Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Humanitarisme

Cet amour des hommes en général est un sentiment moderne qui s'oppose à l'amour chrétien du prochain et au patriotisme. Le Trésor de la langue française met l'accent sur le sens péjoratif de ce mot; La seule définition qu'il en donne est la suivante: «doctrine humanitaire jugée utopique, vaine ou même dangeureuse.» Elle est suivie de cette citation de Julien Benda, tirée de la Trahison des Clercs: «Dénoncer l'humanitarisme comme une déchéance morale; bien mieux comme une déchéance intellectuelle.»

En France, au XIXe siècle comme au XXe, c'est toujours l'utopie humanitariste, ou l'une de ses variantes, qui a été invoquée par le pacifistes au moment où l'ennemi était aux portes. Dans Les employés, paru en 1837, Balzac prête à l'un de ses personnages des sentiments humanitaires qu'il s'empresse de ridiculiser. «Aussi rêvait-il la Jeune Allemagne et la Jeune Italie. Son coeur s'enflait de ce stupide amour collectif qu'il faut nommer l'humanitarisme, fils aîné de défunte Philanthropie, et qui est à la divine Charité catholique ce que le Système est à l'Art, le Raisonnement substitué à l'Oeuvre. Ce consciencieux puritain de la liberté, cet apôtre d'une impossible égalité, regrettait d'être forcé par la misère de servir le gouvernement, et faisait des démarches pour entrer dans quelque administration de Messageries. Long, sec, filandreux et grave comme un homme qui se croyait appelé à donner un jour sa tête pour le grand oeuvre, il vivait d'une page de Volney, étudiait Saint-Just et s'occupait d'une réhabilitation de Robespierre, considéré comme le continuateur de Jésus-Christ. »

Dans son numéro de septembre-octobre 1900, la Revue des Deux Mondespubliait un article de Georges Goyau intitulé "Humanitarisme et patriotisme". En voici l'esprit:
«Voir évoluer, entre ces deux points extrêmes de l'horizon des idées, dont l'un s'appelle patriotisme et l'autre humanitarisme, la génération qui commençait de régir la France; saisir les alternatives de conduite qui la ballottaient entre l'un et l'autre de ces pôles; débrouiller le chaos d'idées contradictoires, ­ aspirations patriotiques, doctrines anti militaristes, ­ où se débattirent les protagonistes de la Défense nationale et de la Commune; épier les survivances des thèses humanitaires dans le cerveau de ces hommes nouveaux, et parfois en constater l'évanouissement; ressaisir en revanche, parmi les fidèles de la maçonnerie, l'ambitieux appareil de ces doctrines, et les retrouver en 1871 non moins solennelles, non moins inaccessibles aux leçons des événement, non moins périlleuses pour l'intégrité de l’idée de patrie, qu'elles ne l'étaient en 1869 : tel est I'objet de cette étude.»

Essentiel

«Et, de même qu'on limite l'amour par le haut, en isolant le «genre humain » des énergies et des valeurs supérieures, de même, le limite-t-on par le bas, en opposant l'homme à tous les autres êtres vivants, et au reste de l'univers. Retranché du Royaume des Cieux, l'homme ne l'est pas moins des formes et des forces du reste de la nature.» (Max Scheler, op. cit., p. 111)

Articles


La fiction humanitariste

Christopher Lasch

Dossiers connexes