Loi

« Règle de droit écrite à portée générale et impersonnelle, applicable à tous, votée par le Parlement. »

Source: Le glossaire juridique (Min. de la Justice, France)

Essentiel

« Moi qui ai passé toute ma vie sous le communisme, j'affirme qu'une société où il n'existe pas de balance juridique impartiale est une chose horrible. Mais une société qui ne possède en tout et pour tout qu'une balance juridique n'est pas, elle non plus, vraiment digne de l'homme. Une société qui s'est installée sur le terrain de la loi, sans vouloir aller plus haut, n'utilise que faiblement les facultés les plus élevées de l'homme. Le droit est trop froid et trop formel pour exercer sur la société une influence bénéfique. Lorsque toute la vie est pénétrée de rapports juridiques, il se crée une atmosphère de médiocrité morale qui asphyxie les meilleurs élans de l'homme.

Et face aux épreuves du siècle qui menace, jamais les béquilles juridiques ne suffiront à maintenir les gens debout. »

Alexandre Soljénitsyne, Le déclin du courage. Discours de Harvard, juin 1978. Traduit du russe par G. et J. Johannet. Paris, Seuil, 1978, pp. 21-22.


* * *

« Là où l’amour est parfait, il n’y a pas de loi, mais là où il n’y a plus d’amour, tout devient loi ou chaos. »

Alexandre Solj, Le dé. Discours de Harvard, juin 1978. Traduit du russe par G. et J. Johannet. Paris, Seuil, 1978, pp. 21-22.

 

Essentiel

« Moi qui ai passé toute ma vie sous le communisme, j'affirme qu'une société où il n'existe pas de balance juridique impartiale est une chose horrible. Mais une société qui ne possède en tout et pour tout qu'une balance juridique n'est pas, elle non plus, vraiment digne de l'homme. Une société qui s'est installée sur le terrain de la loi, sans vouloir aller plus haut, n'utilise que faiblement les facultés les plus élevées de l'homme. Le droit est trop froid et trop formel pour exercer sur la société une influence bénéfique. Lorsque toute la vie est pénétrée de rapports juridiques, il se crée une atmosphère de médiocrité morale qui asphyxie les meilleurs élans de l'homme.

Et face aux épreuves du siècle qui menace, jamais les béquilles juridiques ne suffiront à maintenir les gens debout. »

Alexandre Soljénitsyne, Le déclin du courage. Discours de Harvard, juin 1978. Traduit du russe par G. et J. Johannet. Paris, Seuil, 1978, pp. 21-22.


* * *

« Là où l’amour est parfait, il n’y a pas de loi, mais là où il n’y a plus d’amour, tout devient loi ou chaos. »

Alexandre Solj, Le dé. Discours de Harvard, juin 1978. Traduit du russe par G. et J. Johannet. Paris, Seuil, 1978, pp. 21-22.

 

Articles


Le cygne noir

Nicolas Bourdon
Nicolas Bourdon est professeur de littérature au Collège de Bois-de-Boulogne. Il a publié des fictions et des articles dans Le Devoir, Argument, l’Inconvénient, L’Action nationale et l’Encyclopédie

Dossiers connexes




Nos suggestions