Rubens et la peinture allégorique

Johann Winckelmann
Extrait des Réflexions sur l'imitation des artistes grecs en sculpture et en peinture, publié en 1755.
Le célèbre Rubens, dont le génie hardi ne pouvait pas se renfermer dans le cercle étroit des fables païennes et des légendes du christianisme, osa s’élever jusqu’à la région sublime de l’allégorie, et fit des plus grands progrès vers ce genre de perfection, que les autres peintres modernes. La galerie du Luxembourg, principal ouvrage de ce grand artiste, est une preuve du courage et du génie avec lesquels il osa s’écarter des sentiers battus, et entrer dans les routes inconnues jusqu’à lui: Avia Pieridum loca.

Nous n’avons rien eu, depuis Rubens, de meilleur en ce genre que la coupole de la bibliothèque impériale à Vienne, peinte par Gran, et gravée par Sedelmeyer. L’apothéose d’Hercule, peinte par Le Moine, dans un salon de Versailles, est regardée en France comme une des plus belles compositions qui existent: mais ce n’est dans le fait qu’une allégorie froide et inanimée, en comparaison de la belle et judicieuse composition du peintre allemand que nous venons de citer. C’est un panégyrique insipide, dont les pensées les plus brillantes consisteraient en allusions aux noms du calendrier et aux signes du zodiaque.

Les artistes dont le génie serait tourné à la peinture allégorique, auraient besoin, comme nous l’avons dit, d’un ouvrage dans lequel on recueillît avec soin toutes les figures sensibles, tous les symboles sous lesquels, chez les différentes nations, et dans les temps divers, on a représenté poétiquement les idées et les qualités abstraites. La mythologie, la poésie, la philosophie occulte, les pierres gravées, les médailles et les autres monuments de l’antiquité, sont les sources où l’on pourrait puiser les matériaux d’une semblable collection, qui serait divisée en différentes classes. L’artiste retirerait de ce magasin les représentations et les symboles, qu’il appliquerait ensuite, avec les modifications convenables, aux sujets qu’il aurait à traiter. Ce serait une nouvelle route ouverte à ceux qui voudraient imiter les anciens.

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

Une méthode de sculpture inventée par Michel-Ange
Extrait des Réflexions sur l'imitation des artistes grecs en sculpture et en peinture, publié en 1

Le Bernin et l'étude de l'antique
Extrait des Réflexions sur l'imitation des artistes grecs en sculpture et en peinture, publié en 1

L'éducation et le soin du corps dans la Grèce antique
Extrait des Réflexions sur l'imitation des artistes grecs en sculpture et en peinture (publication

Imiter la nature d'aussi près que possible
Extrait des Réflexions sur l'imitation des artistes grecs en sculpture et en peinture, publié en 1

De la supériorité des peintres modernes
La découverte des fresques d'Herculanum et de Pompéi fut une grande déception pour les historiens

De la nécessité d'innover en peinture
Extrait des Réflexions sur l'imitation des artistes grecs en sculpture et en peinture, publié en 1




Nos suggestions