• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    «Dans ma tombe, j'attends ma vengeance»

    Don Giovanni est un opéra en deux actes de Wolfgang Amadeus Mozart, sur un livret en italien de l'abbé Lorenzo da Ponte. La Première est donnée à Prague le 29 octobre 1787. Casanova, le Don Juan vénitien, assiste à la représentation. Ses conversations avec Da Ponte et sa participation à l'élaboration du livret ont certainement dû nourrir sa réflexion lors de la rédaction de l'Histoire de ma Vie. La scène finale dans laquelle Don Giovanni refuse de se repentir a été et demeure un sujet philosophique et artistique, captivant pour un grand nombre d'écrivains, et maintes fois revisité dans les différentes versions littéraires de .
    Pour les uns, il s'agit de l'expression de la liberté souveraine de l'individu, c'est-à-dire de l'homme capable de dire «non». Pour les autres. Don Giovanni représente l'idéal politique et social du siècle des Lumières: «Vive la libertà» est chanté ensemble par Giovanni, Leporello, Don Ottavio, Donna Anna et Donna Elvira. Pour les autres, l'héroïsme* de Don Giovanni («Mon courage ne faillira pas, malgré que les puissances de l'enfer m'assaillent» - «personne ne m'appellera un lâche») est subversif, car il incarne la rupture des structures sociales. En effet, Don Giovanni séduit une dame noble, une domestique et une paysanne, représentatives des trois classes sociales. (T. Tucker, «Don Giovanni: Rebel Hero or Threat to Society, 25 avril, 2009 < http://www.thecultureclub.net/2009/04/25/don-giovanni-rebel-hero-or-threat-to-society/>

    Dans ce contexte, comment comprendre l'inscription à la base du monument que Don Giovanni fait lire à Leperello: «Dans ma tombe, j'attends ma vengeance»? Nous sommes dans l'Acte II : Ottavio voit dans les événements qui s'accumulent, la preuve que Don Giovanni est bien l’assassin du Commandeur et il promet de le venger (Air : « Il mio tesoro intanto »). Restée seule, Elvira admet qu’elle aime encore Don Giovanni et renonce à la vengeance (Air : « In quali eccessi »).

    Au cimetière dans la nuit, une voix provenant d’une statue lui demande de laisser les morts en paix. Sur ordre de Don Giovanni, Leporello lit l’inscription à la base de la statue : « Dans ma tombe, j’attends ma vengeance ». Le valet tremble de peur, mais son maître le force à inviter la statue à dîner (Duo : « O statua gentillissima »). La statue hoche la tête et répond «Oui ».

    Dans la salle à manger, Don Giovanni commence son repas, pendant que les musiciens interprètent des airs d’opéra (Finale : « Già la mensa »). Elvira entre, et essaie de convaincre Don Giovanni de se repentir (Air: « L’ultima prova »). Mais ce dernier se rit d’elle (« Vivan le femmine »). En partant, Elvira pousse un cri de terreur. Leporello hurle à son tour, car il a vu la statue du Commandeur s’approcher et frapper à la porte. Comme son valet refuse d’ouvrir, Don Giovanni s’en charge. Le Commandeur entre (Air: « Don Giovanni, a cenar teco »), mais refuse de s’asseoir à table. Il invite Don Giovanni à dîner, et ce dernier accepte et lui serre la main. La statue lui demande alors de se repentir, mais Don Giovanni refuse. Le Commandeur se retire et Don Giovanni est englouti par les flammes.

    Le commandeur attend dans sa tombe d’être vengé du gredin qui l'a assassiné. Don Giovanni, toujours lucide, en est bien conscient, il refuse la réconciliation avec sa victime*, renonce à l'amour d'Elvira et va librement vers sa mort.

    Au sujet du mythe de Don Juan et son interprétation, consulter:
    http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Don_Juan
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Émile Brunet, sculpteur
    • Émile Brunet a fait une carrière enviable, sollicitée pendant un demi-siècle par les institutions...
    • Demain, dès l'aube
    • Demain, dès l'aube... Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, Je partirai. Vois-tu,...
    • La stèle de marbre prend la forme d'un petit temples, appelé...
    • Cimetière patrimonial
    • Comme tout cimetière, le cimetière patrimonial est un espace organisé où une collectivité inhume...