Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Cerf-volant

« Tout le monde connaît les cerfs-volants qui servent de jouets aux enfants, et que l'en élève en l'air au moyen du vent. Il est aisé de se rendre compte de la manière dont ils peuvent être soutenus dans l'atmosphère par l'action de l'air. Un cerf-volant est une sorte de grande raquette, dont le cadre est formé au moyen de baguettes légères, et dont la surface est recouverte de papier collé sur ce cadre; une baguette droite le traverse dans toute sa longueur, et en forme, pour ainsi dire, l'axe. Si l'on présente cette surface de papier au vent, de manière que les molécules d'air viennent la rencontrer perpendiculairement, elle éprouvera une pression dont l'intensité dépendra de la grandeur de la surface et de la vitesse du vent (…). On conçoit qu'il existe un certain point tel, que si le cerf-volant était soutenu en ce seul point, pour résister au vent, il se maintiendrait en équilibre, sans que sa surface s'inclinât ni d'un côté ni de l'autre : ce point est ce qu'on peut appeler le centre de pression. Si une ficelle était attachée en ce point même, et qu'elle fût retenue assez fortement à son autre extrémité, de manière à s'opposer à l'action du vent, la pression exercée par l'air sur la surface serait vaincue par la tension de cette ficelle. Mais si la ficelle est attachée à l'axe du cerf-volant, au-dessus du centre de pression, il n'en sera plus de même : la tension de la ficelle ne pourra plus détruire la pression du vent. Cette pression poussera en arrière la partie inférieure du cerf-volant, qui prendra ainsi une position inclinée, et qui tendra à se placer horizontalement. Mais, d'un autre côté, le poids du cerf-volant, et surtout le poids de la queue, que l'on attache à sa partie inférieure, s'opposent à ce que sa surface s'approche trop de la position horizontale. La pression exercée par l'air, étant toujours perpendiculaire à la surface du cerf-volant, sera donc également oblique, et dirigée de bas en haut : c'est cette pression qui fait monter l'appareil, tant qu'elle l'emporte sur la résultante de son poids et de la tension de la ficelle. »

Charles Delaunay (1816-1872), Cours élémentaire de mécanique théorique et appliquée, Paris, V. Masson, Langlois & Leclerc, 1852, p. 477-478

Voir aussi :

Articles