Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

De Palma Brian

1940

Débuts

 

            D’origine Italienne, Brian De Palma naît dans une ville du New Jersey. Il se passionne pour la Physique, la Technologie et la Cybernétique. Il intègre la Columbia University de New York, découvre le Cinéma expérimental et fréquente le Sarah Lawrence College, une école de comédie.  Sa curiosité intellectuelle et sa prédisposition pour la mise en scène l’incitent à réaliser des courts-métrages. Le premier d’entre eux, Icarus, est tourné en 1960. Six œuvres analogues se succèdent jusqu’en 1966. En 1968, ces travaux d’initiation permettent à leur auteur de signer son premier long-métrage : Murder à La Mod.

 

 

 

Particularités

 

            Brian De Palma est assurément le plus brillant héritier d’Alfred Hitchcock. Ses films sont autant d’hommages au Maître Britannique. Pulsions (Dressed to Kill) est l’un des symboles les plus éclatants de cette filiation artistique. Il concentre, en une seule et même histoire, des références appuyées à Psychose (Psycho), Frenzy, Vertigo et Fenêtre sur cour (Rear Window). Le mimétisme des deux réalisateurs est tout aussi manifeste sur le fond. L’un et l’autre ont en effet pour principal sujet d’étude un personnage à la fois mystérieux et familier : le Diable.

            Technicien virtuose, Brian De Palma se distingue par la sophistication de sa mise en scène. Plans obliques, ralentis et accélérations foudroyantes, plongées, contre-plongées, vastes mouvements circulaires, caméra subjective, renversement et fractionnement de l’image (procédé du « split screen ») ont fait de ses œuvres des exemples de maîtrise et d’inventivité.

            Cinéaste fidèle et cohérent, Brian De Palma privilégie les collaborations de longue durée avec les comédiens. Des acteurs à l’images de Gregg Henry, de Steven Bauer, de John Lithgow, de Dennis Franz ou encore, de John Leguizamo, apparaissent régulièrement dans ses films en dépit de leur faible notoriété. Notons à cet égard que l’immortel auteur de Scarface et d’Obsession est l’homme qui ouvrit à Robert De Niro les portes du Septième Art. Avant de lui confier le rôle principal des Incorruptibles (The Untouchables), il fit ainsi tourner la star Hollywoodienne dans trois œuvres de jeunesse : Greetings, The Wedding Party et Hi, Mom !

Articles