Le soleil de la modernité

Jacques Dufresne
"Copernic, écrit Arthur Koestler, renversa un courant de pensée inconscient en faisant graviter la Terre au lieu du Ciel. Tant que l'on imagina le Ciel en giration, on était amené automatiquement à le concevoir comme une sphère solide et finie: autrement, comment aurait-il tourné en bloc toutes les vingt-quatre heures? Mais une fois la ronde quotidienne du firmament expliquée par la rotation de la Terre, les astres pouvaient reculer indéfiniment; il devenait arbitraire de les situer sur une sphère solide. Le Ciel n'avait plus de limites, l'infini entrouvrait sa gueule immense...".
Quel est l'événement le plus important de l'histoire de l'humanité? La découverte du feu? La mort du Christ? L'enseignement de Bouddha? La découverte de l'Amérique? La Révolution française? L'invention de l'ordinateur?

    Parce qu'il est l'acte fondateur de la modernité, on est en droit d'affirmer que l'événement le plus important est la révolution copernicienne, ou plutôt, pour être plus précis, la révolution que Copernic a mis en branle et dont Newton a signé l'acte final. Un soleil abstrait, construit par la pensée, s'était substitué à la Terre comme centre du monde. De son poste d'observation, désormais relatif et en mouvement, l'homme allait progressivement découvrir l'infinité de l'espace. Cette apparente humiliation allait coïncider chez lui avec la découverte de la puissance de son esprit. Une seconde révolution copernicienne, inversée, allait commencer avec Descartes et Spinoza pour s'achever avec le philosophe allemand Emmanuel Kant. Pendant que le soleil se substituait à la Terre comme centre du monde physique, l'esprit humain se substituait à Dieu comme centre de l'univers intellectuel.

    Copernic fit tourner la Terre sur elle-même et autour du soleil. Kepler transforma les orbites circulaires en orbites elliptiques. Galilée, bien que demeuré attaché à l'orbite circulaire, découvrit les principes de la dynamique: un projectile suit deux mouvements à la fois: l'un est propre à l'objet et l'autre est une chute au sol. La synthèse des deux épouses la forme d'une parabole. Sur cette base Newton pouvait établir la mécanique céleste.

    COPERNIC

    En 1543, paraissait le livre des Révolutions des orbes célestes, de Copernic. Le soleil tel qu'il apparait au début de cet ouvrage est immobile au centre d'un univers fini, borné par la sphère fixe des étoiles. Les planètes tournent autour du soleil en un mouvement circulaire, comme la lune tourne autour de la Terre. Pour la première fois l'alternance des jours et des nuits est expliquée par la rotation de la Terre sur son axe plutôt que par le mouvement de la sphère des étoiles fixes. Le système de Copernic demeure toutefois marqué par ce qu'on pourrait appeler le géométrisme, c'est-à-dire le culte des figures parfaites. Il contient encore plus d'épicycles que celui de Ptolémée.

    Bien qu'au début de son ouvrage, Copernic fasse du soleil le centre de l'univers, dans la démonstration qui suit, il prend plutôt comme centre un point vide dans l'espace situé près du soleil; quant aux plans des orbites des planètes, il les met en rapport avec la position de la Terre plutôt qu'avec celle du soleil. On finit par se demander si ce n'est pas malgré lui qu'il a amorcé la grande rupture d'avec la cosmologie antérieure.

    Quoi qu'il en soit, la Terre est devenue une planète quelconque. Un nouveau regard se pose sur l'univers. La vision globale se déstabilise comme une roue qu'on décentre perd sa symétrie et sa régularité. L'étalon-cercle n'est plus reconnu. Les sphères qui entourent la Terre éclatent les unes après les autres.

    "Copernic, écrit Arthur Koestler, renversa un courant de pensée inconscient en faisant graviter la Terre au lieu du Ciel. Tant que l'on imagina le Ciel en giration, on était amené automatiquement à le concevoir comme une sphère solide et finie: autrement, comment aurait-il tourné en bloc toutes les vingt-quatre heures? Mais une fois la ronde quotidienne du firmament expliquée par la rotation de la Terre, les astres pouvaient reculer indéfiniment; il devenait arbitraire de les situer sur une sphère solide. Le Ciel n'avait plus de limites, l'infini entrouvrait sa gueule immense...".(30)

    En réalité, ce n'est pas une mais mille gueules immenses que l'infini allait entrouvrir. L'équivalent de la voûte céleste existait dans tous les domaines du savoir et de l'expérience humaine. Le monde lui-même avait ses bornes. On affirmait qu'il avait été créé en l'an 4004 av. J.-C. Les textes sacrés contenaient la réponse définitive aux grandes questions sur le sens de l'existence. L'ordre social était à l'image de l'ordre cosmique. Les déplacements étaient difficiles; la plupart des êtres humains passaient leur vie dans un espace ne dépassant guère 100 km2. Le champ assigné aux désirs était aussi nettement circonscrit* que l'espace vital. C'est l'ensemble de ces limites qui a commencé à reculer quand le cordon ombilical rattachant la sphère céleste à la Terre a été rompu. John Donne, philosophe et poète anglais (1573-1631) a témoigné du désarroi créé par les idées de Copernic. C'était en 1611.

Autres articles associés à ce dossier

Critique de la modernité - 2

Friedrich Nietzsche


Critique de la modernité - 1

Friedrich Nietzsche


Comment vivre sans repères?

Dominique Fernandez

Extrait d'un entretien accordé à Christian Authier de L'Opinion indépendante autour de son roman Nicolas: «Un étudiant russe fait irruption dans

La récupération de la pensée moderne

Benoît Duteurtre

Extrait d'une entrevue accordée à Christian Authier (Benoît Duteurtre: un romancier hors des sentiers battus, L'Opinion indépendante, Toulouse, Fr

La modernité et le progrès du savoir

Jerzy A. Wojciechowski

Je tenterai de faire la lumière sur ce changement en adoptant le point de vue de la théorie de l'écologie du savoir que j'ai développée pour étu

À lire également du même auteur

Résurrection de la convivialité
Ivan Illich annonçait dès les années 1970 une révolution, litt&eacu

Bruyère André
Alors qu'au Québec les questions fusent de partout sur les coûts astronomiques li&e

Noël ou le déconfinement de l'âme
Que Noël, fête de la naissance du Christ, Dieu incarné, Verbe fait chair, soit aus

De Desmarais en Sirois
Démocratie ou ploutocratie, gouvernement par le peuple ou par l'argent? La question se po

Le retour des classiques dans les classes du Québec
Le choix des classiques nous met devant deux grands défis : exclure l’idéal

Culture médicale: un ABC
La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face &a




Articles récents