• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Sage

    Définition

    Voici le portrait que dessine Chantal Delsol de celui qu'elle appelle tantôt le renonçant, tantôt le sage contemporain, Dans l'âge du renoncement, La nuit surveillée, Éditions du Cerf, 2011, p.40-41

     

    «Toutes les vieilles certitudes sont reléguées au magasin des illusions - au titre même de leur statut de certitude, afin qu'il n'en naisse pas d'autres. La vérité s'identifie dès lors aux pas­sions, aux nuées, aux farces que le sage repousse loin de lui, s'il veut grandir et comprendre. La folie de la foi, parée des cou­leurs de l'aventure, est poison violent. Il faut montrer du doigt ses commencements, et ses motifs, enfantins. Pourquoi l'homme a-t-il toujours envie d'être ailleurs ? se demandait Montaigne[1]. Mal à l'aise dans l'existence, il invente des ailleurs où mieux vivre. Vieille thèse marxiste et nietzschéenne de la fabrication des vérités : l'humain est celui qui dirige un magasin de farces et attrapes. « Choix de l'irréel au détriment du réel[2] », dit Clé­ment Rosset, qui élève l'incertitude au rang de critère de la pen­sée juste : « Un grand penseur est toujours des plus réservés quant à la valeur des vérités qu'il suggère, alors qu'un philo­sophe médiocre se reconnaît, entre autres choses, à ceci qu'il demeure toujours persuadé de la vérité des inepties qu'il énonce[3]. » La quête de la vérité est faiblesse, laisser-aller dans le sens de notre penchant naturel pour la sécurité en tout. Faiblesse et pué­rilité aussi : grandir, c'est regarder avec lucidité la couleur de l'impossible, et les énigmes sans réponse.

    La sagesse est à nouveau considérée comme la maturité de l'homme. Dans l'Antiquité, s'adonner à ses passions et à ses croyances passionnées traduisait un enfantillage chez l'adulte, une sorte de retard. À la Renaissance, un Charles de Bovelle marquait plusieurs âges de l'homme individuel à l'issue desquels le dernier, le plus avancé, s'appelait sagesse. Aujourd'hui, toute croyance avérée se voit assimilée à une passion redoutable et signe, non seulement la puérilité, mais l'arriération historique - le croyant est un sauvage, qui n'a pas encore pris la mesure de la splendide incertitude qui nous convient, à nous, post­modernes. L'immaturité confine à la servitude volontaire : car on dépend de sa vérité, et on lui obéit. « La Vérité vous rendra libre », lit-on dans le Nouveau Testament. « La vérité vous asservit », dit l'aspirant contemporain à la sagesse.

    Ainsi toute tentative de comprendre l'existence dans laquelle nous sommes jetés apparaît comme une aspiration dérisoire à se nourrir d'une illusion, par ce sot « besoin théorique » dont parlait Chestov (théorique au sens étymologique de contemplation et approche de la réalité).

    Nul doute que nous trouvons là une appropriation commune des philosophies du soupçon. Mais celles-ci, dont la vocation était de défaire des modes de pensées anciennes, ont accompli depuis longtemps leur travail, et apparaissent comme un moment dépassé. Nous sommes à l'âge de la reconstruction. La traque des illusions ne sonne plus comme une nouveauté provocatrice, mais comme argument dans la mise en place d'un autre schème de pensée, supposé nous permettre de vivre après le nihilisme qu'elle a provoqué.

    Le sage contemporain doit être, comme tous les sages du monde, un renonçant. Renonçant aux croyances illusoires, aux passions sauvages et aux besoins superflus qui pourraient susciter passions ou croyances, il s'emploie à cultiver ses légumes et à contempler les couchers de soleil, à s'occuper de ses proches et à rendre service à ses voisins. Il ne cherche pas midi à qua­torze heures : ce serait dangereux. S'il parvient à être épicurien, il exulte en accomplissant les gestes quotidiens, car tout le prix que ses ancêtres accordaient à des illusions, il l'accorde à la simple vie. Il est austère et gai. Un rien le comble. Il défend la croissance zéro, honnit les ambitions qui sauraient le porter au-delà de soi, et dévalorise ce qui lui paraît hors d'atteinte. Il vit à la campagne, car c'est seulement dans les villes que l'on nourrit des projets porteurs de troubles intérieurs et de décep­tions programmées. Il rit à l'idée ancienne que ses ancêtres voulaient changer le monde, ses projets à lui ne dépassent guère le temps court, et son existence morcelée ne risque pas l'idée d'une longue trajectoire où s'engouffre le souci. Il n'attend rien de la vie que de vivre. Il a rabaissé ses prétentions à ce point qu'aucune amertume ne le guette plus. Il atteint le bonheur par coupes sombres de tout ce qui risquait de le menacer. Les adversités ne le guettent pas, car il n'attend rien. Il est zen, affirme-il. Il ne veut que ce qui se trouve à portée de sa main. Amor fati.



    [1] Montaigne, Essais, liv. I, 3.

     

    [2] Clément Rosset, Principes de sagesse et de folie, Paris, Éd. de Minuit,
    2004, p. 82.

     

    [3] Cl. Rosset, L'École du réel, Paris, Éd. de Minuit, 2008, p. 223.

     

     

     

    Date de création : 2013-04-02 | Date de modification : 2013-04-02
    Loading
    Informations

    2%
    Dons reçus (2017-2018): 509$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.