Borzage Frank

1894-1962

Débuts

 

            Frank Borzage naît à Salt Lake City, la capitale spirituelle des Mormons, d’un père Italien et d’une mère d’origine Suisse Alémanique. La pauvreté des siens le contraint à travailler à la mine dès l’âge de douze ans. Las de cette vie harassante et désespérée, il fuit le foyer familial et exerce toutes sortes de métiers pour subvenir à ses besoins. Il se rend à Hollywood en 1914. Le jeune homme, passionné de théâtre, se fait embaucher comme accessoiriste. Il interprète incidemment de petits rôles pour Thomas Ince, l’un des pionniers du Cinéma Américain. Ces premiers pas sur les planches lui permettent de s’essayer à la mise en scène. C’est ainsi qu’en 1916, il réalise le film inaugural de sa longue et prolifique carrière : That Gal of Burke’s.

 

 

Particularités

 

            La première particularité de Frank Borzage est de nature patronymique. Son nom ne se prononce pas « Borzedge » mais « Borzègui ». Le réalisateur Américain doit cette singularité à un père Italien qui s’appelait Borzaga.

            D’abord acteur, Frank Borzage est devenu, avec John Ford et Raoul Walsh, le pilier de la prestigieuse Century Fox. Il est considéré comme un précurseur de la caractérisation psychologique des personnages. Son premier succès public est Humoresque, adaptation d’un roman de Fanny Hurst qu’il signe en 1920. Sa filmographie est riche de plusieurs dizaines de titres. Certains, à l’image de L’heure suprême (Seventh Heaven), de L’adieu aux armes (A Farewell to Arms) ou encore, de Ceux de la zone (Man’s Castle), constituent des chefs d’œuvre du Septième Art. Tous proposent une réflexion pénétrante sur la Richesse, la Misère et la Pauvreté. Cette vaste méditation, profondément influencée par la tradition Judéo-Chrétienne, traverse l’ensemble des genres cinématographiques. Elle s’exerce aussi bien dans le Film noir, le Mélodrame et la Fable que dans la Comédie, le Western et l’Aventure. Elle se double fréquemment d’une vision romantique de l’Amour et du Couple.

            Notons que Frank Borzage tourna, dans les années 1930, une « trilogie germanique ». Ce triptyque se compose d’Et demain (Little Man, What Now ?), de Trois camarades (Three Comrades) et de The Mortal Storm.

            Précisons enfin que la carrière du cinéaste connut un coup d’arrêt de dix ans, entre le remarquable Fils du pendu (Moonrise) (1948) et China Doll (1958). A ce jour, cette interruption demeure inexpliquée.

 

Articles





Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ