• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Nathalie Riera et la parole emprisonnée

    Jean-Luc Pouliquen

    Dans La parole derrière les verrous. Essai sur le théâtre et la poésie dans l'espace carcéral, Paris, Éditions de l'Amandier, 2007, Nathalie Riera raconte son action pédagogique parmi les détenus

    . Son objectif est de créer du sens par la poésie à travers le théâtre et de rendre ainsi leur existence carcérale plus habitable et plus respirable. Voir aussi le document «La prison, lieu habitable?» (extrait de son livre) dans la présente Encyclopédie sur la mort.
    Dans un texte paru précédemment Michèle Serre avait posé la question de la place accordée à la poésie dans la société d'aujourd'hui. Avec cet essai intitulé La parole derrière les verrous, Nathalie Riera* nous permet de reprendre ce sujet d'une manière singulière. En effet, l'auteure fait le point sur son activité d'animatrice culturelle en milieu carcéral et montre, en même temps que le théâtre, quel rôle peut y jouer la poésie. Une attention particulière à la souffrance et au désespoir de l'autre l'a conduit vers cette population de détenus qu'elle a voulu aider à continuer à tisser des liens avec le monde extérieur. Pour elle, mettre les délinquants au ban de la société, les réduire à l'isolement strict en les coupant radicalement de ce qui fut leur environnement quotidien, n'est pas préparer leur réinsertion mais au contraire favoriser des lendemains de violence. Ce lien avec l'extérieur c'est par la parole, le théâtre et la poésie qu'elle a travaillé à le maintenir. Quelques témoignages nous sont proposés qui nous permettent de mesurer l'impact des actions de Nathalie Riera sur son public. Celui-ci par exemple : «C'est bien ce que tu fais avec eux. C'est trop rare ces choses-là. On ne peut pas imaginer ce que le théâtre peut apporter. Je partage la cellule avec l'un des acteurs de la pièce. C'est moi qui lui donne la réplique. Et je peux te dire que ça bosse. Il est vraiment investi, et c'est pour ça qu'il s'accroche. Tu n'as pas choisi le texte le plus simple. Même moi, je ne savais pas qu'on pouvait écrire des histoires pareilles.» N'allons pas idéaliser cependant, il y a aussi des rejets, des blocages mais toujours quelque chose s'est passé qui a fait bouger les esprits : «La seule chose qui me reste, ce sont mes rêves. Ils peuvent tout me prendre, mais ce qu'il y a là, dans ma tête et dans mon coeur, ils n'y parviendront pas».

    De nombreuses citations accompagnent ce livre. Nathalie Riera a interrogé les oeuvres de nombreux poètes pour savoir ce qu'ils pouvaient nous dire lorsqu'une situation extrême nous confronte au sens même de l'existence. Elle retiendra par exemple ces mots de Pierre Reverdy*: «Non, la poésie n'est pas cette chose inutile et gratuite dont on pourrait si facilement se passer - elle est au commencement de l'homme, elle a ses racines dans son destin». Dès lors le livre prend une autre dimension. Il n'est pas seulement réflexion sur une pratique culturelle à vocation sociale, il est plongée au coeur même de nos vies et de l'usage que nous pouvons y faire de la parole. La parole emprisonnée, écrit-elle «c'est l'impossible dialogue entre les hommes et le cruel monologue de l'homme face au monde. Harcelés par les mensonges, nous astreignons notre vie à attendre du monde des réponses à nos malaises et à nos tragédies intimes. Mais ce qui définit le monde, c'est son refus de répondre.» Le constat est amer. Sans doute a-t-il été favorisé par le contexte. Pourtant, grâce à la poésie, Nathalie Riera entrevoit un dépassement possible sinon elle n'aurait pas choisi de terminer son essai par ce vers de Goethe*: «C'est pour l'étonnement que j'existe.»

    SAMEDI 6 MARS 2010

    Sources :

    - L'auteure et son livre sur le site de l'éditeur: http://www.editionsamandier.fr/f/index.php?sp=livAut&auteur_id=197

    - le site des Carnets d'Eucharis la revue en ligne animée par Nathalie Riera : http://lescarnetsdeucharis.hautetfort.com/

    - Cette recension a été publiée sur le site L'Oiseau de feu du Garlaban:

    http://loiseaudefeudugarlaban.blogspot.com/2010/03/nathalie-riera-et-la-parole-emprisonnee.html


    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • «Que Yo,...»
    • «Que yo, Sancho, naci para vivir muriendo» Cervantes, Don Quichotte (Vois-tu, Sancho, je suis né...