Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Mal

Essentiel

" (...) notre intelligence collective du mal ne dépasse guère le stade des contes de fées. Trop de James Bond et d’Agatha Christie ont dépeint le mal comme étant le fait de méchants, de malins, de farceurs diaboliques qui se délectent à nuire à autrui. Le mal, à ce compte, se réduit à la malice ou à l’obsession maniaque. Ce qui explique que, hors les cas de méchanceté pure, notre société infiniment compatissante préfère souvent voir dans un acte moralement répréhensible un aveu de faiblesse, l’égarement d’une victime que la société elle-même a poussée au crime. Un peu comme cette immigrée tchèque que le cinéaste Lars von Triers a dépeinte, dans son dernier film Dancer in the Dark, sous les traits d’une innocente acculée au crime: par compassion, elle assassine un policier retors qui vient de lui dérober les économies qu’elle a accumulées pour sauver son fils de la cécité.

Il est bien affligeant de voir qu’après deux mille ans de christianisme, on ne comprenne toujours pas que le mal se commet généralement par omission, par ignorance ou inconscience, ou plus insidieusement, avec le sentiment aveugle d’accomplir son devoir. 'Le mal, quand on y est, n’est pas senti comme mal, mais comme nécessité ou même comme devoir', écrivait Simone Weil."

Source: Marc Chevrier, L’enfant-monstre, L’Agora, vol. 8, no 2, mars-avril 2001

Articles


Le mal et la foi

Victor Hugo

Le mal est parfois favorable à la vertu

Friedrich Nietzsche
Aphorisme tiré de l'ouvrage Le gai savoir. Évoque le caractère essentiel de la négativité pour assurer toute croissance féconde.