• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Antigone, la «gosse»

    Jean-Christophe Goddard

    Dans Violence et subjectivité, J.- C. Goddard met en évidence le «caractère meurtrier» (Hölderlin) ou le «facteur létal» (Lacan*) de la tragédie et du verbe tragique. L'auteur se demande quel est cet «effroyable originel» exprimé dans le cri qui, dans la tragédie, monte du choeur incarnant la foule ? Cet «effroyable» n'est nul autre que le crime collectif du meurtre de l'enfant*. (Chapitre premier «Dionysos enfant», p. 11-31)
    Ce Dionysos est pour Nietzsche* «l'enfant mis en pièces par les Titans et vénéré dans cet état sous le nom de Zagreus». Voilà la perte irréparable, l'effroyable réalité de la foule, qui est l'unique réalité: le meurtre et la dévoration festive de l'enfant. C'est là aussi l'involontaire absolu: le crime imputable à tous, le crime pour ainsi dire générique. En 1960, dans son Séminaire sur L'éthique de la psychanalyse, Lacan relevait qu'Antigone*, dans toute la pièce de Sophocle, est appelée «la gosse», et que lorsque le choeur fait éclater l'hymne à Dionysos, lors de son avant-dernière entrée , si les auditeurs croient que c'est un hymne à la libération et que «tout va s'arranger», c'est qu'ils ignorent «ce que représente Dionysos et son cortège farouche», c'est-à-dire la foule dionysiaque meurtrière. (op. cit., p. 22)

    [Le meurtre de l'enfant] se ritualise dans la belle image d'une «victime terriblement volontaire», c'est-à-dire terriblement crue, d'un martyr* «sans pitié ni crainte» d'une victime qui opère d'elle-même et en elle-même la transfiguration de la cruauté originelle... (op. cit., p. 26)

    [L'auteur met en évidence] le caractère proprement «athlétique» de la station [du héros tragique, en l'occurrence Antigone] qui se tient ainsi au centre, ou au milieu de la foule, à la place infiniment séparé du sacré [...] Car le propre de la victime* sacrificielle est, précisément parce qu'elle est isolée et absolument dés-unie, de n'être plus personne; le neutre (le neutre de l'enfant). Cet «athlétisme» est celui de la mort tragique en quoi consiste cette station - puisque le sacré est présence du dieu dans la figure de la mort. Non pas de la mort que se donne le héros tragique, mais de la mort en laquelle il se trouve déjà vivant [...]; un mort qui est mort parmi les vivants, vie parmi les morts.
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Antigone, la «gosse»
    • Ce Dionysos est pour Nietzsche* «l'enfant mis en pièces par les Titans et vénéré dans cet état sous...