger, alors Secrétaire d'État, aurait rassuré le président Nixon en lui disant que c'était un petit événement qui n'aurait guère de conséquences. Pour mesurer l'importance du coup d'État, nous dit Chomsky, il faut le situer dans le cadre d'une politique américaine remontant à JFK et visant à faire de l'ensemble de l'Amérique latine une annexe des États-Unis, analogue aux républiques d'Europe de l'Est inféodées au Bloc soviétique. Si nous ne pouvons pas régner sans partage sur nos voisins d'Amérique latine, comment pourrions-nous prétendre pouvoir le faire à l'échelle mondiale ? C'était, selon les bonnes sources de Chomsky, le discours de Washington au moment du coup d'état au Chili.

Autres articles associés à ce dossier

Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme

Organisation des Nations Unies

Adoptée par l’assemblée générale des Nations unies le 15 décembre 1997. Texte reproduit à partir d'une version française du texte apparai

Le terrorisme biologique agricole: l'expérience américaine

Michael Margolian

Cette note de recherche analyse la menace posée par le bioterrorisme agricole, qui est devenu récemment une source importante de préoccupation des

La complexité des réseaux de financement du terrorisme

Première partie de: Répression du financement du terrorisme. Rapport 355 (2000-2001) - Commission des Affaires étrangères, Sénat de la Républiqu

Guerre et civilisation

Jacques Dufresne

Cet article, écrit pendant la guerre du Golfe en 1991, met en relief le fait que la guerre, définie comme un conflit codifié, soumis à des règles

Le terrorisme de demain

Walter Laqueur

Fait partie du dossier de Perspectives économiques, revue électronique du département d'État des États-Unis, consacré à «La lutte contre le te

Quelques grands groupes terroristes

Source: Revues électroniques de l'Agence d'information des États-Unis, «La lutte contre le terrorisme», vol. 2, no 1, février 1997. Renseignement

La loi du plus faible

Jacques Dufresne

Cet article écrit en 1985, à la suite d'un attentat contre un avion d'Air India, prend tout son sens après l'attentat contre le World Trade Center

À lire également du même auteur

Simone Weil et la tradition dualiste- Deuxième partie
Simone Weil et les religions dualistes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ