• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Antigone et le devoir de sépulture

    Dans ce qui nous est parvenu du théâtre grec, trois pièces semblent rapporter l'interdit, promulgué par Créon, de procéder aux funérailles de Polynice, interdit qui entraîne le refus d'obéir d'Antigone*: l'Antogone de Sophocle (versus 441 av. J.-C.), Les sept contre Thèbes d'Eschyle(467 av. J.-C.) et les Phéniciennes d'Euripide (411 av. J.-C.). À ces trois pièces qui nous sont parvenues intégralement, il faudrait ajouter quelques allusions ou citations fragmentaires de pièces perdues, notamment une Antigone d'Euripide (selon P. Borgeaud, «D'Antigone à Érigone» dans M. Gilbert (dir.) Antigone et le devoir de sépulture, Genève, Labor et Fides, «Actes et recherches», 2005, p. 44-45.
    CRÉON
    Mais, pour son frère, pour Polynice, dont voici le corps, il sera jeté hors de nos murailles, sans sépulture, en proie aux chiens, puisqu'il eut été le dévastateur du pays cadméen, si un dieu ne s'était pas dressé devant sa lance, à celui-là! Même mort, gardera sa souillure à l'égard des dieux de nos pères, ces dieux qu'il a outragés en lançant une armée étrangère à la conquête de sa ville. On juge donc qu'il doit être enseveli par les seuls oiseaux de l'air pour en payer l'ignominieuse peine, que nul bras ne saurait l'accompagner pour répandre sur lui la terre, ni aucune lamentation l'honorer de ses chants aigus, mais qu'il se doit voir, au contraire, ignominieusement privé du cortège de ses proches.

    ANTIGONE
    Et je déclare, moi, aux chefs des Cadméens: si personne ne veut aider à l'ensevelir, c'est moi qui l'ensevelirai [...] Des funérailles, un tombeau, toute femme que je suis, je saurai lui en trouver, dussé-je les lui apporter dans le pli de ma robe de lin et seule recouvrir son corps.

    (Eschyle, Les sept contre Thèbes, 1026-1040, trad. de PaulMazon, Paris, Les Belles Lettres, «Universités de France», 1931)

    CRÉON
    L'homme que l'on prendrait à mettre sur lui des feuillages, à le couvrir de terre, le paierait de sa vie.
    ANTIGONE
    C'est moi qui l'ensevelirai, même si la cité l'interdit.

    ANTIGONE
    Permets-moi seulement de le laver selon le rite...
    CRÉON
    C'est un des actes interdits à tous les citoyens.
    ANTIGONE
    De bander ses cruelles blessures...
    CRÉON
    Il n'est aucun honneur que tu puisse lui rendre.
    ANTIGONE
    Frère chéri, je baiserai du moins ta bouche.

    (Euripide, Les Phéniciennes, traduction de Marie Delcourt dans Tragédies grecques, Paris, Gallimard , «Bibliothèque de la Pléiade, 1962).

    CRÉON
    Toi qui inclines ton front vers la terre, déclares-tu avoir fait cette action ou le nies-tu?
    ANTIGONE
    Je déclare l'avoir fait et ne le nie point.
    CRÉON
    [...] Mais toi, réponds sans détours en peu de mots. Connaissais-tu la défense que j'avais fait publier.
    ANTIGONE
    Je la connaissais. Comment ne pas la connaître? Elle était publique.
    CRÉON
    Et pourtant tu as osé transgresser cette loi?
    ANTIGONE
    Ce n'était ni Zeus ni la Justice, compagne des dieux infernaux, qui avaient publié une pareille loi. Et je ne pensais pas que les décrets eussent assez de force pour que les lois non écrites, mais immuables, émanées des dieux, dussent céder à un mortel. Car elles ne sont ni d'aujourd'hui, ni d'hier; elles sont éternelles et personne ne sait quand elles ont pris naissance. [...] Aussi le sort qui m'attend ne me cause aucune peine. Au contraire, si j'avais laissé sans sépulture celui qui connut les mêmes parents que moi, grande serait mon affliction. Ce que j'ai fait ne m'en cause aucune. Si donc ma conduite te paraît insensée, peut-être est-ce un fou qui me taxe de folie.

    (Sophocle, Antigone, traduction de J. Bousquet et M. Vacquelin (1897), Paris, Librio, «Théâtre», 2005)

    CRÉON
    Pourquoi as-tu tenté d'enterrer ton frère?
    ANTIGONE
    Je le devais.
    CRÉON
    Je l'avais interdit.
    ANTIGONE
    Je le devais tout de même. Ceux qu'on n'enterre pas errent éternellement sans jamais trouver de repos. Si mon frère vivant était rentré harassé d'une longue chasse, je lui aurais enlevé ses chaussures, je lui aurais fait à manger, je lui aurais préparé son lit... Polynice aujourd'hui a achevé sa chasse. Il rentre à la maison où mon père et ma mère, et Etéocle aussi, l'attendent. Il a droit au repos.

    (Jean Anouilh, Antigone, Paris, La Table Ronde, 1947)

    Autres Antigones
    Bertolt Brecht, Antigone, adaptation de la traduction allemande faite par Hölderlin de l'Antigone de Sophocle, traduction de l'allemand par Maurice Regnault, L'Arche, 2000.

    Henri Bauchau, Antigone, Actes Sud, 1997.

    Jean Cocteau, Antigone, Paris, Gallimard, 1948 (1922).
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Antigone, la «gosse»
    • Ce Dionysos est pour Nietzsche* «l'enfant mis en pièces par les Titans et vénéré dans cet état sous...