• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    L'hymne à Gaia par Luc Bureau, géographe

    Définition

    Quel est la responsabilité du géographe dans l’éloignement de l’homme par rapport à la terre, un éloignement créateur d’indifférence à la faveur duquel la déesse mère a attrapé la fièvre du carbone et reste soumise depuis aux événements extrêmes?

    Luc Bureau n’a pas attendu une improbable réponse à cette question pour passer à l’action réparatrice. Il n’en est pas à son premier essai1 pour opérer entre l’homme et la terre un rapprochement dont plusieurs de nos contemporains, écologistes en tête, voient et sentent la nécessité. Dans son dernier livre, Mots du corps et de la Terre, un dictionnaire irrévérencieux,2 il prend même gaillardement le risque de se discréditer auprès de ses savants confrères, en revenant à l’analogie comme moyen de connaissance…et en mettant l’accent, dans le choix de ses points de comparaison, sur les organes et parties de l’anatomie qui font le sexe, (et non le genre!) de l’homme et de la femme. De la femme d’abord.

    Parfois le point de départ de l’analogie est un mot du corps humain, clitoris par exemple, dont on append «qu’il s’emploie au sens figuré, pour décrire certaines formes rocheuses, propres en particulier aux régions désertiques ou volcaniques, où piton, aiguilles, necks se dressent comme des phallus ou des clitoris géants ayant tout pour alimenter l’imagination.» (p.83) Parfois le point de départ est un mot de la terre : on devine ce que de deviennent les vallées, les antres et les grottes dans l’imagination bien alimentée de Luc Bureau.

    Imagination érudite, il importe de le préciser, Luc Bureau n’invente rien. C’est un Littré rabelaisien. Il a tout lu, d’un œil fasciné par les attributs de la fécondité de ses deux déesses. Sur la terre, au printemps surtout, Vénus est partout : avec une transparence qui devient pudeur à force d’innonence. Ce que le poète-savant latin Lucrèce a parfaitement évoqué dans son Hymne à Vénus. Qu’est-ce donc qu’une fleur? Le plus blanc des lys est un appel à la fécondation. Nous sommes si touchés par sa blancheur que nous en oublions la fonction.

    Non seulement Luc Bureau est-il incapable de cette sorte d’oubli, mais il semble s’être donné pour but de convertir son lecteur à son pan érotisme. Un cigare, symbole freudien printanier, n’est jamais un cigare à ses yeux, et il en est ainsi pour lui d’une foule de choses sans lien évident avec Éros pour le commun des mortels et des immortels : un détroit est, entre autres choses, un «passage ouvert aux croisières amoureuses, où plus d’un voyageur a chaviré. Employé au figuré pour désigner le rétrécissement pelvien, le passage vénérien.» L’article sur le sujet commence par une allusion érudite aux sirènes et au passage entre Charybde et Scylla. «Attention aux sirènes au corps bronzé et à la bouche mielleuse qui hantent les eaux des détroits.» (p.114-115)

    Voici une entrée complète du dictionnaire irrévérencieux. Elle illustre bien les 400 pages du livre et permet de prendre la juste mesure aussi bien de l’érudition de l’auteur que de la peine qu’il s’est donné.

    CLAIRIÈRE (T) : ELLE EST L'HUMBLE EXCUSE, LA SALLE DE SÉJOUR OU DE REPOS DE LA FORÊT. (p.82)
    Éclaircie, endroit d’un bois ou d’une forêt ouvert, dégarni d’arbres. «Je débouchai bord d'une clairière éblouissante creusée dans affaissement du sol et tout entière entourée d'arbres.» (Henri Bosco, L'Âne culotte) Se prête parfois à la culture et à l'implantation d'habitations.
    Fig. : «... la clairière, associée naturellement aux danses des elfes et fées, s'annonce toujours sur son seul nom comme un enclos favorisé, enceinte toute riante, un lieu magique de récréation » Julien Gracq). Là où l’on atteint le temple de Cypris; clairière de chair où l'on peut à loisir rendre culte à la grande divinité. La clairière est aussi perçue comme la 1umière de l'esprit, l'ouverture de l'être humain au monde : « Penser, c'est chercher des clairières dans la forêt » (Jules Renard)
    .
    C'est maintenant, dans la lumière déchirante qui a braqué sur faisceau d'attention. La faena se déroule à merveille. Nous virevoltons dans un vol nuptial irréel. J'ai revêtu ma robe pourpre à paillettes d'or. Lentement d'une corne assurée, il vient d'en éloigner le tissu de mon corps. Je suis la clairière de l'âme.
    André Bonmort, Insurrection du verbe être, Cabris, Sulliver, 2010.
    Dans la sombre forêt du mystère, le Savoir est comme une clairière : l’homme élargit sans cesse le cercle qui la borne; mais en même temps, et par cela même il se trouve en contact sur un plus grand nombre de points avec les ténèbres de l'inconnu. Nul n'a su, sur les bords confus de cette clairière, conquérir plus de fleurs magnifiques et nouvelles que ne fit Henri Poincaré.
    Charles Norman, « Henri Poincaré. — Son oeuvre scientifique. — Sa philosophie », Revue des Deux Mondes, 1912, Tome 11.
    On dit de l'enfance que c'est le temps le plus heureux d'une existence. En est-il toujours ainsi ? Non. Peu nombreux ceux dont l'enfance est heureuse. L'idéalisation de l'enfance a ses lettres d'origine dans la vieille littérature des privilégiés. Une enfance assurée de tout et, avec surcroît, une enfance sans nuage dans les familles héréditairement riches et instruites, toute de caresses et de jeux, restait dans la mémoire comme une clairière inondée de soleil à l'orée du chemin de la vie. Léon Trotsky, Ma vie, Paris, Gallimard, 1978.


    Autre caractéristique par où Luc Bureau risque d’indisposer ses collègues savants : la fantaisie. Il saisit toutes les occasions d’introduire une facétie dans un énoncé sérieux. Ce n’est pas encore la géographie sans peine, mais c’est déjà la géographie sans ennui.

    Plus d’un lecteur verra je ne sais quelle compensation dans cette volonté d’échapper à l’ennui et au conformisme puritain. L’irrévérence est en effet souvent excessive dans le dictionnaire. Il ne faut toutefois pas exclure qu’elle corresponde chez l’auteur à une volonté de corriger par l’excès contraire un rapport abstrait, instrumental, puritain de l’occidental moderne avec la nature. On sait que la classification des plantes par Linné, fondée sur les organes sexuels des fleurs, a d’abord suscité un rejet en Angleterre où plusieurs estimaient qu'une science comme la botanique, où l'on mettait ainsi l'accent sur les private parts des plantes sauvages, ne convenait pas aux jeunes filles. Si Linné avait pu trouver des critères de classification plus abstraits, son système aurait sans doute été reconnu plus rapidement, en Angleterre du moins. 3

    Hymne à Gaia, avons-nous dit, en souvenir de l’Hymne à Venus de Lucrèce, mais en souvenir aussi de l’hypothèse Gaia de James Lovelock. Dans Terra erotica, un ouvrage qui semble avoir été écrit en écho à celui de Lovelock, Luc Bureau s'éprend d'une Gaia qui n'est pas seulement vivante mais éperdument et perpétuellement amoureuse, comme dans la théogonie d'Hésiode. Il en décrit le blason, étroitement apparenté au blason féminin. Il invite ensuite peintres et poètes à se joindre au chœur d'Éros, où chante Rimbaud: «Que la Terre est nubile et déborde de sang; /que son immense sein, soulevé par une âme, /est d'amour comme Dieu, de chair comme la femme.» Vous aimez les fleurs, si ingénument dévoilées et si pudiquement voilées? Luc Bureau a compris leur langage, son érotisme ne dégénère jamais en pornographie.

    «Est érotique l'attitude de l’homme lorsqu’il se laisse imprégner par l'indissoluble unité du monde, se sent effleuré, palpé, aspiré par les matières et les formes qui le composent. À l'inverse, est pornographique le comportement de l’homme qui exploite, violente et souille la nature, qui tente de la dominer du haut de ses savoirs, de ses outils et de son orgueil. Est érotique le passage d'un canot léger sur les eaux d'un lac; est pornographique le monde des courses automobiles...(p.194)»

    Luc Bureau ne cesse pourtant pas d'être un savant géographe conscient des dangers qui menacent l'objet de son amour:

    «Devant l'urgence que soulève devant nous la dégradation de la planète, l'appel au secours lancé à Éros ressemble à de la provocation, sinon de la bêtise. Pourtant, derrière l’écran des mots et des images, se cache une évidence aussi aveuglante qu'improuvable: tout est perdu si nous ne parvenons pas à raviver la flamme érotique dans la relation de l’homme à ses « lieux ». Bien sûr, il faut bouger, passer à l'action, et vite. Mais pourquoi? En vertu de quoi? Afin d'aider les grandes sociétés du secteur de l'automobile à récupérer leur part de marché en produisant des véhicules moins polluants? […] Ce sont là d’excellentes raisons pour agir vite, mais qui obéissent à des fins strictement pratiques ou utilitaires. Or, ce que nous cherchons, c'est une fin absolue, inconditionnelle, désintéressée, une fin qui trouve en elle- même sa raison d'être. Serait-il à ce point déshonorant d'aimer la nature pour ce qu'elle est, d'éprouver de l'affection pour les pissenlits simplement parce qu’ils existent, de se laisser mouiller voluptueusement par l'écume d'une chute d’eau (sans avoir à l’esprit une usine hydroélectrique), de nous livrer corps et âme à la présence des choses? On se doit de réapprendre à s'émouvoir, à se laisser séduire par les plus humbles des substances terrestres afin d'en capter les attributs érotiques. Ce n'est que par le désir ou par l'amour que les objets et les êtres prennent sens et commencent à exister. » (p.195)

     



    1-Luc Bureau, Terra erotica, Éditions Fides, Montréal 2009, p.194
    2-Luc Bureau, Mots du corps et de la terre, dictionnaire irrévérencieux, Éditions GID, Québec 2015
    3-Keith Thomas, Man and the Natural World, Penguin Books, Londres 1984, p.65

    Date de création : 2015-04-22 | Date de modification : 2015-04-22
    Loading
    Informations

    2%
    Dons reçus (2017-2018): 509$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.