Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Médecine douce

Certains les appellent douces par analogie avec les techniques douces; d'autres les appellent complémentaires pour mettre en relief le fait qu'elles ne sont pas incompatibles avec les thérapies conventionnelles; d'autres encore, se souvenant de la psychiatrie du même nom, ont proposé le mot dynamique pour souligner le fait que dans la plupart des cas on mise dans ces thérapies sur le dynamisme de la nature. Quoi qu'il en soit, on sait l'importance du phénomène dans le monde occidental et on en connaît les principales composantes: médecines manuelles, thérapies nutritionnelles, acupuncture, homéopathie, techniques de relaxation, ostéopathie et chiropractie.

L'un des chefs de file dans ce domaine au Québec, le docteur Jean Boilard, a proposé la classification suivante:

1. aspect bio-mécanique: médecines manuelles et ostéopathie;
2. aspect électrique: l'acupuncture et les différentes réflexologies;
3. aspect biochimique: la nutrition, la phytothérapie et l'homéopathie;
4. aspect relationnel: médecine psychosomatique et somato-psychique.

Essentiel

Le philosophe Raimon Panikkar, l'un de ceux qui ont le mieux réussi la difficile synthèse de la tradition orientale et de la tradition occidentale, s'est intéressé à la questions des médecines douces à la fois dans la perspective de la tradition hindoue et dans celle de la tradition chrétienne. «Pour la grande majorité des institutions médicales modernes, écrit-il, la guérison consiste à rendre l'individu apte au travail. "Le déclarer apte au travail" est synonyme de le déclarer guéri. Être capable de travailler est le symptôme de l'homme sain, ce qui veut dire, en fait, qu'un homme signifie un travailleur, et un travailleur l'esclave économique d'une entreprise étrangère à l'idéal du salarié. [...]

Ne serait-ce pas qu'ils rêvent d'une vie centrée sur autre chose que le travail, sur la joie par exemple, que nous contemporains cherchent la guérison par des voies détournées. La joie ne fait plus partie de la santé telle que nous la concevons, pas plus que les diverses autres choses, telles la vitalité, la créativité, la bonne forme, l'aptitude biologique au bonheur, dont l'ensemble constitue la dimension qualitative du bien-être. Ces choses n'étant pas mesurables, chiffrables, elles n'existent pas pour notre science et quand il nous arrive d'en parler c'est avec le remords et le regret de régresser vers la subjectivité. Les médecines traditionnelles sont plus sages. «Ici, explique Panikkar, le critère de santé n'est pas la capacité de travail mais bien la capacité de jouissance. C'est quand l'homme est dans un état permanent de tristesse (qui était considéré un péché capital dans la tradition chrétienne: l'acedia) qu'il est déclaré malade: il n'est plus capable de jouir de la vie, il est saisi par le tedium vitae, le mal du siècle, la dépression.»

RAIMON PANIKKAR, Interculture, Institut interculturel de Montréal, volume XXVII, no 4, automne 1994/Cahier numéro 125, p. 24

Articles


Les médecines douces

Jacques Dufresne
Les dangers liés à la libéralisation des pratiques de guérison ne doivent pas nous faire oublier qu'elles sont le fruit d'une prise de conscience des abus liés à la professionnalisation et à la technicisation de la pratique médicale.

Dossiers connexes