Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Giorgione

1476-1478-1510
«GIORGIO BARBARELLI, Surnommé Il Giorgione, peintre italien, né à Castelfranco, entre Trévise et Venise, en 1478, mort en 1511. Il est peu d'artistes plus célèbres et plus mal connus. Cependant ce qui nous est rapporté suffit à donner l'impression de cette nature ardente, et de cette vie si courte, mais si pleinement remplie par l'art et par l'amour. Fils naturel, à ce qu'on dit, d'une paysanne et d'un patricien de la famille Barbarelli, il fut élevé au milieu des paysages les plus riches et les plus majestueux, près de la cour élégante et épicurienne de Catarina Cornaro, la reine de Chypre détrônée. Parvenu à l'âge d'homme, il entra dans l'atelier de Giovanni Bellini, où il eut pour condisciple Titien, dont il devait ensuite devenir le second maître. À Venise il fut célèbre, non seulement par son génie précoce, mais par sa beauté, sa force, sa distinction et son élégance, qui lui valurent ce surnom de Giorgione, le beau Giorgio.»

ÉMILE BERTAUX, La grande encyclopédie (fin XIXe). Voir ce texte.


***
****



«Il étudia le dessin avec un vif plaisir, et fut favorisé en cet art par la nature; admirateur des beautés de la nature il ne voulait représenter dans ses oeuvres que ce qu'il pouvait peindre d'après nature. Il imita et reproduisit si bien la nature qu'on dit de lui non seulement qu'il avait surpassé en ce domaine Gentile et Giovanni Bellini, mais aussi qu'il rivalisait avec les peintres toscans, les créateurs de la manière moderne.»

GIORGIO VASARI, Vie des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes. Voir ce texte.

Articles


Giorgione de Castelfranco, peintre vénitien

Giorgio Vasari
Traduction nouvelle de la vie de Giorgione da Castelfranco pittore viniziano, par Giorgio Vasari, auteur des Vite de’ piu eccellenti Pittori, Scultori et Architettori. D'après l'édition Giuntana de 1568 disponible sur le site de l'École Normale