Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Pigamon pubescent

Fleur sauvage.

Plante vivace (haut : 25 à 250 cm), TIGE ramifiée, FEUILLES alternes en larges panicules horizontales, composées de petites folioles rondes, vert foncé, à trois lobes, disposées par trois, INFLORESCENCE en panicules étalés au bout de longues ramifications. Les FLEURS sont blanches, dénuées de pétales, à étamines longues et épaisses.

Elle pousse en colonie dans les lieux humides et ombragés. Fleurit juste après la St-Jean-Baptiste.
Indigène, commune dans tout le Québec, son territoire s’étend sur tout l’est du Canada jusqu’en Ontario et des États-Unis jusqu’en Indiana.


Dans l’ombre, les étamines pleines de lumière font penser à un feu d’artifice.

Le pigamon pubescent est polygame, c’est-à-dire que le même plan porte des fleurs mâles, des fleurs femelles et des fleurs androgynes.

Usages du pigamon

Comme toutes les renonculacées, le pigamon est toxique. Certains mendiants du Moyen-Âge en ont fait le même usage que la clématite. Les Amérindiens en utilisaient les graines pour confectionner des philtres d’amour, racontent les auteurs du groupe Fleurbec1.

En Europe, le pigamon jaune ou «rue des prés» est connu depuis le Moyen-Âge où on le considérait comme une plante bénéfique.

1. Fleurs sauvages des villes et des champs et en bordure des chemins, volume 2, Fleurbec auteur et éditeur, Saint-Henry-de-Lévis, 1983, p.85

Essentiel

...Promenade...

La coupe des pigamons

Ne condamnez pas trop vite les coupeurs d'arbres. Ce sont aussi des semeurs de fleurs. L'hiver dernier, nous avons vu d'énormes machines entrer dans un bois minuscule du voisinage. Dans deux jours, pensions-nous, il ne restera plus rien de ce bois. Nous présumions même que les quelques cèdres que nous possédons dans le lot adjacent étaient menacés. On coupa bien quelques épinettes et quelques érables, mais la principale séquelle fut une cicatrice sous la forme d'un chemin plus large que nécessaire.
C'est au creux de cette cicatrice qu'en cet été 2005, quelques mois à peine après l'assaut, nous avons découvert la plus belle colonie de pigamons pubescents des environs. Coupe à blanc partielle, si l'on veut, mais il s'agissait du blanc éclatant du pigamon.

Articles


Dossiers connexes