Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Godbout Jacques T.

Professeur et chargé de recherches depuis 1969, Jacques T. Godbout n'a qu'un seul champ de recherche, celui du don. La dernière question qu'il pose à son sujet est celle de savoir si le don peut être altéré. Et sa réponse est positive: oui, il peut l'être par l'économie de marché et l'idéologie libérale, mais «l'acte de bénévolat, libre et gratuit reste le geste de contestation le plus radical contre la mondialisation marchande». (Forum Émilie-Gamelin)

Déjà, en 1983, dans une étude sur les rapports entre des organisations publiques (services de santé et services sociaux) et leur clientèle, il développait l'idée que tant le marché que l'État sont fondés sur une rupture entre producteurs et usagers, ce qui l'amenait à rechercher un autre fondement aux liens sociaux ou communautaires dans le bénévolat, par exemple (La participation contre la démocratie). Pour lui, «le don est le mode de circulation des biens et services propre aux réseaux, où n'intervient pas la séparation entre un public et des professionnels. Dans la famille ou dans la société, le monde des réseaux fonctionne au don et à la dette, et non pas à l'équivalence (comme dans le marché) ou à l'égalité (comme dans l'État). Quand les réseaux fonctionnent bien, cette dette est positive: elle n'engendre pas angoisse et aliénation, mais confiance et désir de loyauté. Et enfin, c'est à travers la relation de dette (positive ou négative), de don et de contre-don, que se forment ou se déforment les identités.» (Le don, la dette et l'identité)

Articles