Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Léon Provancher

1820-1892
Fils du sieur Joseph-Étienne Provancher et de Geneviève Hébert, Léon naquit le 10 mars 1820 au village de Courtnoyer, paroisse de Bécancour, le huitième au foyer de cinq garçons et cinq filles. Il fit ses études au séminaire de Nicolet, où il devint professeur durant son cours de philosophie et de théologie; il fut ordonné prêtre à Québec, le 12 septembre 1844 : vicaire à Bécancour durant huit mois, quatre mois à Saint-François de Beauce, puis deux ans à Sainte-Marie. En 1847, il se dévoua à la Grosse-Ile au chevet des pestiférés irlandais. Puis il passa un an à Saint-Gervais de Bellechasse (1848) et fut promu premier curé de Saint-Victor de Tring (1848-1852), de l’Ile-Verte (1852-1854), de Saint-Joachim de Montmorency (1854-1862), de Portneuf (1862-1869). L’état de sa santé l’incita alors à se retirer au Cap-Rouge, où il décéda le 23 mars 1892.

Il est l’auteur des ouvrages suivants : Traité élémentaire de botanique (Québec, 1858), Tableau chronologique de l’histoire du Canada (Québec, 1859), Le Verger canadien (1864), Catalogue des arbres frutiers, La Flore canadienne (2 vol., 1863); et d’opuscules de piété.

Publia également à partir de 1868 Le Naturaliste canadien, qui existe toujours et est la plus ancienne revue scientifique de langue française au Canada.

Louis Le Jeune, article "Léon Provancher" du Dictionnaire général de biographie, histoire, littérature, agriculture, commerce, industrie et des arts, sciences, moeurs, coutumes, institutions politiques et religieuses du Canada, Ottawa, Université d'Ottawa, 1931, vol. 2 (quelques modifications ont été apportées à ce texte qui est dans le domaine public)

Articles