Pour une jeunesse unisexe?

Jacques Dufresne
Extrait d'un texte écrit à l'occasion de l'année de la jeunesse, 1985.
C'est le sexe incertain qui constitue le principal problème pour la jeunesse actuelle. À commencer par les idoles de l'heure, Michael Jackson et Boy George, tout, le travail, le sport, le vêtement, la religion elle-même, pousse garçons et filles vers l'indifférenciation, vers la neutralité sexuelle, laquelle semble s'inscrire peu à peu jusque dans la conformation physique, au moyen de la chirurgie, le cas échéant.

S'il ne s'agissait que d'une mode, on pourrait régler le problème avec une chanson. Tout indique qu'il s'agit plutôt d'un événement majeur dans la lente et mystérieuse évolution des moeurs. Peut-être cet événement est-il lié au fait que la survie a cessé d'être le premier souci des diverses populations?

Selon une thèse qu'Ivan Illich a brillamment défendue dans Le genre vernaculaire, la neutralité sexuelle est indissolublement liée au progrès technique. Dans les sociétés traditionnelles, les outils et les rôles étaient sexués. Quand il arrivait à l'homme et à la femme d'utiliser les mêmes outils, le couteau à pain, par exemple, ils ne le faisaient pas de la même manière. Les machines à écrire, les voitures, le matériel de laboratoire, tous ces produits de la technique moderne sont devenus peu à peu indifféremment accessibles aux hommes et aux femmes. Ces dernières désormais réussissent aussi bien, sinon mieux que les hommes, même dans les facultés de sciences?

N'était-il pas inévitable qu'il s'ensuive des changements majeurs et irréversibles dans les idéaux retenus par la jeunesse? Pour mesurer la profondeur de ces changements, il suffit de se replonger dans l'une ou l'autre des grandes oeuvres littéraires qui ont façonné l'âme occidentale.

Je sors de la lecture de Vanity Fair, de Thackeray. Dans ce roman, le gentleman anglais a été présenté avec cette lucidité qui confère une parfaite authenticité à l'idéal qui lui survit. Il est vraiment le guerrier. Après en avoir été le repos, la femme, la gentlewoman, n'a qu'un souci: aimer le fils né de ce repos au point d'en faire un être encore plus courageux et plus généreux que son père.

Exception faite des qualités tout à fait fondamentales comme la bonté et la droiture, les vertus souhaitées chez la femme n'ont rien de commun avec celles qui sont proposées aux hommes. La différence entre les deux sexes est extrême, La force d'attraction n'en est que plus grande. Thackeray a démontré que la loi de son compatriote Newton devait être inversée pour s'appliquer aux rapports entre hommes et femmes: l'attraction dans ce cas s'accroît avec la distance, avec la différence.

Les jeunes se trouvent donc à une étrange croisée de chemins. D'un côté un monde où la technique continue d'accroître la neutralité sexuelle, où l'indifférenciation ainsi créée provoque l'indifférence, où les liaisons se font et se défont de plus en plus rapidement, où comme dans les dialogues informatisés, la distance physique et affective entre les êtres tend vers l'uniformité. Mais si les choses se passent ainsi entre les sexes, comment pourrait-il en être autrement entre les cultures, et comment à la limite la variété qui constitue la définition même de la vie pourrait-elle échapper à la contagion de l'indifférenciation?

L'autre chemin débouche sur un univers traditionnel vers lequel les jeunes pourraient être tentés de revenir avec l'espoir plus ou moins conscient de limiter ainsi les effets uniformisants de la technique. Le conservatisme que l'on observe actuellement a sans doute là sa meilleure explication. Mais qui voudra croire qu'un tel réenracinement a des chances de réussir ?

Dans ces conditions, le grand défi de la jeunesse, au seuil de cette année qui lui est consacrée, n'est-il pas, par de là la maîtrise d'une technique favorisant une certaine neutralité sexuelle, d'apprendre à laisser s'épanouir des différences qui donneraient une nouvelle actualité à Roméo et Juliette?

Autres articles associés à ce dossier

La reine de Saba

Raoul Ponchon

Sept cents épouses, mais...

À lire également du même auteur

Simone Weil et la tradition dualiste- Deuxième partie
Simone Weil et les religions dualistes

Vitalité
Prenière version 2001




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ