Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Neurone miroir

Vos neurones sont des miroirs : c’est pourquoi vous pouvez communiquer

Entretien avec le Pr Jean-Michel Oughourlian

Si vous pouvez communiquer avec autrui, c’est grâce à vos « neurones miroirs ». Sans eux, vous seriez psychotiques, ou pervers, incapables d’entrer en empathie. C’est devenu un point central de la connaissance psycho-neuronale. Sans neurones miroirs, pas de relation, pas de culture, pas d’humanité. Qu’est-ce donc qu’un neurone miroir ? Nous avons suivi un colloque sur le sujet, où deux des intervenants étaient Boris Cyrulnik et René Girard, puis interviewé l’organisateur du colloque, le Pr Jean-Michel Oughourlian, éminent spécialiste de ces questions.

La scène se passe en 1995, dans le laboratoire du professeur Giacomo Rizzolatti, chercheur et enseignant en physiologie à l’université de Parme, en Italie. Le savant et son équipe étudient un singe, dont ils ont couvert le crâne de capteurs reliés à un puissant scanner, comme ils le feraient avec un humain. Vient l’heure de la pause. Sans quitter le labo, les chercheurs découpent une pizza et se servent. Dring ! Le scanner du singe se met à sonner. L’animal semble pourtant impassible sur son siège. Mais il regarde attentivement les humains manger et, chaque fois que l’un d’eux tend la main vers un nouveau morceau de pizza, il fait sonner le scanner. Les chercheurs, intrigués, s’approchent de leurs écrans... Et c’est ainsi que commence une formidable nouvelle étape de l’exploration scientifique : la découverte des neurones miroirs, dont le directeur du Center for Brain and Cognition de l’Université de Californie, Vilayanur Ramachandran, n’hésitera pas à écrire, cinq ans plus tard : « Je prédis que les neurones miroirs feront pour la psychologie ce que l’ADN a fait pour la biologie. Ils vont fournir un cadre unifiant et aider à expliquer une quantité de dispositions mentales qui restaient jusqu’à maintenant mystérieuses et inaccessibles à l’empirisme. »

Suite

Articles