Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Parentalité

«La parenté est ce lien, juridique et symbolique, qui rattache un enfant à ses ascendants et à ses descendants, alors que la parentalité consiste en la prise en charge concrète et quotidienne d’un enfant, le plus souvent par ceux qui lui ont donné la vie, mais parfois aussi par d’autres personnes.» Renée Joyal, avocate, professeure associée à l'UQAM, faculté de droit et de science politique.



Les nouvelles structures de la parentalité
«La séparation des couples de parents occasionne des changements dans l'exercice de la parentalité. On parle alors de familles biparentales, monoparentales ou recomposées; 80% des enfants vivent au sein de familles biparentales. De cet ensemble, 70% des familles sont formées autour du couple originel, 10% de familles recomposées. Parmi les familles recomposées, 2,6% des familles comportent des enfants communs, issus de l'un et l'autre des conjoints de cette nouvelle famille, alors que 7,4% sont sans enfant communs, chaque conjoint amenant avec lui les enfants de relations antérieures. Les familles monoparentales qui représentent 20% de l'ensemble des familles, sont dirigées à 80% par la mère. À ce bilan, il faut ajouter les familles homoparentales. Selon les données recueillies par la sociologue Anne-Marie Ambert sur l'homoparentalité, 0,05% des couples canadiens sont de même sexe et parmi ces couples, 15% des couples de femmes ont des enfants et 6% des couples d'hommes.

Famille de résidence, famille au sens de la filiation, coparentalité et constellations familiales
Du point de vue des parents ou des enfants, la monoparentalité recouvre des situations fort diverses selon le mode de garde et la fréquence des rapports avec l'autre parent. On distingue de plus en plus entre la famille de résidence et la famille au sens de la filiation de l'enfant, un lien qui persiste au-delà la séparation conjugale mais demande d'être maintenu par des contacts avec les deux parents. Irène Théry évoque le concept de coparentalité pour désigner les situations où les deux parents continuent d'exercer leur rôle parental par des visites fréquentes malgré que l'un des conjoints n'habite pas le lieu de résidence habituel des enfants.

L'ajout d'un nouveau conjoint provoque la recomposition de la famille et suscite l'avènement de nouveaux rôles parentaux auxquels n'est assortie aucune assise biologique ou juridique. Didier Le Gall parle de «beau-parent en résidence» ou de "beau-parent par intermittence".

La notion de coparentalité qui suppose le maintien du lien entre les parents séparés est associée à divers arrangements familiaux auxquels s'ajoutent les parents "sociaux". Irène Théry parle de «constellations» familiales recomposées pour désigner les différents foyers à l'intérieur desquels les enfants circulent, incluant les frères, les sœurs, les demi-frères et demi-sœurs. Du point de vue de l'enfant, sa famille ne se limite pas au ménage au sein duquel il vit le plus fréquemment, mais à cet ensemble de relations vécues dans ces différents foyers. La réflexion sur la signification de ces fratries amène les enfants à distinguer dans leur histoire de vie la mémoire de la filiation, la mémoire de leur origine généalogique, de la réalisation de leurs relations fraternelles aux significations les plus variées.

Par delà la diversité des formes, l'exercice de la parentalité fait appel à des changements considérables par l'accession d'une majorité de femmes au travail salarié qui s'accompagne de deux autres changements majeurs: la redéfinition des rôles paternel et maternel basés sur de nouveaux partages égalitaires ainsi que le recours précoce aux services de garde. Le récit par les parents de journées passées avec ou sans les enfants révèle des journées bien remplies. En même temps, ce récit fait voir le plaisir que prennent les parents aux moments passés avec leurs enfants. Certains, surtout des mères, font le choix de rester à la maison plusieurs années, par choix ou par obligation lorsqu'un enfant est malade ou connaît des difficultés d'apprentissage.»

DENISE LEMIEUX, conférence "Maternité, paternité, les deux figures du lien parental aujourd'hui", colloque "Regards sur la diversité des familles", organisé par le Conseil de la Famille et de l'Enfance, mai 2005

Articles


Dossiers connexes