Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Fédéralisme

«En tant que structure institutionnelle et processus dynamique, le fédéralisme est d'abord et avant tout un projet politique qui cherche à concilier, à l'intérieur d'un État, deux ou plusieurs communautés distinctes, afin de les amener à vivre ensemble, et, en même temps, séparément. Le fédéralisme doit être compris comme un difficile compromis entre, d'une part, un État unitaire, c'est-à-dire où les différentes communautés sont soumises aux pressions homogénéisantes du gouvernement central, et d'autre part, la souveraineté respective des différentes communautés et/ou de leurs membres. De par sa nature même, le fédéralisme cherche à trouver un équilibre entre les forces centripètes et les forces centrifuges, entre des besoins antagonistes d'unité et de diversité, entre une mise en commun et la séparation. Il repose sur la fragmentation non hiérarchique de la souveraineté entre un gouvernement central et des gouvernements provinciaux. C'est en cela qu'il se distingue du confédéralisme, avec lequel il est souvent confondu.» (François Rocher et Christian Rouillard, «Le processus d'intégration continentale: une redéfinition du lieu de pouvoir au Canada», dans George Hoberg (dir. de l’éd.), La capacité de choisir. Le Canada dans une nouvelle Amérique du Nord, Les Presses de l’Université de Montréal, 2002, p. 266.)

Essentiel

«Il est intéressant de noter que, pratiquement, le fédéralisme et l'efficacité ont toujours fait bande à part. En fait, les deux furent dissociés dès le début de la Confédération. Évoquant la nécessité de faire du Canada un État fédéral, John A. Macdonald se sentit contraint de souligner la chose suivante: « J'ai toujours prétendu que si nous pouvions nous accorder sur le fait d'avoir un seul gouvernement et un seul Parlement, légiférant pour l'ensemble de la population, cela ferait le meilleur, le plus économique, le plus vigoureux et le plus fort système gouvernemental que nous pourrions adopter.» Autrement dit, il y avait à l'origine un choix à faire entre l'efficacité et la diversité, entre une forme unitaire de gouvernement et une forme fédérale. Bien que n'étant pas la forme de gouvernement la meilleure, ni la moins économique, ni la plus vigoureuse, ni la plus forte, le fédéralisme fut tout de même l'option retenue.» (François Rocher et Christian Rouillard, «Le processus d'intégration continentale: une redéfinition du lieu de pouvoir au Canada», dans George Hoberg (dir. de l’éd.), La capacité de choisir. Le Canada dans une nouvelle Amérique du Nord, Les Presses de l’Université de Montréal, 2002, p. 266.)

Articles


Dossiers connexes