Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Léger Jean-Marc

8 janvier 1927
Diplômé en droit, en sciences sociales et en histoire, Jean-Marc Léger entreprend une carrière de journaliste à l'âge de 24 ans. Son champ d'action est d'abord l'information internationale. Il est reporter et rédacteur à La Presse, de 1951 à 1956, puis au Devoir, de 1957 à 1962. Il occupe également les fonctions de secrétaire général, de 1955 à 1959, puis de président, de 1959 à 1961, de l'Union canadienne des journalistes de langue française, puis celles de président de l'Association internationale des journalistes de langue française, de 1960 à 1962. Lorsque naît, sous l'impulsion de Georges-Émile Lapalme, le ministère des Affaires culturelles du Québec, il dirige pendant un temps l'Office de la langue française, puis il revient au journalisme en 1963.

Ses activités de journaliste et d'éditorialiste ne l'empêchent pas de se pencher sur le berceau de l'Association des universités partiellement ou entièrement de langue française (AUPELF) et d'en diriger le secrétariat général de 1961 à 1978. Il met sur pied depuis Paris et anime l'Agence de coopération culturelle et technique. En 1978, il devient délégué général du Québec à Bruxelles. De retour au Québec, en 1981, il occupe la fonction de sous-ministre adjoint au ministère de l'Éducation, avant de se joindre au ministère des Relations internationales en 1984 à titre, une fois encore, de sous-ministre adjoint. En 1986, le ministère des Affaires internationales lui confie le poste de commissaire général à la Francophonie.

Jean-Marc Léger est l'auteur de livres consacrés notamment à l'Afrique (Afrique française, Afrique nouvelle, 1958), à la Francophonie (La Francophonie, grand dessein, grande ambiguïté, 1987), au nationalisme québécois (Vers l'indépendance? Le pays à portée de main, 1989).


Jean-Marc Léger a été pendant quelques années à la tête du Centre de recherche Lionel-Groulx, voué à l'histoire de l'Amérique française, et secrétaire du Comité Québec du mouvement « Avenir de la langue française ». Il est présentement conseiller en relations internationales.

Modèle, guide et rassembleur, Jean-Marc Léger a toujours fait du français un objet de fierté, une urgence nationale, un patrimoine transcendant les frontières.

Source : MCC, communiqué de presse
http://mcc.quebectel.qc.ca/sites/mcc/communiq.nsf/1890ac670e2e9119852570c800162b45/1055f031b0424fee852570b3005257cd!opendocument

Docteur honoris causa des universités de Paris-Sorbonne, de Montréal, d'Aix-en-Provence et de Kinshasa

Articles