Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Frère André

1845-Janvier 1937

Voici les trois étapes importantes de la vie du Frère André, selon le père Mario Lachapelle:

«Celle de sa jeunesse (1845-1870) où il connut de grandes épreuves (une santé faible et le manque d'instruction, la perte de ses deux parents à un âge jeune, l'exil en pays étranger pour trouver du travail) ; cette période permit à frère André de consolider fortement sa relation à Dieu. On aurait dit qu'au lieu de le détourner de Dieu, les événements malheureux de la vie ne faisaient que l'en approcher.

Il y a ensuite la période qui s'étend de 1870 (son entrée dans la Congrégation de la Sainte-Croix comme religieux frère) à 1904 (la construction de la chapelle primitive dédiée à saint Joseph sur le Mont-Royal). Beaucoup d'obédiences sont alors confiées au jeune religieux malgré son mauvais état de santé. Il est nommé, entre autres choses, portier au Collège Notre-Dame de la Côte-des-Neiges à Montréal au Canada. Il accueille visiteurs et parents. L'autre devient alors une réalité importante pour frère André ; il s'ouvre au prochain comme il a su s'ouvrir auparavant à Dieu. Il échappe ainsi à l'enfermement d'une relation exclusive à Dieu où les épreuves de la vie auraient pu le conduire. Il apprend qu'on ne peut aimer vraiment Dieu sans aimer son prochain ni aimer les autres sans reconnaître la présence de Dieu en eux. L'accueil, la compassion, l'ouverture à l'autre deviennent des traits caractéristiques de sa personne. Sa réputation de thaumaturge commence aussi à se répandre au-delà des murs du collège.

Enfin, de 1904 à sa mort le 6 janvier 1937, commence son ministère public. À 60 ans, à un âge où souvent on ne pense qu'à la retraite, il se fait bâtisseur du plus grand sanctuaire jamais dédié à saint Joseph. Frère André n'est pas seulement un bâtisseur d'un édifice de pierres mais d'une communauté chrétienne vivante. Il devient un rassembleur remarquable. Plus d'un million de personnes viendront lui rendre hommage à ses funérailles malgré un temps d'hiver des plus difficiles et aujourd'hui encore, plus de deux millions et demi de pèlerins et de visiteurs viennent chaque année à l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal.»Source et suite

Articles