Le souci de l'autre

Jacques Dufresne
L'amour de la démocratie... et de l'égalité entre les sexes.
«Il faut, dira Nietzsche, quitter la vie comme Ulysse quitta Nausicaa, en la bénissant et non amoureux d'elle.»

Cette évocation de la civilité en amour est plus qu'une plaisante digression dans un ouvrage sur la démocratie. Le souci de l'autre est l'âme de cette forme de gouvernement. Si, là où il revêt la plus grande importance, dans l'amour, dans l'amitié ou dans les liens familiaux, le souci de l'autre est violent, ou muet, ce qui revient au même pour un Grec; ou si, tout en demeurant muet, il est inhibé jusqu'à la fuite, c'est signe que la société est malade et que, faute de trouver un remède intérieur à son mal, elle sera bientôt incapable de justice et de liberté, quelles que soient les règles de droit qu'elle se donne pour se guérir de l'extérieur.

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

Les talismans intérieurs Vol 1
J’appelle talismans intérieurs ces souvenirs nourriciers qui ressurgissent en nous au m

Les consolations de Noël
Les hommes ont chanté et dansé  en des temps généralement plus durs

Des reliques et des objets jetables
La relique est par excellence l’objet durable, si bien qu’elle pourrait servir de mod&eg

La fin de la Chrétienté, un livre de Chantal Delsol
Interrogations, tensions, contradictions, puits de lumière dans la pensée d’une

Jean Rochon ou l’efficience d’aujourd’hui alliée à la sociabilité d’hier
Jean Rochon nous a quittés le 16 octobre 2021. Il avait été ministre de la sant

L'homme intégral
Celui qui intègre son passé à son présent. Souviens-toi de ce que tu as

Les ailes du texte: un regard kikuyu sur le style
Dans La ferme africaine, Karen Blixen raconte la fascination qu'exerçait le coucou de son




En marge de la Conférence de Glasgow