La démocratie individuelle a-t-elle un avenir?

Jacques Dufresne
Yves Leclerc met le système démocratique en accusation, là où les autres se contentent de critiquer telle ou telle de ses composantes. Mais un régime politique, quel qu'il soit, ne sert la justice que dans la mesure où cette dernière est son inspiration principale. Comment insuffler une telle inspiration à un peuple?
De temps à autre, paraît un essai qui se détache du peloton: parce qu'il est vivant sans donner dans le sensationalisme, parce qu'il est rigoureux sans être ennuyeux, parce qu'il est accessible sans être simpliste et, enfin, parce qu'il arrive au bon moment. C'est le cas du livre d'Yves Leclerc, journaliste surtout connu pour ses articles sur les ordinateurs dans La Presse. Ce nouveau venu dans la sphère de la réflexion sur la politique a toutes les apparences d'un universitaire à la retraite qui, échappant enfin aux contraintes de l'écrit savant, dit le fond de sa pensée en mobilisant joyeusement sa vaste culture.

    Ce livre semble tout spécialement destiné à ceux qui partagent les inquiétudes de Jean-Louis Lévesque. «De fait, écrit Yves Leclerc, comme le soulignaient Hans Kelsen et Robert Michels au début du siècle, ce que nous appelons démocratie est en réalité un régime libéral de type électif à tendance oligarchique.»

    Yves Leclerc nous avertit: je ne vais pas tempérer mes critiques de la démocratie en en montrant les bons côtés; tant d'autres ont pris le parti inverse que ce régime politique est présenté comme une religion universelle, comme le remède à tous les maux de tous les pays. Qu'on se rassure: «Je ne suis, écrit Yves Leclerc, ni monarchiste, ni fasciste et je demeure convaincu qu'on ne peut gouverner les communautés humaines qu'avec leur accord».
    On présente souvent la démocratie comme la condition de la prospérité, surtout depuis l'effondrement des régimes communistes. Yves Leclerc nous rappelle que c'est plutôt la prospérité - rendue possible par les colonies et une main d'oeuvre peu ou pas rémunérée - qui a été la condition de la démocratie, du moins si l'on en juge par la façon dont elle s'est imposée en Europe.

    Yves Leclerc s'étonne de ce que l'on s'en prenne de façon rituelle aux dirigeants des démocraties, sans jamais oser mettre en cause le système lui-même. «Si le système est au point, demande-t-il, comment peut-il porter si souvent de tels personnages (incompétents) au pouvoir? [...] Essayez par exemple de suggérer que les sondages d'opinion devraient avoir un rôle plus positif et reconnu dans le processus. Vous susciterez une immédiate levée de boucliers sans que quiconque prenne la peine de peser le bien- fondé de telles propositions.»

    Son analyse du rôle des députés le mène à la même conclusion: «Il est significatif que dans une foule de pays, on reprend tous les cinq ou six ans le débat sur la nécessité de revaloriser le rôle du député. Ce n'est pas le rôle du député qui est à repenser mais celui de la législature. Cette erreur de perspective n'est d'ailleurs qu'une autre manifestation de notre tendance à envisager tous les problèmes sous l'angle individuel, alors qu'ils portent sur l'ensemble d'une collectivité, d'un groupe ou d'une institution.»

Autres articles associés à ce dossier

Monnaie et gouvernance

Gilles Paquet

Définition de la monnaie et présentation de ses modifications récentes, jusqu'à la monnaie virtuelle.

Le besoin comme fondement de la gouvernance

Gilles Paquet

Un économiste influent prend le risque de dénoncer la rhétorique des droits et soutient qu'il faut revenir à l'étude des besoins pour établir le

À lire également du même auteur

Le nouveau Vieux Couvent de Neuville
Un bâtiment rénové de l'intérieur et de l'extérieur

Le Médiateur unique à l'heure du multimédias
Témoignage montrant que l'idée et la réalité d'un Dieu incarn&ea

Passeport vaccinal : libérateur ou liberticide ?
La réponse dépend de la conception que l’on a de la liberté

Quel sort attend les trésors du passé ?
Ne conviendrait-il pas, pour les conserver vivants, de les rassembler dans une polythèque id&

Serge Bouchard et l'Agora
Autour de Serge Bouchard, un consensus sans amalgames

Marie de l’Incarnation telle qu’en elle-même
En lien avec un article de Carl Bergeron dans le numéro du printemps 2021 de la revue Argumen

Robert Lepage ou le complexe d’Héphaïstos
Contre la technique, tout contre

Yves Martin : le plus humain des hauts fonctionnaires
Un homme dont il faudra se souvenir pour achever une grande oeuvre dans l'esprit où il l&




Nos suggestions