Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Mommsen Theodor

1817-1903
Jugement sur l'oeuvre de T. Mommsen
«Ce qui caractérise l'œuvre de M. Mommsen, c'est qu'elle a porté sur toutes les parties de la science des antiquités romaines: droit, histoire, philologie, épigraphie, numismatique; M. Mommsen a tout étudié, tout fouillé; et toutes les fois qu'il a touché une question, il y a apporté quelque élément nouveau, quand il ne l'a pas entièrement renouvelée. Il suffira de considérer la liste de ses principaux ouvrages, qui terminera cet article, pour voir quelle ardeur il a mise dans les recherches les plus variées. Sa thèse inaugurale et ses premiers travaux se rapportent surtout au droit qu'il avait spécialement étudié; il y revint plusieurs fois encore, soit lorsqu'il édita des ouvrages juridiques, comme le Digeste, soit lorsqu'il étudia des textes de lois, comme celles de Salpensa et de Malaga, soit aussi dans son Droit public romain; on peut même dire d'une façon générale que la supériorité qu'il eut sur ses contemporains dans les différentes branches de l'antiquité romaine, il la doit en grande partie à sa profonde connaissance du droit romain. Comme philologue, il s'est placé hors de pair par son étude sur les dialectes itatiotes, par ses éditions des Agronomes de Pline le Jeune, des Chronira minora de Jordanès; comme numismate, il a donné une Histoire de la monnaie romaine qui restera longtemps un monument considérable; cependant, c'est surtout comme épigraphiste et comme historien qu'il s'est fait un renom. Pour comprendre l'œuvre scientifique de M. Mommsen, il faut se rendre compte de l'état de la science au moment où il commença ses études. Sans doute, le nombre des inscriptions latines connues était très grand; mais elles étaient dispersées dans des publications de toutes sortes et de valeur fort inégale; les unes simplement médiocres, les autres dangereuses, car elles contenaient des inscriptions fausses ou interpolées; et l'éparpillement même des documents empêchait de s'orienter au milieu d'une semblable confusion. Aussi avait-on songé depuis longtemps à réunir toutes les inscriptions latines en un seul recueil. En dernier lieu, l'Académie des inscriptions et belles-lettres avait été sur le point de se charger de cet honneur; les événements politiques firent échouer l'entreprise: elle échut à l'Académie de Berlin. M. Mommsen, qui n'était alors qu'un jeune homme, s'offrit à prendre part au travail. Mais il avait en cela, comme en tout, des idées très personnelles; contrairement à ce qu'on pensait jusque-là, il avait compris que, pour aboutir, il fallait ranger les inscriptions par ordre géographique de provenance et non par catégories; il le fit. Une telle innovation effraya quelque peu les savants qui dirigeaient l'entreprise, et, en particulier, Zumpt, alors fort écouté dans les questions épigraphiques; on s'entêta de part et d'autre; et le jeune audacieux, dont la personnalité commençait à porter ombrage à ses aînés, fut tenu à l'écart. Mais il était de ceux qui s'obstinent. Dans un voyage de deux ans, il avait revu et copié toutes les inscriptions du royaume de Naples; il put les publier, grâce à la générosité d'un éditeur de Leipzig, Wigand, qui avait pressenti l'avenir de M. Mommsen. L'apparition du volume fit sensation; la méthode suivie (classement des inscriptions par région, et, dans chaque région, par localité, développement considérable donné aux différentes tables des matières pour faciliter les recherches) parut excellente; si bien que, quelques années après, elle était adoptée par l'Académie de Berlin, et M. Mommsen était chargé de toute la publication.
[...]
Si le recueil des inscriptions romaines nous fait surtout connaître le savant, l'écrivain et le penseur se révèlent dans l'Histoire romaine. Quand le livre partit, il fut accueilli avec admiration en Allemagne d'abord, puis dans les différents pays du monde lettré où il fut vite traduit dans toutes les langues. C'est qu'il marquait une évolution très intéressante dans la méthode historique. A cette époque, Niehuhr et son école étaient encore fort en honneur; à ceux qui acceptaient sans discussion les traditions antiques sur l'origine de Rome, telles que nous les ont transmisesTite-Live et ses contemporains, avaient succédé des historiens qui prétendaient interpréterles légendes et démêler la vérité sous la fable. M. Mommsen, moins hardi, mais non moins sceptique, laissa résolument de côté toutes ces traditions et essaya, non point de reconstruire la suite des faits à l'époque royale, mais de se faire une idée des peuplades primitives de l'Italie et des origines de Rome par l'analyse de la religion et l'examen des langages; il substitua donc une méthode scientifique à des conceptions hypothétiques. Ce qui frappa aussi l'attention dans l'œuvre de M. Mommsen, c'est la façon si personnelle dont les faits y étaient présentés. Esprit froid et calculateur, très ennemi de la politique de sentiment, très épris, en histoire, d'autorité, également hostile au régime démocratique qu'il juge dangereux et au parti des patriciens qu'il méprise, entier et exclusif dans ses conceptions, l'auteur prend parti avec feu pour on coutre ceux dont il parle; et, comme il aime à vivifier le passé par des comparaisons avec le présent, il traite sans hésiter Pompée de caporal, Caton de Don Quichotte et Sylla de Cromwell. Les expressions risquées elles-mêmes ne l'effraient point quand il veut parler des joueuses de flûte syriennes à l'époque impériale, il les compare tout naturellement aux «cocottes parisiennes». Ces hardiesses de pensée et d'expression, qui soulignent des conceptions très neuves de l'histoire de Rome, font du travail une œuvre singulièrement attachante, tandis que la sûreté des informations et la précision absolue dans les moindres détails, malgré l'absence presque complète de références, lui assurent une grande valeur documentaire. Le quatrième volume qui doit contenir l'histoire des différents empereurs n'a pas encore paru; M. Mommsen a voulu écrire d'abord le cinquième où il raconte l'histoire du monde romain à l'époque impériale, estimant que ce récit était plus nouveau et plus instructif.»

RENÉ-LOUIS-VICTOR CAGNAT, article «Théodore Mommsen», La Grande Encyclopédie, Paris, 1898, tome vingt-quatrième. Voir ce texte.

Articles


Biographie de Theodor Mommsen

René-Louis-Victor Cagnat
Notice biographique du grand historien allemand Theodor Mommsen, parue en 1898, quelques années avant sa mort. Bibliographie détaillée des ouvrages qui constituent son oeuvre.

Étude critique de l'Histoire romaine de Theodor Mommsen

Gaston Boissier
Contemporain de Mommsen, Gaston Boissier fut l'un des plus éminents romanistes français de son époque. Historien de la vie privée avant l'heure, on lui doit de magnifiques études sur Cicéron, sur la religion et les moeurs romaines notamment sur

Réponse de Fustel de Coulanges à Mommsen sur la question alsacienne

Numa-Denys Fustel de Coulanges
Réponse de l'historien Fustel de Coulanges au Mommsen à propos de la question alsacienne, publiée sous le titre «L'Alsace est-elle française ou allemande?» Voir le texte de Gaston Boissier pour plus de détails sur les positions de Mommsen et s