• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Rand Ayn

     

    Biographie

    "Qui est Ayn Rand? Une inconnue dans le reste du monde qui, aux États-Unis, a presque autant d'influence que la Bible; en réalité un auteur médiocre, gouverné par une double haine : celle de la terre et celle des hommes, alternant autour d'un absolu, la raison, elle-même réduite au calcul rationnel de l'intérêt égoïste cher aux économistes de l'école de Chicago. Une folle selon la définition de Chesterton : « Le fou est celui qui a tout perdu sauf la raison ». J'exagère. Non, je m'adapte à mon sujet : il faut éviter de faire l'honneur des nuances aux auteurs qui se font un devoir de ne pas s'en encombrer. 

    (...)

    Au début était le livre, la Bible bien entendu, nous y reviendrons. C'est au second livre après la Bible que nous nous intéresserons d'abord : Atlas Shrugged (La révolte d'Atlas), un roman paru en 1957, que l'on commence à peine à traduire en langue étrangère. Voici un aperçu de son importance au États-Unis. Il se vendait, depuis sa parution, plus de 75 000 exemplaires par année. Les ventes ont commencé à augmenter à partir de 2000 pour atteindre 300 000 exemplaires en 2009. En 2011, le livre est passé à la tête des ouvrages les plus vendus sur Amazon.com.

    Atlas, c'est l'entrepreneur divinisé. Il est fatigué de soutenir seul la planète entière, alors que pullulent autour de lui les parasites. Il suffit qu'il se mette en grève avec l'ensemble de ses homologues pour que tout s'effondre autour de lui. La liberté absolue pour l'entrepreneur, la mort pour tous ceux qui vivent grâce à lui sans se soumettre à sa loi. On exagère à peine quand on résume ainsi l'œuvre de Ayn Rand.

    Voici à ce sujet quelques passages du livre de Nicole Morgan (*):


    « La force d'Ayn Rand vient de ce qu'elle a, sans relâche, montré du doigt ces ennemis de la force de la nation. Elle a répété sans fin les mots « parasites », « pilleurs », « mendiants à la petite semaine » « poux », « imitations d'humains », « lie » « vermine » ou « zombies » pour décrire tous ceux qui ne produisent pas la richesse mais en vivent ».(ii)

    On ne peut attaquer Ayn Rand, qui prêche la vertu soit dit en passant, sans s'exposer aux insultes de la secte qui l'entoure. Whittaker Chambers est l'un de ceux qui a osé dire la vérité crue sur Atlas Shrugged. « Dans presque chaque page de Atlas Shrugged, écrivait-il en 1957, on entend cette voix criant : ''À la chambre à gaz – Go!''» (iii)

    Vous vous étonnez de ce que les adversaires de Obama Care fassent si peu de cas de la vie d'autrui? Si vous étiez disciple d'Ayn Rand cela vous paraîtrait normal. Vous vous étonnez de ce que tant d'Américains, tant de concitoyens d'Al Gore, soient indifférents au réchauffement climatique? C'est que vous n'avez pas lu Ayn Rand. « Dans Contre l'environnementalisme, elle considère que l'écologie est un retour du religieux et de l'irrationnel, alors que seul le progrès technique peut améliorer la condition humaine » (iv)

     

    Pour s'élever jusqu'à la haine du Führer, il ne manque qu'une chose à Ayn Rand : le racisme. Mais si le racisme est absent de la doctrine officielle — un entrepreneur noir a autant de mérite qu'un entrepreneur blanc — les membres du Tea Party, admirateurs d'Ayn Rand pour la plupart, parviennent bien mal à déguiser la haine que leur inspire Barak Obama.

    Un jour viendra inévitablement où la haine portant la marque d'Ayn Rand se déversera sur les nations de parasites, comme apparaît déjà la France au yeux des républicains. Il deviendra alors parfaitement clair que les ressources de la planète appartiendront aux nations abritant le plus grand nombre d'entrepreneurs.

    Une conclusion qui était prévisible depuis longtemps. « Le laisser-faire dont nous allons parler, écrit Nicole Morgan, n'est pas celui auquel l'histoire nous a habitués. C'est une révolution documentée dès les années 1970 par Richard Burnet et Ronald Muller. Ceux qui dirigent les multinationales, expliquent-ils, sont les premiers dans l'histoire de l'humanité qui ont le pouvoir technologique, financier et idéologique de gérer les ressources de la planète selon un modèle économique unique. Il demande seulement de transcender les États-nations et ce faisant de transformer tout le processus politique. En l'absence d'un législatif mondial qui structure et équilibre cette prise de pouvoir, on peut dire qu'il s'agit là d'un laisser-faire absolu ».(v)

    « Je veux être connue comme la plus grande championne de la raison et l'ennemi le plus mortel de la religion ». (vi) Dans la mesure où Ayn Rand est devenue l'objet d'un culte, on lui pardonne tout ce qu'elle a dit sur la religion. Comment comprendre autrement le fait que le Tea party soit composé indistinctement de lecteurs d'Ayn Rand et de sectaires d'une religion fondamentaliste? La preuve qu'un mouvement est plus passionnel que rationnel, plus idéologique que transparent, c'est qu'il est renforcé plutôt qu'affaibli par les contradictions qu'il charrie.

    Autre contradiction : Le Tea Party est issu de la classe moyenne blanche et après la crise financière, il s'est porté à la défense du 1% : 225 fois le salaire moyen en 2012, 125 fois au cours de la décennie 1960. La logique aurait voulu que la classe moyenne se révolte contre le 1%. Ce qui s'est passé en réalité est si contraire à la logique que personne ne l'avait prévu, pas même dans le cercle restreint qui avait considéré la crise financière comme inévitable : « Au lieu de FDR, (Franklin Delano Rosevelt), s'écria Thomas Frank, nous avons eu Ayn Rand. Au lieu de créer des programmes qui viendraient aider le sort des Américains durement touchés par la crise, on eut le Tea Party qui exigea que les Américains subissent les conséquences de la crise — en laissant totalement impunis les escrocs de Wall Street qui en étaient responsables ».(vii)

    (...)

    Il y a vraiment lieu de craindre que l'appauvrissement et l'abaissement de la classe moyenne aux États-Unis ne conduisent à un fascisme qui n'aurait rien à envier à celui de l'Europe du début du XXe siècle. Cette crainte est amplement justifiée par une partie du message que dans La révolte d'Atlas Ayn Rand destine aux ouvriers et autres moins que rien. « Vous proposez d'établir un ordre social fondé sur le principe suivant : que vous êtes incapables de diriger votre vie personnelle, mais capables de diriger celle des autres; que vous êtes inaptes à vivre librement, mais aptes à devenir des législateurs tout puissants; que vous êtes incapables de gagner votre vie en utilisant votre intelligence, mais capables de juger des hommes politiques et de les désigner à des postes où ils auront tout pouvoir sur des techniques dont vous ignorez tout, des sciences que vous n'avez jamais étudiées....» (x)

    Est-il possible d'imaginer une pire condamnation de la démocratie? Ayn Rand répliquerait sans doute que le respect de la liberté de l'autre est le socle de sa pensée. Je dois traiter l'autre, comme je voudrais être traitée moi-même. C'est le dogme central du néo-libéralisme, si proche de l'objectivisme de Ayn Rand. En réalité, réduire l'homme à cette liberté abstraite, rationnelle, du joueur dans la théorie des jeux c'est en faire une chose, à l'égard de laquelle on n'aura aucune obligation. On présume que le joueur opte en toute situation pour son intérêt personnel, mais rien d'autre n'a vraiment d'importance en lui, rien n'est sacré, et s'il n'est pas assez fort pour s'imposer face à un interlocuteur avide, il n'aura qu'à devenir son esclave, sa chose.

    (...)

    À force de se faire dire qu'ils sont égaux en droit, ce dont les assure leur constitution, les Américains ont acquis la conviction qu'ils sont égaux en fait, ce qui ne les empêche pas de très bien s'accommoder de l'inégalité liée à l'argent. C'est que l'argent, tel qu'il leur est présenté, n'est pas une inégalité de naissance, inscrite dans la nature, tel le génie et la beauté, mais le fruit du mérite personnel. Le produit intellectuel le plus typiquement américain fut sans doute la psychologie béhavioriste, laquelle postule qu'à sa naissance l'être humain est une table rase, que tout en elle se construit par la suite par voie de conditionnement. Si admirables que soient les efforts que certains d'entre eux font pour la protéger, les Américains détestent la nature, parce qu'ils y voient, consciemment ou non, la cause des inégalités auxquelles ils ont cru échapper à jamais en fuyant l'Europe pour la terre promise d'outre Atlantique.

    Si tant d'Américains se reconnaissent en Ayn Rand, s'ils estiment qu'elle trouve les mots pour les dire tels qu'ils se voient, ne serait-ce pas parce qu'elle voit un ennemi aussi bien dans la nature que dans le prochain, l'autre, lequel ne peut être pour elle, dans sa course rationnelle vers l'argent, qu'un rival ou un esclave. L'univers et l'homme ne sont que des moyens. Le fait que le philosophe Emmanuel Kant soit le philosophe qu'Ayn Rand déteste le plus devient hautement significatif puisqu'on peut dire de Kant qu'il associe l'ordre de l'univers à l'ordre moral conduisant au respect de l'autre. « Le ciel étoilé au-dessus de ma tête la loi morale dans mon coeur .»

    Nous quitterons Ayn Rand sur ce commentaire de Nicole Morgan qui la résume bien : « L'État fondateur du droit universel! Ayn Rand attaque ce fondement parce que selon elle, les individus n'ont aucun droit, sinon celui d'être libre de produire. Kant parle d'un droit fondé sur un altruisme pur, dont il fait un sentiment moral universel, sentiment qu'elle rejette absolument : ''et quant à la version kantienne de la moralité, explique-t-elle, elle est appropriée pour le genre de zombies qui habiteraient un univers kantien : un univers d'altruisme abject. Pour Kant, une action n'est morale que si elle n'est pas désirée, mais accomplie par devoir pour le devoir, sans bénéfice d'aucune sorte, matériel ou spirituel. Un bénéfice détruirait la valeur morale de l'action.'' (xii) C'est une hérésie pour Rand qui déclara donc que Kant était ''l'homme le plus maléfique de l'histoire de l'humanité'' ».(xiii)

    Jacques Dufresne, L'Amérique d'Ayn Rand

    (*) Nicole Morgan, Haine froide: à quoi pense la droite américaine?, Paris, Seuil, 2012.

    Notes

    (ii) Nicole Morgan, Haine froide: à quoi pense la droite américaine?, p. 54.

    (iii) Ibid.

    (iv) Ibid., p. 57.

    (v) Ibid., p. 14.

    (vi) Ibid., p. 39.

    (vii) Ibid., p. 179.

    (x) Ibid., p. 53.

    (xii) Ibid., p. 61.

    (xiii) Ibid.

     

    Date de création : 2013-04-20 | Date de modification : 2013-04-21
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Naissance
    1905
    Déces
    1982

    2%
    Dons reçus (2017-2018): 509$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.