Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Jeûne médiatique

Ascèse appropriée à une humanité où, en raison de l'omniprésence des médias, tout est vécu en représentation en marge de ce réel dont on se rapproche par le témoignage direct des sens.

Essentiel

Par delà le bien-être, la recherche du sens est souvent le principal mobile de ceux qui prônent le jeûne médiatique. Dans son message du 1er mai 2007, l'Assemblée des évêques du Québec abordait les choses ainsi: «De tous les changements survenus dans la vie des travailleuses et des travailleurs au cours des dernières décennies, ceux qui sont liés à l'ordinateur sont peut-être les plus importants. Ils touchent l’ensemble des femmes et des hommes qui travaillent, du manutentionnaire à l'actionnaire principal de la compagnie, du mécanicien au chirurgien. [...]
La révolution numérique provoque une crise du sens qui est également une crise des sens. Les outils informatisés dispensent le médecin de toucher ses malades pour poser un diagnostic, les navigateurs et les agriculteurs de recourir à leurs sens pour éviter d’être surpris par la tempête, le pêcheur d’apprivoiser lentement les lieux pour repérer les endroits où la pêche sera bonne. La confiance est mise dans les instruments au risque d’émousser les sens donnés à l’humain pour son développement et sa protection. Dans quelle mesure ces instruments nous éloignent-ils aussi les uns des autres et de nous-mêmes?

Un nouvel art de vivre et une éthique adaptée doivent se conjuguer pour une saine échelle des valeurs où le profit du travail est ajusté au bien des personnes et au bien commun de l’humanité ; ils devraient permettre ainsi de maximiser les aspects positifs de la révolution numérique et de minimiser ses effets négatifs. Le grand risque auquel nous sommes exposés est celui de perdre de vue la sensibilité, la chaleur et la compassion que nous pouvons avoir les uns envers les autres. Cela met aussi en péril notre intérêt pour les valeurs spirituelles et la qualité de la vie sur terre. Notre accomplissement en tant qu’êtres humains suppose que nous restions connectés aux réalités extérieures et intérieures inhérentes à la personne. Les nouvelles technologies deviennent déshumanisantes dans la mesure où elles nous éloignent de ces réalités. Comme elles ont envahi simultanément le monde du travail, du loisir et de la famille, ce sont tous les champs de la vie humaine qui sont interpellés. [... ]

À l’exemple de la France et des États-Unis, serions-nous prêts à instaurer un jeûne médiatique? [5] Une semaine sans télévision ni ordinateur viserait à sortir du spectacle des écrans pour se rapprocher de la réalité. Un tel exercice pourrait ramener l’attention à l’essentiel de ce qu’est la vie : les relations avec les autres, avec soi-même, avec son environnement physique et humain et avec Dieu. »

Articles


Dossiers connexes